Au secours !

samedi 10 mai 2008
popularité : 1%

L’auteur a tenu à garder l’anonymat...et on le comprend...

Je me vautrais avec une certaine complaisance dans ce sentiment de déréliction [1]. J’étais seul ; de cette solitude où le monde entier m’épiait pour mieux me rabaisser. Plutôt que de me condamner à mort, on m’enfermait dans l’abandon de tous ceux qui m’aimaient ou qui auraient pu m’aimer. Sans doute ai-je montré quelques signes de résistance avant que les barreaux n’obscurcissent mon horizon, mais l’horrible réalité se refermait sur moi de façon inexorable.

J’ai perdu le sens du temps. À la fois de l’heure qui fait se lever et se coucher le soleil, mais aussi de la saison, de l’année, voire même du siècle dans lequel je me débats. Je suis né au milieu du vingtième siècle, un siècle où s’affrontaient les forces du capital et celles du travail. Les luttes prenaient parfois la forme de violentes confrontations où les ouvriers armés de pioches, de barres à mine et de pavés résistaient à l’assaut des forces de l’ordre. Il faut avouer que malgré le nombre de crève la faim, la raison revenait toujours aux représentants de l’État. Vaincus, les ouvriers finirent par renoncer à se battre, si ce n’est à travers un canevas dessiné par l’ennemi de classe. Il fallait être sage. Le sabotage, tant vanté par la CGT lors de ses premiers congrès (1906) devenait une offense faite à la classe ouvrière et une provocation au service du patronat.

Il y eut 68, date symbolique aujourd’hui commémorée, comme on pleure ses morts. Dernière révolte ouvrière d’ampleur, elle est inscrite au Panthéon des grands hommes tombés pour la France. Dix millions de grévistes et quelques avancées dérisoires n’ont pas mis fin aux appétits de ceux pour qui le travail n’est qu’une source de profit.

Quarante ans ont passé. Le bruit des lacrymos et du chant des partisans est couvert par les discours lénifiants des bonnes âmes qui nous promettent des lendemains qui chantent à condition d’accepter les fourches caudines de la société de marché. La croissance est notre sésame et les chiffres un baromètre qui fait fi des réalités humaines.

Chômeur, je suis chômeur, terme infamant désignant les faibles, ceux qui de par leur incapacité à intégrer une société toujours en mouvement, démontrent qu’ils sont incapables de s’intégrer. L’intégration est devenu un thème à la mode depuis… Depuis je ne sais plus quand, tellement cette thématique est venue brouiller nos repères au point de désigner nos frères étrangers comme des ennemis. J’ai fait l’amour avec une femme sans papier qui m’a supplié de l’épouser. Je n’ai pas voulu de cette union factice malgré les larmes qui couvraient son visage. Dois-je en rougir ? Peut être… Il y a quarante ans, les travailleurs immigrés occupaient les grandes usines d’automobiles (Renault, Peugeot, Simca, Panhard etc.) et résistèrent comme à Sochaux aux assauts des forces de l’ordre. Ils nous rappellent qu’ils sont toujours là, prêts à se battre.

Mes cheveux ont blanchi, mes jambes me portent avec plus de difficulté et mon cœur s’emballe sans qu’aucune jeune femme n’en soit la cause. La mort serait la bienvenue, pourvu qu’il y ait la relève. Ce testament, qui n’est pas forcément le dernier — les moribonds trouvent parfois des ressources exceptionnelles — est sans doute un appel au secours, mais aussi un cri pour que revienne cette volonté de se battre.

Assez de luttes prichrocolines pour prendre la tête d’un mouvement quel qu’il soit ! Assez de polémiques stériles, de ces combats d’arrière garde qui font ricaner nos ennemis ! Aux armes ! Il est temps de réagir aux attaques qui nous minent, nous détruisent, nous transforment en ces sortes de loques qui dans une dernier souffle implorent le pardon du bourreau. Ou bien nous faudra-t-il partir les uns après les autres, à défaut d’une retraite de plus en plus aléatoire, vers le tombeau.

À tous mes camarades, ne nous laissez pas mourir !


[1déréliction : état d’abandon et de solitude morale complète



Commentaires

Logo de momo11
lundi 12 mai 2008 à 11h34 - par  momo11

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur