Appel pour la manifestation du samedi 29 juillet.

vendredi 28 juillet 2006
popularité : 1%

A la suite de mon texte affirmant qu’il n’y aura pas de solution politique au Moyen Orient tant que l’entité Etat d’Israël, théocratique, basé sur le droit du sang, colonialiste et raciste n’aura pas cédé la place à un Etat de tous les citoyens, avec des Palestiniens restitués dans leur droit, un dialogue s’est instauré. Ce texte dénonçait de la même manière l’idéologie sioniste qui avait permis l’établissement d’un tel Etat. J’ai reçu beaucoup de commentaires, aucun n’était injurieux et certains inauguraient un véritable dialogue entre gens de bonne volonté.

Je ne change donc pas un mot de ce texte, si j’interviens à nouveau, c’est pour apporter deux raisons d’invite à faire de la manifestation du 29 juillet un grand moment de mobilisation de l’opinion publique :

La première raison insiste sur une partie de mon texte, où j’affirmais que les USA et les autres impérialistes porteraient à bout de bras leur rejeton sanglant. Les faits sont là, Israël agit comme d’habitude en lieu et place du fascisme étasunien. Cet Etat d’Israël, dont la politique fasciste paraît désormais l’essence, est totalement subordonné aux Etats-Unis. Israël est l’exécuteur des basses Å“uvres de ces derniers dans la recomposition du Moyen Orient. La sinistre palinodie de la réunion de Rome témoigne de la volonté des Etats-Unis, face à la montée de l’indignation planétaire, de gagner du temps pour laisser Israël « faire le travail » comme l’a dit le ministre français de l’intérieur Nicolas Sarkozy.

Nous devons donc chacun là où nous sommes dénoncer cette manÅ“uvre et en France,en Europe, faire porter nos coups en priorité contre l’alliance stratégique entre les USA et l’Union Européenne. Malgré les discours hypocrites sur « la riposte disproportionnée », le fait est que notre gouvernement et la presque totalité des forces politiques sont complices de cette volonté d’anéantissement des Palestiniens et de tous ceux qui résistent à cet anéantissement. Comme ils sont complices en Irak, et face à l’Iran. Si l’Etat d’Israël est désormais l’exécuteur sanglant des USA, nos propres gouvernants nous conduisent vers la même vocation fasciste au plan planétaire. Ils adhèrent tous à un ordre du monde qui est celui du pillage, un néo-colonialisme. Les autocrates arabes, ceux qui oppriment leur propre peuple sont complices et laissent les Palestiniens, les Libanais se débattre dans la nasse.

Ce qui se passe au Moyen-Orient ne doit pas nous masquer une situation mondiale, en pleine crise, en plein déclin, l’impérialisme celui des Etats-Unis et de leurs alliés est en train d’être endigué par la montée des résistances. Les pays du Sud défendent partout le droit à être maîtres de leurs ressources, à un nouvel ordre mondial.

C’est contre cette montée des résistances, où la principale puissance militaire de la planète s’avère impuissante à contrôler un petit pays comme l’Irak, que l’on tente de nous inventer un « choc des civilisations » où les victimes seraient devenues l’agresseur. Israël n’est que le microcosme de ces enjeux planétaires.

Nous allons vers une situation invivable où l’environnement, les êtres humains, leur santé, leur éducation sont sacrifiés à l’armement, à la guerre. Nous nous élevons contre ce qui se passe au Liban, en Palestine, mais l’enjeu est aussi l’avenir de nos enfants, celui de l’humanité.

La seconde raison est l’indignation que je ne cesse de ressentir à voir utiliser les 2000 ans de martyr juif, la Shoa, comme l’idéologie au nom de laquelle se développe le crime. Je récuse le chantage d’ Israël à la Shoa, je lui interdit désormais de s’attribuer les 17 membres de ma famille morts en camp de concentration, pas plus que je ne m’arroge le droit de parler en leur nom.

Ce sont toujours les peuples, les pauvres gens qui payent, même en Israël. Partons d’eux, de ce que vivent les palestiniens dans le ghetto de Gaza, avant de protéger les bourreaux, pensons aux victimes et nous aurons fait un grand pas vers la sécurité de tous.

Le grand écart qui consiste à s’affirmer de gauche et en même temps à proclamer qu’Israël a le droit de « se défendre » alors que ce dernier est devenu fasciste, meurtrier et paranoïaque, est une hypocrisie. Désormais il faut dénoncer ce genre de discours, refuser la solidarité que l’on tente de créer avec les bourreaux, leur captation et criminalisation de ce qu’ont vécu les juifs. Des voix juives en Israël même s’élèvent avec courage en ce sens. Ce sont elles qu’il faut écouter. Il faut surtout entendre celle des véritables opprimés, celles des Palestiniens enfermés dans le Ghetto de Gaza, celle des Libanais dont on détruit le pays.

Certains de mes interlocuteurs ont tenté de me prouver à quel point Israël était une sécurité pour les juifs du monde entier toujours menacés par un antisémitisme récurrent. Israël, au contraire, est désormais le lieu où s’alimente le véritable antisémitisme, la judéophobie comme l’islamophobie, puisque tous sont des sémites. D’autres ont tenté de me convaincre qu’Israël, tête de pont de l’occident, était un havre démocratique ou encore un îlot d’émancipation féminine : caricature de démocratie celle qui exclut et martyrise la population autochtone, caricature d’émancipation féminine celle qui porte la guerre et massacre les enfants sous les yeux de leur mère. Nous sommes bien devant une création coloniale où est affirmé le droit des maîtres de bénéficier de modes de vie, de droits citoyens, d’une civilisation « avancée », par l’exploitation, l’esclavage de la majorité, traitée elle en « barbare ». Le sioniste de gauche, qui tout en cautionnant le martyr du peuple palestinien, cherche à nous illusionner sur son humanisme, accuse ceux qui refusent l’ignominie d’en vouloir aux « pauvres juifs », est une version du discours du philanthrope blanc, qui cherche à se donner bonne conscience et sollicite l’adhésion de l’oncle TOM à l’esclavage. Ce discours est encore plus insupportable que celui du négrier.

Israël serait « seul » ? Allons donc il a derrière lui le maître étasunien, ses alliés stratégiques dont les Européens, et à son service la quasi-totalité des médias contrôlés à 90% par les mêmes. Comment sans ce tamtam permanent qui nous assourdit, prétend nous empêcher de penser et d’agir, pourrait-on si peu que ce soit se laisser influencer par la contre-vérité d’un Israël, ultime recours des juifs, agissant pour se défendre ?

Nous devons conserver le but de nos efforts : créer une humanité réconciliée et à ce titre veiller aux moyens employés, ne jamais confondre les peuples et leurs dirigeants. Mais inventer une réconciliation basée sur l’injustice et le meurtre n’est pas la solution. En Palestine comme partout dans le monde, il n’y aura pas de paix sans la justice, sans lutte contre les criminels, sans dénonciation des prétextes au nom desquels se perpétue le crime.

Pour empêcher le massacre généralisé, sous sa double forme, celui des peuples par une armée impérialiste, et celui ineluctable des juifs que l’on aura identifié à cette armée, il faut dénoncer les vrais coupables, renoncer au colonialisme, à l’impérialisme et se battre aux côtés de ceux qui luttent pour leur libération.

Il faut que l’opinion publique intervienne massivement et pour cela que chacun ait à cÅ“ur de faire venir à la manifestation du 29 juillet qui aura lieu à Paris, mais aussi à Marseille et dans d’autres villes de France, ses parents, ses amis. Internet n’y suffit pas, il faut un corps à corps militant, collectif et individuel. En défendant les Libanais et les Palestiniens victimes du fascisme, c’est nous-mêmes et l’humanité que nous défendons.



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur