Regards de janvier 2009

mercredi 28 janvier 2009
popularité : 2%

LES PRIORITES DE LA PRESIDENCE TCHEQUE

Depuis le 1er janvier 2009, la présidence de l’Union européenne est assurée par la République tchèque (nouvel Etat membre depuis le 1er mai 2004) dont le gouvernement est très fragile puisque la coalition ODS (Parti Civique Démocrate), Chrétiens-Démocrates et Verts n’a remporté le vote de confiance début 2007 que grâce à deux sociaux-démocrates dissidents. Les dissensions politiques au sein de cette coalition sont fortes sur certains dossiers comme la ratification du Traité de Lisbonne (qui a été reportée en février-mars) et la lutte contre le changement climatique mais elles n’ont pas empêché la présidence tchèque d’annoncer un programme consensuel pour le premier semestre 2009 (avant de laisser la présidence à la Suède au 1er juillet 2009). Le parti d’opposition social-démocrate (ESSD) semble en effet avoir conclu une « trêve politique » avec le gouvernement pendant sa présidence comme l’a confirmé à l’agence « Europe » son principal dirigeant Jiri Paroubek : « La présidence de l’Union européenne est une opportunité historique pour la République tchèque. Rater ce rendez-vous serait une erreur impardonnable. Notre parti est soucieux de trouver un consensus avec le gouvernement pendant cette période critique ».

Avec comme slogan « l’Europe sans barrières », ce programme s’appuie exclusivement et dans tous les domaines sur le principe de la concurrence libre et non faussée. Comme l’a titré l’agence « Europe » du 1er décembre : « La présidence tchèque répondra à la crise par le libéralisme ». Dans le domaine commercial, Prague veut être le champion du libre-échange et appuyer sans réserve les propositions de libéralisation de la commissaire européenne au commerce, l’anglaise Catherine Ashton. Prague veut également réviser et assouplir les instruments de défense commerciale, notamment des instruments antidumping.

Dans le domaine social, la présidence tchèque prône un marché du travail libéralisé, dérégulé, plus flexible, « sans barrières », comme l’a clairement annoncé le président Vaclav Klaus dans le « Financial Times » du 7 janvier : « La meilleure chose serait d’affaiblir temporairement, voire d’abroger, différentes normes sociales ». Priorité sera donnée à « la mobilité sur le marché du travail de l’Union européenne » avec une libéralisation totale de la circulation des travailleurs pour favoriser la mise en concurrence des salariés au nom d’une Europe plus compétitive conformément à la « Stratégie de Lisbonne ». La législation du travail est en ligne de mire avec une plus grande flexibilité et la révision des dispositions qui réduisent la compétitivité des entreprises. Des mesures devraient être annoncées pour inciter les personnes jugées « inactives » sur le plan économique à « réintégrer rapidement » le marché du travail (femmes après la maternité, jeunes, chômeurs, personnes de plus de 50 ans) et pour prévenir « l’utilisation abusive de la protection sociale ».

La présidence tchèque veut également renforcer le marché intérieur autour des quatre libertés de circulation (biens, services, capitaux, personnes), encourager les « réformes libérales » pour le budget et les politiques communautaires, y compris la politique agricole qui devrait être, au-delà de 2013, « moins chère, plus flexible (...) et égale entre anciens et nouveaux pays ».

Par contre, la politique européenne de sécurité et de défense (PESD) n’est pas jugée prioritaire, comme l’a précisé Andrej Cirtek, porte-parole du Ministère de la Défense, à l’agence « Europolitique » : « La défense, c’est d’abord le rôle de l’OTAN qui est une organisation clé. Il faut créer un lieu de sécurité transatlantique. C’est ce que nous préférons ». Le 6 janvier, en présentant son programme, le Premier ministre tchèque Mirek Topolànek, a enfoncé le clou : « Il existe un besoin urgent et une possibilité importante d’amélioration de la coopération entre l’Union européenne et l’OTAN (...).Pour être efficace, la coopération doit être systématique et complémentaire ». Il s’est également prononcé pour « l’ouverture des marchés de la défense » et « la poursuite du renforcement des capacités européennes ».

Le Premier ministre tchèque n’a pas caché son intention de se servir de la présidence européenne pour régler la question de l’implantation par les Etats-Unis du « bouclier antimissile » qui est massivement rejeté par la population tchèque (66% y sont opposés et 61% réclament un référendum). Il a clairement annoncé qu’il lierait l’adoption du Traité de Lisbonne à l’accord sur le déploiement du radar antimissile sur le territoire tchèque.

Sur le plan des relations internationales, la présidence tchèque veut « s’engager dans un dialogue étroit » avec les Etats-Unis et lancer le projet de « partenariat oriental » mais sans oublier la dimension méridionale de la politique européenne de voisinage. Malgré l’agression criminelle du pouvoir israélien contre la population de Gaza, la présidence tchèque veut approfondir les relations entre l’Union européenne et Israël « en améliorant la coopération de manière sectorielle (recherche, innovation, agriculture) », comme l’a précisé le 8 janvier à l’agence « Europe » Alexandr Voudra, vice-ministre délégué aux Affaires européennes. Allant à l’encontre du vote du Parlement européen du 3 décembre 2008, il a même annoncé l’instauration d’un « futur instrument de coopération qui sera défini d’ici mai 2009 pour succéder à l’actuel plan d’action » qui pourrait être lancé à un Sommet spécial entre l’Union européenne et Israël. Ces propos n’ont pas manqué d’être reçus par Israël comme un encouragement à poursuivre sa politique de répression et de violation de la légalité internationale !

L’EUROPE EN BREF.....

. Le taux de chômage poursuit sa hausse dans l’Union européenne : 7,8% en novembre 2008 (contre 7,2% en novembre 2007), soit 17,5 millions de chômeurs. Le taux de chômage des moins de 25 ans s’est élevé à 16,4%.

. La concurrence sur le marché postal se développe trop lentement, estime la Commission européenne dans son dernier rapport sur l’application des directives postales. La résistance d’élus, de syndicats et d’associations dans certains pays n’est sans doute pas étrangère à cette « lenteur ».

. Le financement des chaînes de télévision publique va être remis à l’ordre du jour par la Commission européenne qui prépare une révision de sa communication de 2001 définissant « les règles des aides d’Etat de l’audiovisuel public dans l’Union européenne » pour répondre aux demandes des télévisions privées commerciales.

. Le Manifeste pour les élections européennes adopté par le Parti des socialistes européens (signé par Martine Aubry au nom du PS) déclare entre autres : « L’entrée en vigueur du traité de Lisbonne rendrait l’Europe mieux à même de relever les défis communs de façon démocratique, transparente et efficace ». Qu’en pense la majorité des socialistes français qui avaient rejeté le Traité constitutionnel en mai 2005 ?

. La Cour européenne des Droits de l’homme a débouté deux jeunes Françaises qui se plaignaient d’avoir été exclues de leur établissement scolaire au motif qu’elles avaient porté un foulard pendant un cours de sport. Dans son arrêt, la Cour précise que la loi française sur les signes religieux avait pour finalité de « préserver les impératifs de laïcité dans l’espace scolaire ».

. Le revenu réel agricole par actif a diminué de 3,3% dans l’Union européenne à 27 (-9,2% en France) en 2008 d’après Eurostat (l’Office statistique des Communautés européennes), notamment à cause d’une forte augmentation des charges ; la population active agricole a continué à baisser (-2,1% par rapport à 2007, -24,5% par rapport à 2000).

. Les actes racistes continuent de progresser dans l’Union européenne : d’après un rapport du Réseau européen contre le racisme (ENAR), malgré quelques progrès dans l’éducation et les médias, les manifestations de racisme continuent à augmenter, notamment la recrudescence des extrémismes et violences racistes, la multiplication des discours politiques racistes et la formations de groupes d’extrême-droite semi-militaires dans les pays de l’Est (rapport disponible sur le site http://www.enar-eu.org).



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur