Version imprimable de cet article Version imprimable | envoyer l'article par mail title= Envoyer par mail

EZLN : 28 années de cohérence et de lutte éthique

mercredi 30 novembre 2011
popularité : 2%

Vingt huit années ont passé depuis que dans les entrailles indigènes du Chiapas s’est formée l’organisation politique qui à partir de 1994 sera reconnue comme l’Armée Zapatiste de Libération Nationale. La rebellion armée de l’EZLN se fonda sur l’application de l’article 39 de la Constitution, qui à la lettre dit : "La souveraineté nationale réside essentiellement et originairement dans le peuple. Tout le pouvoir public émane du peuple et s’institue au bénéfice de celui-ci. Le peuple tient, en tous temps, l’inaliénable droit de changer ou de modifier la forme de son gouvernement".

La Première déclaration de la forêt Lacandone (1993) établissait : "Notre lutte s’attache au droit constitutionnel et est le porte-drapeau pour la justice et l’égalité...Nous avons le peuple mexicain de notre côté, nous avons une patrie et le drapeau tricolore est aimé et respecté par les combattants insurgés, nous utilisons les couleurs rouge et noir dans notre uniforme, symboles du peuple travailleur dans ses luttes de grève, notre drapeau porte les lettres EZLN, Armée Zapatiste de Libération Nationale, et avec elle nous irons aux combats toujours". Ce fut prémonitoire, étant donné les temps que nous vivons, que dans ce document l’EZLN avertissait : "Nous rejetons d’avance toute tentative de dévaloriser la juste cause de notre cause en l’accusant de narcotrafic, narcoguerilla, banditisme ou autre qualificatif que pourraient utiliser nos ennemis".

Depuis son irruption dans les cadres politiques nationaux et internationaux, l’EZLN a signifié une réfutation indéniable des idées qui prétendaient s’imposer après la disparition de l’Union Soviétique et du camp socialiste autour de la "pensée unique", "la fin de l’histoire", et la victoire définitive du capitalisme à l’échelle planétaire. Il constitua aussi une des premières manifestations de lutte révolutionnaire contraires au néolibéralisme, dont le prophète et exécutant au Mexique, Carlos Salinas de Gortari, imposa le Traité de Libre Commerce (TLC) et la contre-réforme de l’aricle 27 de la Constitution, qui mit en vente les terres coopératives et communales et avec cela rompit le "pacte social" auquel donna forme le mouvement armé de 1910 à 1917.

L’Armée Zapatiste, comme organisation clandestine politico-militaire, hérita tardivement des sigles de libération nationale qui caractérisèrent de nombreux mouvements insurgés qui enracinés dans les réalités de notre Amérique, tentèrent d’instaurer une nation d’un nouveau type, sous l’hégémonie des secteurs exploités, opprimés, discriminés et libre des liens de l’articulation impérialiste représentée par les Etats-Unis. Cependant, sa composition indigène octroya à l’EZLN une identité distincte des autres organisations majoritairement métis, comme le FSLN, le FMLN, ou l’URNG, dans notre environnement géographique centro-américain.

L’EZLN a établi une continuité historique des résistances des peuples qui constituent le Mexique, et se définissait ainsi en 1993 : "Nous sommes le produit de 500 ans de luttes : premièrement contre l’esclavage, dans la guerre d’Indépendance contre l’Espagne menée par les insurgés, après pour éviter d’être absorbés par l’expansionnisme nord-américain, ensuite pour promulguer notre Constitution et expulser l’impérialisme français de notre sol, après la dictature porfiriste [1] nous nia l’application juste de lois de Réforme et le peuple se rebella formant ses propres leaders, surgirent Villa et Zapata, homme pauvres comme nous à qui ils nous ont nié la préparation la plus élémentaire pour ainsi pouvoir nous utiliser comme chair à canon et piller les richesses de notre patrie sans leur importe que nous étions en train de mourir de faims et de maladies curables, sans leur importe que nous n’avons rien, absolument rien, ni un toit digne, ni terre, ni travail, ni santé, ni alimentation, ni éducation, sans avoir le droit d’élire librement et démocratiquement nos autorités, sans indépendance vis à vis des étrangers, sans paix ni justice pour nous et pour nos enfants".

Si nous prenons comme critère actuel pour définir la gauche, comme la force politique qui construit le pouvoir populaire contre le capitalisme, sans monopoliser la représentation ni retirer le rôle primordial des différents secteurs socio-ethniques qui interviennent dans ce processus, l’EZLN a été une organisation extrêmement cohérente avec un de ses plus chers principes : "Pour tous tout, pour nous rien", qui a été une réalité quand elle retira tous ses cadres politico-militaires des différents gouvernements autonomes sous son hégémonie.

Commander en obéissant est une forme diamétralement opposée à l’avant-gardisme, au bureaucratisme, à la constitution de castes qui font du pouvoir gouvernemental et de la représentation populaire son modus vivendi et qui sont devenus des machines partidaires électorales qui à tout prix prennent les charges publiques pour son propre bénéfice et ainsi s’implantent comme une classe politique divorcée du peuple. Institutionnelles et systémiques, ces gauches ne vont pas plus loin que l’alternance, et une fois au gouvernement mettent en pratique des programmes extractivistes, développementistes, clientélistes, d’assistance, pour pallier l’aspect dur du néolibéralisme mais veillant à ne pas changer le moins du monde la domination stratégique du capital et les pouvoirs factuels qui le soutienne.

Tout au long de ces 28 années, l’EZLN a fait la démonstration d’une extraordinaire capacité d’adaptation et d’innovation, sans jeter par dessus-bord aucun principe, contribuant sur des sujets cruciaux comme celui de la Loi Révolutionnaire des Femmes et à leur incorporation pleine dans tous les domaines des processus autonomiques, éduquant les nouvelles générations en préceptes pédagogiques libérateurs, assumant la dignité et la solidarité comme boussole directrice de la cohabitation sociale, le gouvernement comme service, composant, à sa manière, les utopies ancestrales révolutionnaires. Félicitations, camarades.

Traduit de l’espagnol par Gérard Jugant



[1] du général Porfirio Diaz, qui fut chassé du pouvoir en 1911 par la Révolution mexicaine.Ndt


Version imprimable de cet article Version imprimable | envoyer l'article par mail title= Envoyer par mail

Commentaires

samedi 2 février 2013 à 18h21

Quel bonheur de découvrir que l’EZLN existe toujours et qu’elle est toujours vivace. J’en pleurerai de joie. Il n’était pas évident d’avoir des nouvelles, même avec un moteur de recherche. Ces luttes sont absentes des télés et des radios.

Annonces

Abonnez-vous, soutenez Rouge Midi


Brèves

17 juin - Netanyahou l’apprenti sorcier.

La dis­pa­rition mys­té­rieuse de trois jeunes colons au soir du 12 juin aux alen­tours du bloc (...)

25 avril - L’U.E n’est pas l’avenir de la France.

Pierre Laval a dit beaucoup de choses au cours de sa longue vie politique. Presque toutes ont (...)

2 mars - ENFIN ! Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré

Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré Le combattant antiterroriste (...)

10 janvier - SMCM de Marseille : Victoire d’une lutte exemplaire

Les sirènes des navires n’ont peut-être pas retenti dans les ports de Corse et de (...)

12 décembre 2013 - Palestine : Ça bouge en Europe. Que fait la France ?

Il y a un mois le Pré­sident de l’AFPS adressait une lettre au Premier Ministre pour lui (...)

18 novembre 2013 - Lettre ouverture de Taoufiq Tahani, président de l’AFPS, à François Hollande

Monsieur le Président de la République, Vous vous rendez ces jours-​​ci en Israël (...)

17 octobre 2013 - Rencontre du CRIF avec le Parti Communiste

Le CRIF, cette officine communautariste qui soutient l’occupation et tous les dirigeants (...)

23 septembre 2013 - La France humiliée par l’armée israélienne d’occupation

Des diplo­mates euro­péens ont été mal­menés le 20 sep­tembre, à Khirbet al Makhoul dans la (...)

22 septembre 2013 - Maroc : la voiture du 1er ministre bloquée par les chômeurs

Maroc. Le premier ministre Benkirane bloqué par les diplômés chômeurs Benkirane sauvé par la (...)

30 juillet 2013 - Justice : La taxe de 35 euros enfin supprimée

Communiqué de la CGT L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par (...)