Les déboucheurs de chiottes

mercredi 16 novembre 2005
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

J’ai toujours eu le plus grand respect pour les déboucheurs de chiottes.

C’est un métier pénible qui demande rigueur, patience et minutie. Qui oblige à une mobilité constante puisque par définition l’opérateur n’intervient jamais sur le même chantier.
La spécificité de ce métier fait que l’on intervient la plupart du temps dans de vieux immeubles aux cages d’escaliers incertaines sans ascenseur et parfois sans lumière ce qui rajoute encore à la pénibilité voire à la dangerosité de la tâche.
Si on opère mal le risque est grand que le bouchon déverse tout ou partie de son contenu dans la pièce visitée avec les conséquences olfactives que l’on imagine sans peine.

J’ai aussi le plus grand respect pour les sociologues.

C’est un métier dont la pénibilité physique est sans doute moindre mais qui demande pour autant beaucoup de technicité dans la connaissance des phénomènes sociaux et sociétaux, de rigueur dans l’analyse, de justesse dans l’observation, de minutie dans l’emploi des mots.

Je crois savoir aussi que l’adage "A chacun son métier les vaches seront bien gardées" s’est souvent vérifié.

Je n’ai jamais vu de déboucheur de chiottes s’essayer à la sociologie pour mener par exemple une étude sur la moyenne d’âge des possesseurs de chiottes bouchés où la raison de l’éventuelle concentration géographique dans tel secteur d’une ville donnée d’appartements atteints par ce sinistre.
Peut être cela viendra-t-il un jour ?

Par contre j’entends, je lis, je vois en ce moment dans les "médias qui comptent" un nombre certain de sociologues, politologues, ethnologues, anthropologues venir doctement nous donner leur avis de spécialiste éclairé sur « la crise » (dixit les mêmes) qui secoue notre pays.

Et l’un de nous expliquer que s’il y a des grèves à Marseille c’est parce que dans cette ville les fonctionnaires se la jouent ouvriers des années 30, un autre de nous expliquer que les voitures qui flambent sont le fait d’immigrés islamistes en mal de reconnaissance...j’en passe et des pires..

Alors moi, simple menuisier, je me dis que quand les sociologues débouchent les chiottes ça sent la merde !



Commentaires

Logo de Charles Hoareau
vendredi 20 octobre 2006 à 22h13 - par  Charles Hoareau
Logo de ivan
vendredi 20 octobre 2006 à 22h02 - par  ivan

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur