Déchiffrer le monde

Petit manuel de statistiques, destiné à tous les militants syndicaux, associatifs ou simplement aux citoyens qui ne veulent plus se laisser abuser par la « forme scientifique du mensonge ».
mercredi 4 juillet 2007
popularité : 2%

Les taux de criminalité sont-ils plus élevés chez les jeunes issus de l’immigration que chez les “autochtones” ? Les Etats-Unis ont-ils réellement vaincu les nazis ? Quand le revenu moyen monte, est-ce que tout le monde s’en porte mieux ? Les petits Français sont-ils vraiment nuls en maths ? Si les prix du pétrole grimpent, est-ce la faute aux Chinois ? Nos concitoyens croient-ils aux bienfaits d’une économie de marché ? Les riches savent-ils qu’ils sont riches ? Voilà quelques unes des questions auxquelles vous trouverez, ici, des réponses parfois surprenantes.

Les personnes chaussant la pointure 43 ou plus représentent 20,5 % de la population du pays. Ils sont 38,9 % parmi les criminels condamnés pour faits graves. La conclusion semble limpide : si vous croisez un individu à grands pieds à une heure tardive dans une ruelle sombre et étroite, changez de trottoir. Raisonnement ridicule ?

L’utilisation abusive des statistiques est pernicieuse.
Selon Alvin Toffler (sociologue/futurologue) : « Les tacticiens politiques ne sont pas à la recherche de la pure vérité ou même de la simple exactitude. Ils sont à la recherche de munitions pour les guerres d’information. Les données, l’information et les connaissances n’ont pas besoin d’être vraies pour anéantir un adversaire ».
Toffler peut sembler exagérément cynique dans son point de vue, mais en réalité, certaines organisations manipulent réellement l’information pour leur propre usage. C’est pour cette raison que nous devrions toujours être critique à l’égard de l’information qui nous est communiquée.

Tous les débats sur l’emploi, l’éducation, le budget de l’Etat, la fiscalité, la criminalité, les services

publics, le coût de la vie... passent par les références statistiques. Et pourtant, militants ou citoyens engagés, nous avons du mal à interpréter le sens d’une moyenne, à affronter les écarts-types, à déchiffrer un graphique ou à comprendre un tableau de nombres.

Même si la technique mathématiques n’est pas une passion pour nous, à partir d’exemples originaux, ce livre nous conduit à la découverte des concepts fondamentaux de la statistique. Notions de base trop souvent méconnues, que l’auteur, Nico Hirtt qui enseigne les mathématiques et la physique en Belgique, dans une école secondaire où il est également délégué syndical nous présentent de façon dicactique.

Ce passionné de pédagogie pratique est aussi un militant engagé dans le combat pour une école socialement équitable et contre la marchandisation néolibérale de l’enseignement. Il est déjà, à ce titre, l’auteur de nombreux article et de plusieurs ouvrages : L’École sacrifiée (EPO, 1996), Tableau noir (avec Gérard de Selys, EPO, 1998) et Les Nouveaux Maîtres de l’école (Aden, 2005).

Déchiffrer le monde (Contre-manuel de statistiques pour citoyens militants), éditions Aden, 2007, 14 euros. En vente notamment en ligne sur www.aden.be.

Le vrai but d’Aden c’est le marronnage culturel en guise de manifeste : « Le ’marron’, cet esclave qui à l’époque de la servitude, brisait ses chaînes pour fuir l’ordre établi, et bien, le nègre marron m’a pris à la gorge. Et ce mot que je cherchais pour dire ma révolte de l’ordre culturel et de l’ordre tout court, ce mot qui souligne à merveille ce refus qu’on voudrait balancer à la gueule de ceux qui nous macdonaldisent, qui disneyisent, qui nous transforment en clochards de la culture, je le trouvais sur cette »île inquiète« (1) : le marronnage ! Aujourd’hui, en Occident, la chaîne n’emprisonne plus l’esclave au pied. Les chaînes de notre servitude sont aussi posées dans notre cerveau. Combien de Français, de Belges abrutis et colonisés par Star Academy ? A quoi rêvent encore les hommes écrasés par la Loterie Nationale et les rubriques zodiacales de je ne sais quel canard boiteux ? Pourquoi cet océan de verroteries ??? Le marronnage m’apprend à vouloir casser mes chaînes et à prendre le maquis de la contre-culture. C’est là qu’est le vrai but d’Aden car marronnage signifie subversion et transgression d’un ordre contraire. En conséquence, je vous invite à partir dans la montagne bouter l’incendie de notre inaliénable révolte. »
Gilles Martin

Par Patricia DIEGHI, le 02_07_07



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur