Aide au développement : derrière les beaux discours, la réalité

mercredi 11 avril 2007
popularité : 2%

Selon un rapport publié récemment par le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE, l’aide envers les pays en développement (APD) a baissé, en 2006, de 5,1% par rapport à l’année précédente. Les ONG sont montées au créneau.

Ce n’était pas arrivé depuis 1997 ! Après neuf ans de progression constante, les aides allouées aux pays en développement par les 22 pays riches du CAD (les principaux donateurs à l’échelle mondiale), ont enregistré un net recul l’année dernière. Ainsi, en 2006, cette aide a atteint, en dollars constants, la somme de 103,9 milliards de dollars contre 106,8 pour l’année 2005. Un recul qui s’explique principalement par le fléchissement des remises de dette, notamment en faveur de l’Irak et du Nigeria, qui avait atteint des records en 2005. En dehors de ces remises, le recul de l’aide est beaucoup plus modéré puisqu’il est estimé à 1,8% et non plus 5,1%. Quant à l’année 2007, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) prévoit que la baisse devrait se poursuivre, en partie pour les mêmes raisons.

L’un des problèmes ici est que l’aide en faveur de l’Afrique subsaharienne est restée constante en 2006 (si l’on enlève les allègements de dettes). Ceci alors que les huit pays les plus riches de la planète, le G8, avaient fait la promesse, lors du sommet de Gleneagles à l’été 2005, d’annuler la dette publique multilatérale des 35 pays les plus pauvres, et d’accroître de 50 milliards de dollars, d’ici 2010, l’aide à ces mêmes nations.

C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi les ONG sont montées au créneau si facilement. Le Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) déplore que « contrairement aux proclamations généreuses lors des sommets internationaux », l’APD a baissé de 5,1% en 2006. Et d’ajouter que cette aide ne représente plus que « 0,30% du Revenu national brut (RNB) des pays donateurs, alors qu’ils se sont engagés, à plusieurs reprises depuis 1970, à le porter à 0,70% ». Même son de cloche du coté d’Oxfam France-Agir Ici, qui déclare que « les pays riches trahissent leurs promesses d’augmenter l’aide au développement en faveur des [nations] les plus pauvres ».

La Suède, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et le Danemark sont les seuls pays membres de l’OCDE ayant respecté l’objectif des 0,7% fixé par les Nations unies. La France, quant à elle, se retrouve en dixième position (0,47%), alors que les Etats-Unis, bien qu’étant les plus grands donateurs, en valeur absolue, sont, en termes relatifs, les moins généreux (en dehors de la Grèce), puisqu’ils n’accordent que 0,17% de leur RNB aux pays en développement.

Le 09/04/2007 - par Pierre Choisnet web Marianne

Transmis par Linsay



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur