Les Egyptiennes bientôt privées de planning familial

samedi 24 février 2007
popularité : 1%

Après des années de soutien logistique et financier au planning familial égyptien, l’administration américaine fait marche arrière et propose en échange une aide au développement économique.

« L’Agence américaine pour le développement international (USAID) est présente en Egypte depuis plus de trente ans et s’est donné pour objectif de créer et de gérer des centres de santé et de planning familial », rappelle l’hebdomadaire Cairo Times. Dans les campagnes égyptiennes les plus reculées, des lieux d’accueil propres et neufs, équipés du matériel médical et d’obstétrique le plus moderne, ont vu le jour, financés par les Américains. Vingt-huit millions de dollars ont ainsi été consacrés au projet Tahseen, soutenu par l’USAID, qui a pour mission de former un personnel féminin capable de parler aux femmes de tous les sujets jusqu’alors considérés comme tabous. Un de ses premiers objectifs a été de réduire la natalité moyenne à 2,1 enfants par famille.

Pour de nombreuses femmes, ces centres ont été l’occasion de mieux connaître leurs droits, de recevoir une éducation sexuelle, jusqu’ici inexistante, d’accéder à la contraception, et de lutter contre l’excision, encore très répandue dans la population égyptienne, une véritable révolution culturelle. « La façon dont les médecins et les infirmières s’occupent de nous est incomparable », explique, reconnaissante, une patiente résidant à Minya, un village au bord du Nil qui a eu la chance d’avoir son propre dispensaire. Ces centres de planning familial ont même joué un rôle politique, « le gouverneur de Minya est devenu un fervent supporter du projet Tahseen et en fait la publicité dès que l’occasion lui est donnée. Quant aux chefs religieux coptes et musulmans, ils en ont eux-mêmes reconnu l’utilité », constate Cairo Times. Les résultats sont là : grâce au projet Tahseen, 54 % des Egyptiennes de 15 à 49 ans ont accès à un moyen de contraception moderne.

« Or tout cela va disparaître, et les femmes concernées ne le savent pas encore. En effet, d’ici à 2006, à la demande de l’administration américaine, les centres de planning familial vont fermer leurs portes, et rien n’est prévu pour les remplacer », s’inquiète le journal. Les responsables de Tahseen s’étaient fixé pour but de former suffisamment de personnel local afin qu’ils assurent la relève à partir de 2009. La décision, prise en haut lieu, de cesser toute activité dès l’année prochaine les empêche de mener ce projet à bien. La raison essentielle de ce revirement est l’idéologie du gouvernement conservateur américain, opposé à l’avortement, à la contraception et à l’éducation sexuelle. L’administration Bush préfère distribuer l’argent autrement. Les priorités nouvelles vont à l’assainissement des égouts du Caire, à la construction d’écoles et à la restauration de monuments historiques.

« Dans un pays où l’économie va mal, où le chômage touche 25 % de la population active et où les investissements sont réduits, cette aide américaine ne servirait pas à grand-chose. L’Egypte a surtout besoin de faire des réformes, mais les autorités prennent l’argent et parent au plus pressé. Or, la condition féminine ne représente pas une urgence », regrette Edward Walker, ancien ambassadeur des Etats-Unis au Caire. A Minya, cependant, les femmes du centre de santé continuent à y croire.

Source : Cairo Times

Transmis par Linsay



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur