En lutte pour défendre nos usines et nos emplois

lundi 12 novembre 2012
popularité : 2%

Le 31 octobre dernier, plusieurs boites du secteur de l’agroalimentaire en lutte pour l’emploi se sont rencontrées à Montreuil, au siège de la fédération CGT de ce secteur. A l’issue d’une journée riche en partages, une déclaration a été adoptée que nos camarades de Fralib viennent de nous envoyer. Nous la publions en entier.

Notre Fédération et les syndicats CGT de Fralib (13), Continental Nutrition (84), Pilpa (11), Pic’Or (ex-Doux 62), Barry Callebaut (21) se sont réunis le 26 octobre 2012 à Gémenos (13).

Les militants ont réaffirmé leur détermination à lutter contre les fermetures de sites et les licenciements engendrés par les stratégies de rentabilité financière des entreprises. La défense du potentiel agroalimentaire régional et national, le maintien et le développement des activités industrielles et des emplois sont des combats âpres, mais légitimes qui contribuent à la construction de changements sociaux, économiques et politiques fondamentaux.

Les échanges ont permis de mettre en exergue les caractéristiques communes de ces luttes, telles que la rentabilité du site, l’intransigeance patronale, les savoir-faire et les spécificités de chaque activité comme la position des produits par rapport au consommateur et les marques. Dans chacun de ces conflits, les salariés et les syndicats CGT, à partir d’une connaissance approfondie de leur entreprise et de leurs métiers et avec l’aide de leur expert, ont construit des propositions économiques et sociales permettant la poursuite et le développement de l’activité, des emplois et de leur pérennité.

Dans ces conflits, un bras de fer est engagé entre les salariés et les directions. Celles-ci, responsables de la mise au chômage de plusieurs centaines de salariés et de la plongée de leurs familles dans la misère et la précarité, s’emploient à bloquer toutes reprises d’activités.

Dans ce contexte, les paroles ne suffisent pas. Le gouvernement socialiste doit agir avec plus de détermination et prendre ses responsabilités pour mettre en oeuvre les engagements électoraux. Toutes les dispositions politiques, législatives et réglementaires doivent être prises pour donner des droits nouveaux aux élus et mandatés, notamment un réel droit d’intervention dans la gestion pour bloquer les réorganisations, cessions ou rachats d’entreprises et un droit de veto contre tous licenciements et décisions ayant des conséquences sur l’emploi, revenir à une autorisation administrative des licenciements sur la base d’une définition très restrictive, exiger la mise en oeuvre des propositions économiques et sociales sérieuses des salariés permettant la poursuite de l’activité.

Le gouvernement doit imposer aux entreprises dont la stratégie va à l’encontre de l’intérêt général les mesures telles que la réquisition des outils de production et des marques pour assurer les conditions d’une pérennité de l’activité et des emplois.

Les syndicats présents et la Fédération poursuivent, à partir des réalités de chaque situation, les luttes pour imposer le maintien et le développement de l’emploi et de l’outil industriel agroalimentaire.

Syndicats CGT – Fralib
Continental Nutrition
Pilpa
Pic’Or
Barry Callebaut
Fédération Nationale Agroalimentaire et Forestière-CGT (FNAF-CGT)

Montreuil, le 31 octobre 2012



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur