QUE SE PASSE-T-IL A LA SOGIMA ?

dimanche 15 février 2015
popularité : 4%

… Ils sont devenus fous !...

C’est du moins ce que déclare la CGT de l’entreprise et on la comprend...

La SOGIMA est une société de gestion immobilière de la ville de Marseille. Détenue à 44% par la ville et 56% par la caisse d’épargne, elle gère 6700 logements (principalement sur Marseille intra-muros et emploie pour ce faire près de 180 salariés.

Depuis quelques années la situation se dégrade et de drôles de pratiques se font jour de la part d’une partie au moins de la direction, pratiques qui avaient conduit l’union locale CGT à écrire à la SOGIMA pour demander un rendez-vous, courrier resté sans réponse. Devant tous ces dysfonctionnements la section syndicale CGT décidait en octobre dernier de se relancer et d’être force de proposition. En janvier un représentant de section syndicale, Jérôme AUBERT, était nommé. La direction informée le vendredi 16 janvier envoyait dès le lundi 19 une lettre de convocation à « entretien préalable avant sanction pouvant aller jusqu’au licenciement ». Puis dans la foulée, contestait la nomination et enfin, sans attendre la décision du juge sur la validité ou non de la désignation, décidait de licencier Jérôme AUBERT en passant outre l’avis de l’inspection du travail, avis obligatoire pour un salarié protégé...
Difficile de faire plus pour montrer sa volonté de se débarrasser de la CGT !

Les drôles de pratiques d’un directeur général

En août 2013 une membre du comité chômeurs s’adresse à l’UL car l’agence qui lui a promis un logement revient en arrière alors que tout est engagé, l’assurance souscrite et le camion de déménagement commandé. De fil en aiguille, au travers d’un dédale d’agences qui se renvoient promptement la balle, ce qui ne manque pas d’intriguer,, l’UL découvre que le propriétaire du logement en question n’est autre que M. ORSINI directeur de la SOGIMA,

L’UL découvre aussi que ce monsieur a plusieurs autres appartements (une trentaine ?) qui demandent entretien et travaux...et que dès lors plusieurs éléments troublants posent la question du conflit d’intérêt entre Laurent ORSINI gérant de l’entreprise de location de logements du même nom et ORSINI Laurent directeur financier de la SOGIMA. L’UL CGT écrit alors au président du directoire en lui faisant part de ses interrogations et, au vu des éléments troublants en sa possession, pour demander un rendez-vous : il ne lui sera pas répondu.

Aujourd’hui c’est le même M. ORSINI qui est en première ligne contre la CGT qui, entre autres, dénonce certaines pratiques et méthodes de gestion.

Voici donc le tract intégral de la CGT de SOGIMA :

Ces dernières années nous avons vu partir Olivier Burelli informaticien, Eva Mullor DRH, Michel Anselme Directeur de l’Exploitation – membre du Directoire -, et bien d’autres collègues…
Et maintenant…… :
Tentative de licenciement en toute illégalité de Jérôme AUBERT, Responsable technique, qui vient de recevoir sa lettre de licenciement, au moment même où notre Direction assigne la CGT et Jérôme AUBERT devant le Tribunal d’Instance sur un litige portant sur les élections professionnelles à venir (Mars 2015). Ne nous trompons pas, ce que craint notre Directeur Général c’est de se retrouver devant une organisation syndicale comme la CGT, courage fuyons !….. Il est plus facile d’attaquer individuellement les personnes que d’affronter des représentants qui défendent l’intérêt général et non les intérêts personnels, ainsi que la très grande majorité des salariés.

Preuves à l’appui :
- Conflit ouvert de personnes entre les Directions de la SOGIMA et de la SACOGIVA, sans tenir compte des salariés impactés dans leur travail et pris en otage sur un plan psychologique ;
- Tension au Conseil de Surveillance où la gestion financière et économique est mise à mal par des membres représentants l’actionnaire privé de ce Conseil ;
- Des organismes extérieurs à l’entreprise pointent également de nombreux et graves dysfonctionnements :
* La MIILOS : [1] « l’organisation ne s’appuie pas sur système encadrant les procédures et leur mise en œuvre.. .Anomalies et irrégularités dans la gestion de la commande publique, des charges récupérables… » la MIILOS dénonçant « l’impossibilité de vérifier la juste imputation des charges aux locataires de par la mauvaise organisation… aucune justification précise sur le coût des interventions de la régie en méconnaissance des texte en vigueur… »
* Association des locataires : assignation sur les charges avec un risque financier sans précédent dû à un laxisme qui ne date pas d’aujourd’hui. Cette situation ne fait que s’aggraver par des postures incompréhensibles qui font l’objet de critiques de la part des salariés concernés par le dossier, la MIILOS pointant également ces « pratiques ».
*Enquête de la Brigade Financière dont les motifs sont mal expliqués par la Direction, aucune transparence, aucune information claire de la Direction à l’égard des salariés, ces derniers étant inquiets, et ce, de manière légitime sur l’avenir et l’image de marque de la SOGIMA.

La Direction assigne la CGT et le Représentant de Section Syndicale, Jérôme AUBERT, devant le Tribunal pour contester le mandat, n’attend pas le délibéré de la justice, n’interpelle pas l’Inspection du Travail, et tente de licencier Jérôme AUBERT !!!…Une triste première dans l’entreprise et dans les pratiques patronales….

Entre temps, un soutien spontané des salariés s’est créé pour faire suite à des accusations graves et diffamatoires portées à l’encontre d’un collègue de travail.
La Direction incrimine cette action spontanée en faisant passer ce soutien pour des « pressions et autres intimidations » par le biais d’une note diffusée à l’ensemble du personnel, tout en rappelant la formule suivante comme pacte fondateur de notre entreprise : « Responsabilité – Solidarité – Loyauté ». Ne détournons pas le sens de ces mots, il serait peut être utile de se replonger dans le Petit Robert…..
On nous rappelle à l’ordre lorsque la colère gronde, lorsque l’injustice se fait sentir, lorsque certains s’opposent à la complaisance et aux manipulations…

Faisons nôtres ces valeurs qu’on nous assène pour mieux nous faire taire :
- Responsabilité : refusons d’être les spectateurs du déclin de l’entreprise, défendons nos emplois et notre outil de travail, redonnons tout son sens à la valeur Travail.
-  Solidarité : refusons les divisions et soutenons les salariés illégalement licenciés, l’union fait la force, la solidarité est une valeur fondatrice du syndicalisme et nous
n’avons aucune leçon à recevoir de personnes criant haut et fort « solidarité » sans en connaitre la valeur et le véritable sens.
- Loyauté : refusons d’utiliser l’entreprise à des fins personnelles, œuvrons pour pérenniser ce formidable outil de travail qu’est la SOGIMA.
L’ensemble des directions travaillent, la qualité de production est exemplaire et reconnue de l’extérieur, les transversalités fonctionnent, le patrimoine semble s’inscrire dans une stratégie de réhabilitations vertueuses... seules les incertitudes financières et les stratégies de la Direction de l’Exploitation fragilisent la SOGIMA.
Notre organisation syndicale sera à vos côtés pour défendre notre société, préparer un avenir plus serein et correspondant à l’image que SOGIMA a toujours eue et à laquelle nous sommes TOUS profondément attachés.

« Ceux qui se battent peuvent perdre ; ceux qui ne se battent pas ont déjà perdu »
Bertolt BRECHT

Nous vous appelons à soutenir l’action de la CGT ce lundi 16 février 2015 par un arrêt de travail de 9H00 à 9H30 pour défendre notre collègue Jérôme AUBERT, pour le droit à l’expression et à la liberté syndicale au siège social de la SOGIMA.


[1Mission interministérielle d’inspection du logement social



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur