Accueil > Rubriques du site > International > Amérique > Amérique du Nord > Une commission parlementaire américaine : 237 mensonges officiels.

Une commission parlementaire américaine : 237 mensonges officiels.

vendredi 8 septembre 2006

Le 16 mars 2004, un rapport de la Chambre des représentants préparé par le démocrate Henry Waxman dresse l’inventaire des exagérations et mensonges dont l’administration Bush s’est rendue coupable afin de favoriser l’invasion de l’Irak.
A l’époque, M. Colin Powell était secrétaire d’Etat.
La conseillère pour la sécurité nationale Condoleeza Rice lui succède en janvier 2005.

- NOMBRE DE DECLARATIONS TROMPEUSES. (misleading statements)

- "Notre banque de données a recensé 237 déclarations trompeuses faîtes par le président Bush, le vice-président Cheney, le secrétaire (à la défense) Rumsfeld, le secrétaire (d’Etat) Powell, la conseillère pour la sécurité Rice.

- Ces déclarations ont été faîtes au cours de :

** 40 discours.

** 26 conférences de presse.

** 53 entretiens.

** 4 déclarations écrites.

** 2 dépositions devant le Congrès.

La plupart des déclarations étaient trompeuses parce qu’elles exprimaient une certitude là où il n’en existait aucune, ou omettaient de mentionner les doutes des services de renseignement.

- Mais 10 de ces déclarations étaient purement et simplement fausses."

CALENDRIER DE CES DECLARATIONS

.

"Les premières ont été faites au moins un an avant le déclenchement des hostilités en Irak (mars 2003) quand le vice-président Cheney a déclaré, le 17 mars 2002 : "Nous savons qu’ils ont des armes chimiques et bactériologiques."

Les déclarations trompeuses de l’administration ont continué jusqu’au 22 janvier 2004, quand le vice-président Cheney a insisté : "Les preuves sont écrasantes d’un lien entre Al-Qaida et le gouvernement irakien.

- "La plupart de ces déclarations -161- ont précédé la guerre. Mais 76 d’entre elles furent faites par les 5 responsables précités après le déclenchement de la guerre afin de justifier la décision prise.

La période de trente jours durant laquelle le plus grand nombre de déclarations trompeuses ont été prononcées se situe avant le vote du Congrès, les 10 et 11 octobre 2002, autorisant le recours à la force.

- Entre le 8 septembre et le 8 octobre 2002, les 5 officiels firent :

** 64 déclarations trompeuses lors de 16 apparitions publiques.

- Pendant les deux mois précédant le début de la guerre, entre le 19 janvier et le 19 mars 2003, les 5 officiels firent :

** 48 déclarations trompeuses aucours de 26 apparitions publiques.3

THEMES DE CES DECLARATIONS

.

"Les 237 déclarations trompeuses peuvent être divisées en 4 groupes.

- Les 5 dirigeants ont fait 11 déclarations prétendant que l’Irak représentait une menace à traiter d’urgence :

** 81 exagéraient ses capacités nucléaires.

** 84 surévaluaient son arsenal chimique et biologique.

** 61 caractérisaient de façon inexacte (misrepresented) ses liens avec Al-Qaida.

LE PRESIDENT BUSH

.

"Entre le 12 septembre 2002 et le 17 juillet 2003, le président Bush a fait :

** 55 déclarations trompeuses relatives à la menace représentée par l’Irak au cours de 27 apparitions publiques distinctes.

Le 7 octobre 2002, trois jours avant le vote du Congrès sur la résolution relative à la guerre en Irak, le président Bush a prononcé un discours à Cincinnati (Ohio), comprenant :

** 11 déclarations trompeuses, le total le plus important des 5 dirigeants en un seul discours."

LA CONSEILLERE CONDOLEEZA RICE

.

"Entre le 8 septembre 2002 et le 28 septembre 2003, la conseillère pour la sécurité nationale a fait :

** 29 déclarations trompeuses relatives à la menace représentée par l’Irak au cours de 16 apparitions publiques.

- Bien que Mme Rice ait fait le moins d’apparitions publiques et ait prononcé le moins de déclarations trompeuses, c’est elle qui a fait le plus de déclarations mensongères-8."

QUELQUES PROPOS CITES DANS LE RAPPORT

.

- M. CHENEY, 17 MARS 2002 :
"Nous savons que les Irakiens disposent d’armes biologiques et chimiques. (...) Et nous avons des raisons de penser qu’ils cherchent à acquérir des armes nucléaires."
(Maison Blanche, conférence de presse du vice-président Cheney et du prince héritier de Bahreïn.)

- M. RUMSFELD, 14 NOVEMBRE 2002.
"Maintenant, projetez-vous dans un an, une semaine ou un mois et imaginez que Saddam Hussein prenne ses armes de destruction massive et les transmette à Al-Qaida et que, d’une manière ou d’une autre, Al-Qaida lance une attaque contre les Etats-Unis ou des forces américaines stationnées à l’étranger.
Alors, on ne parlerait plus de 300 morts ou même de 3.000 morts, mais de 30.000 ou de 100.000."
(Entretien en direct avec Infinity CBS Radio.)

- M. BUSH , 28 JANVIER 2003.
"Les informations venues de nos services de renseignement, les communications secrètes et les déclarations faites par des personnes en détention révèlent que Saddam Hussein aide et protège les terroristes, y compris ceux d’Al-Qaida.
En secret et sans laisser ses empreintes digitales, il pourrait fournir une de ses armes cachées aux terroristes, ou leur permettre de produire les leurs."
(Discours sur l’état de l’Union.)

- M. ANTHONY BLAIR : EN 45 MINUTES, L’APOCALYPSE...
"L’Irak possède des armes de destruction massive.
Saddam a continué à les produire et il a élaboré des plans militaires relatifs à l’utilisation d’armes chimiques et biologiques susceptibles d’être employées dans les 45 minutes."
(Discours à la Chambre des communes le 24 septembre 2002)

- M. GEORGE W. BUSH : "MISSION ACCOMPLIE".
"Les grandes opérations militaires en Irak sont terminées.
Dans la bataille de l’Irak, les Etats-Unis et leurs alliés l’ont emporté.
Désormais, notre coalition est engagée dans le travail de sécurisation et de reconstruction du pays. (...)
Aujourd’hui, nous avons le pouvoir de libérer une nation en abattant un régime dangereux et agressif.
Grâce à nos nouvelles tactiques et à la précision de nos armes, nous pouvons remplir nos objectifs militaires sans recourir à la violence contre les civils (...)"
(Déclaration prononcée le 1e mai 2003 sur le porte-avions USS Abraham Lincoln).

"Le Monde diplomatique" 09/2006.

Transmis par Linsay.