Quand Pôle Emploi met une salariée à la porte et à la rue (acte II)

mercredi 12 décembre 2012
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

Rouge midi avait déjà parlé de cette stagiaire qui était en formation en alternance et que Pôle Emploi avait convaincue d’arrêter la formation sous la promesse d’un CDI. [1] Rentrée en CDD, ceux-ci se sont succédés pendant près de 3 ans sous des motifs divers (ce qui est contraire à la loi) et au final pas de CDI.

En février 2012 le dernier CDD est stoppé sans explication, si ce n’est celle laborieuse envoyée plus de deux mois plus tard dans un courrier qui explique sans rire que si la personne est virée, elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même car elle aurait dû chercher du travail….pendant qu’elle travaillait (sic !)
Où à Pôle Emploi ?

Ayant épuisé tous les recours amiables et syndicaux possibles, la direction restant sourde à toute démarche, l’éjectée de Pôle Emploi devant l’urgence de sa situation n’a d’autre ressource que de saisir la justice pour, comme la loi le prévoit en pareil cas, demander une « requalification de CDD en CDI » et au vu de cela, sa réintégration. L’affaire aurait dû passer en prud’hommes le 4 décembre dernier…ce qui faisait quand même dix mois après les faits.

Cela ne suffisait pas à la direction de Pôle Emploi qui, bien que saisie de nombreuses démarches et courriers depuis février déclarait qu’elle n’était pas prête et obtenait du tribunal le renvoi de l’affaire au… 18 juin 2013 !!! Comme gestion de l’urgence sociale on fait mieux.

Attendre jusqu’au 18 juin ? Impossible.

C’est ce qu’une 50aine de personnes à l’appel du comité chômeurs, de la CGT Pôle emploi et de l’UL CGT du centre-ville sont venues dire hier mardi 11 décembre en fin de matinée à l’agence du Pharo dont dépend notre éjectée…

Le directeur local reçoit rapidement une délégation qui lui demande d’intervenir auprès de la direction régionale, ce qu’il fait.

La réponse ne tarde pas à venir « le directeur régional M. BEL vous appelle pour vous donner un rendez-vous dans la semaine prochaine »…Autrement dit ce que dix mois de courriers et interventions diverses n’ont pas réussi à faire, une intervention massive et déterminée couverte par la presse locale l’a réussie en même pas une heure…

14h 30 le téléphone sonne le rendez-vous est fixé au mercredi 19 décembre 14h 30 au siège de la direction régionale au 1 bd Pèbre.

Bien sûr rien n’est gagné et personne ici ne se berce d’illusions, mais enfin pour la première fois une rencontre a lieu et c’est en soit un fait à souligner à mettre à l’actif des cinquante présents de ce matin et parmi eux la délégation remarquée des camarades de Fralib.

Pétition commune syndicat CGT Pôle emploi et comité chômeurs CGT

Un comble : Pôle emploi hors la loi sur l’emploi !!!

Après de multiples CDD, hors cadre légal de 2009 à 2012, Sabrina a été éjectée en février
2012 sans explication de Pôle Emploi. Malgré de multiples interventions syndicales, malgré
les engagements pris sur l’intégration et le reclassement des CDD, la direction régionale n’a
rien voulu savoir.

En toute logique Sabrina, en situation de totale précarité suite à cette mise à la porte (elle a
dû laisser son appartement et est actuellement hébergée) a saisi la justice pour demander
sa réintégration. Le fonctionnement actuel de la justice fait que celle-ci ne se prononcera pas
avant juin 2013, 16 mois après les faits !!!

Nous ne pouvons accepter cela et sommes décidés à soutenir Sabrina qui se bat pour sa
réintégration et a décidé de se faire entendre par tous les moyens en sa possession, quitte à
camper devant Pôle Emploi s’il le faut.

En attendant le 19, la pétition pour la réintégration qui a commencé à circuler hier matin et a récolté un nombre impressionnant de signatures en quelques heures, va être diffusée le plus possible. (pour signer en ligne, cliquer ici ou sur l’icone en bas à droite, pour la télécharger et la reproduire cliquer là)

En attendant, comme cela a été rappelé hier, la CGT Pôle Emploi, le comité chômeurs et toutes celles et ceux qui soutiennent Sabrina ne manqueront pas une occasion de dire leur détermination à agir tant que l’éjectée n’aura pas retrouvé son poste.

Vengeance ou coïncidence malheureuse incompréhensible ?

Après 3 mois de recours infructueux, notre amie a donc assignée Pôle Emploi. Quelques jours après elle reçoit un avis du Trésor Public l’informant d’un indu datant de plus de 6 ans en arrière, dans une période où Sabrina alternait les contrats en intérim et les périodes d’indemnisation. La demande est d’autant plus curieuse que, outre le fait que l’intéressée est sûre d’avoir toujours correctement rempli ses feuilles de déclarations mensuelles et le caractère tardif de la demande, la réclamation du Trésor est surchargée au stylo, comme si subitement l’organisme s’était réveillé en juillet 2012.

Renseignements pris, ni l’employée du Trésor Public, ni l’employée de la DIRECCTE (ancienne direction du travail) ne sont capables d’expliquer le pourquoi de cette demande tant d’années après. Tout juste à la DIRECCTE pourra-t-on nous dire que cela vient de Pôle Emploi mais qu’il n’y a pas de dossier archivé ni de trace de demande antérieure…

Pour continuer dans le tragi-comique, la demande de remboursement d’indu est portée sur 5 papiers : 1 pour chacun des 4 mois concernés et un 5e récapitulatif de tout. Eh bien que croyez-vous qu’on lui réclame aujourd’hui ? La somme des 5 avis soit deux fois la somme litigieuse. Et pas moyen pour l’instant que l’huissier n’admette l’évidence…Kafka au pays des chômeurs…

Enfin une autre question se pose : comment se fait-il que Pôle Emploi qui a embauché Sabrina 3 ans après les faits n’ait rien vu dans son dossier quand on sait qu’elle épluche, et cela est compréhensible, les historiques des relations avec Pôle Emploi, de tous les nouveaux embauchés ? Un oubli ? Une erreur d’inattention ?

Mais alors comment expliquer ce brusque réveil 6 ans après….15 jours après l’assignation ? Comment aussi expliquer cette persistance dans l’erreur manifeste ?

Impossible de croire qu’un organisme aussi social que Pôle Emploi se venge…

[1Celle que nous appelions alors Carole s’appelle en fait Sabrina et ne voulait pas dans un premier temps que son prénom apparaisse mais vu le déroulé ultérieur des faits son anonymat n’est plus de mise



Documents joints

Pétition Pôle Emploi

Signatures :  315

Date Nom Sites Web Message
Juin 2017 ANTOINE readocs Bravo pour cette pétition que je soutiens! c'est révoltant !!!!
Mai 2013 Magnan Sarah
Avril 2013 Fred jeux de guerre
Janvier 2013 Soutien de la CGT DSI ple emploi
Janvier 2013 mousse

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur