CEGELEC : Conscients et déterminés !

Déclaration de soutien de la Coordination Communiste
samedi 3 octobre 2009
popularité : 2%

Poussés à bout par une direction et des actionnaires assoiffés de profit les salariés de CEGELEC, à l’appel de la CGT, se sont mis en grève reconductible. Poussés à bout, disons-nous. Jugeons-en ! La direction de CEGELEC, entreprise exonérée de 12 millions d’euros de cotisations sociales et bénéficiaire, achetée et revendue plusieurs fois pour le plus grand bonheur des capitalistes qui jouent au Monopoly sur le dos des travailleurs, cherche à rogner sur les maigres salaires de ses salariés. Elle cherche à augmenter ses profits en volant encore un peu plus ceux qui ont fait et font encore sa richesse.

Poussés à bout par une direction et des actionnaires assoiffés de profit les salariés de CEGELEC, à l’appel de la CGT, se sont mis en grève reconductible. Poussés à bout, disons-nous. Jugeons-en ! La direction de CEGELEC, entreprise exonérée de 12 millions d’euros de cotisations sociales et bénéficiaire, achetée et revendue plusieurs fois pour le plus grand bonheur des capitalistes qui jouent au Monopoly sur le dos des travailleurs, cherche à rogner sur les maigres salaires de ses salariés. Elle cherche à augmenter ses profits en volant encore un peu plus ceux qui ont fait et font encore sa richesse.

Difficile à croire ? Jugeons-en !

Salaires de misère, malgré la qualification et le savoir-faire reconnu des travailleurs. Le niveau de salaire d’embauche est de 9€ brut, soit 6,75€ net. Au bout de 35 ans de bons et loyaux services, le salaire est toujours le SMIC, c’est le minimum en-dessous duquel l’entreprise ne peut, pour l’instant, descendre.

Remise en cause des indemnités de petits et grands déplacements qui représentent un complément de salaire nécessaire pour des travailleurs payés au minimum et qui bientôt paieront la taxe carbone.

La direction cherche à réduire le taux des heures de nuit de 200 à 120%. Le travail de nuit est-il devenu si attrayant qu’il faille en baisser le taux de rémunération ? Le travail de nuit est-il une partie de plaisir ? Les actionnaires travaillent-ils la nuit sur les chantiers ?

Intégrée dans les salaires annualisés, la prime de panier a complètement disparu pour une majorité de salariés et fondu pour ceux qui en bénéficient encore. La nourriture est-elle devenue subitement gratuite ?

Remise en cause de la mutuelle des agents de maitrise et des cadres. Ceux-ci seraient-ils moins malades dorénavant ?

Alors ?

Les salariés de CEGELEC ont-ils tort de se mettre en grève à l’appel de la CGT ? Qu’ont-ils à perdre ? Rien ! Qu’ont-ils à gagner ? Tout ! Les salariés de CEGELEC en sont conscients et c’est pour cela qu’ils sont déterminés. Ils savent ce que leurs patrons leur doivent. Ils savent ce que leurs patrons leur volent. Ils réclament leur dû. Ils n’ont pas l’intention de se laisser faire face à des patrons qui vivent sur leur dos en leur suçant le sang. Ils n’ont pas l’intention de se laisser faire face à des actionnaires qui engrangent les profits en leur suçant la vie.

Qui osera dire que la lutte des classes n’existe pas ?

La Coordination Communiste soutient pleinement les actions engagées par le syndicat CGT CEGELEC, et dénonce par ailleurs la décision scandaleuse de la direction de remplacer les grévistes par des sous-traitants. L’enjeu incontournable à présent, comme l’indique la CGT CEGELEC, c’est d’élargir la lutte et d’entraîner les ouvriers des sous-traitants eux mêmes dans cette grève illimitée !




Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur