Nexcis, ou la logique mortelle d’une EDF devenu capitaliste.

dimanche 19 avril 2015
popularité : 1%

Ne nous y trompons pas, EDF n’est plus propriété des français, c’est maintenant un groupe capitaliste comme les autres. C’est la raison pour laquelle EDF cherche à liquider les 120 emplois de Nexis. Car même si cette filiale est innovante et son procédé de vitrage photovoltaïque plein d’avenir, les actionnaires d’EDF ont décidé que les brevets seraient « vendus » au plus offrant, pour que la fabrication des panneaux soit délocalisée.
Alors que le gouvernement socialiste se réclame haut et fort de la transition énergétique, voici encore une aberration de plus après celle de l’annonce de la fermeture de la raffinerie de Total à La Mède. L’argent compte plus que les hommes !

2 mars 2015, le jour où tout bascule...

Ce jour là, EDF décide la fermeture de sa filiale NEXCIS, en prétextant que « le produit n’aurait pas sa place dans un marché saturé par la production asiatique ». Ainsi EDF brade l’indépendance énergétique de la France, sous un faux prétexte, car une étude de perspective de marché a montré que la commercialisation des produits Nexcis pouvait rapporter 25 milliards de dollars d’ici 2020 et créer près de 400 emplois dans notre région qui en a bien besoin.


Les Nexcis, lors de la manifestation du 9 avril dernier.

Les salariés ont développé un produit BIPV (Building Integrated PhotoVoltaic) concept innovant de vitrage photovoltaïque que la direction occulte complètement !
Avec tout un marché à construire, NEXCIS est la seule entreprise à disposer d’un produit aussi abouti, déjà commercialisable et à même de répondre au grand défi de la fameuse Transition Énergétique.

NEXCIS est prêt. Avec sa technologie CIGS, son bilan carbone associé à la production des panneaux est particulièrement bas, en comparaison avec les autres techniques de fabrication, ce qui le rend spécialement adapté pour la transition énergétique.

Alors, pourquoi EDF décide t-elle cette abandon irrationnel ?

Encore une fois ce comportement démontre

  • 1- que la recherche est toujours à la charge de l’État [1]
  • 2 - que la commercialisation du produit de cette recherche est bradée au privé qui en fait ce qu’il veut.

EDF privatisé a déjà bénéficié de toutes les recherches menées par EDF Public. Mais cette fois, le produit de l’intelligence de nos ingénieurs est littéralement « volé » ! Car non seulement EDF va vendre le brevet à l’étranger, mais pour engranger davantage de « cash » pour les actionnaires, EDF va en délocaliser la production.

C’est exactement le contraire des intérêts de notre pays !

Les élus de notre région ne peuvent pas accepter sans rien dire le dictat d’EDF et l’État encore moins. Et c’est un paradoxe inacceptable car "Comment explique-t-on cette contradiction entre les engagements du Gouvernement pour développer les énergies renouvelables et l’attitude de cette société appartenant à EDF mais détenue à 85% par l’État ?".

L’argent compte plus que les hommes et comme le dit la chanson, si « tout le monde ment, le gouvernement, lui, ment énormément ».

Pourquoi l’État et les élus de la région ne réagissent-ils pas ? Et pourquoi ne pas faire appel à un repreneur potentiel si EDF n’en veut plus, afin de conserver les emplois chez nous ? Mais ces idées de bon sens n’ont rien à voir avec les règles de Bruxelles et du capitalisme mondialisé. Ces règles sont donc mauvaises, il faut en changer et refuser la fermeture de Nexcis.

Ce qui est à nous doit rester à nous !

La_peniche

Nous vous invitons, afin de soutenir l’emploi dans notre département, à signer la pétition sur :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Maintien_de_lemploi_dans_les_Bouches_du_Rhone_NON_A_LA_FERMETURE_D E_NEXCIS_FILIALE_DEDF/


[1Car, 75 millions d’euros, d’argent public (nos impôts) ont été investi dans l’entreprise !



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur