Derichebourg : face au mépris la solidarité s’amplifie

vendredi 6 novembre 2015
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

La grève des employées de nettoyage de l’hôpital Lavéran à Marseille, a pris une nouvelle dimension cette semaine. Rappelons que les salarié-e-s, principalement des femmes employées à temps partiel, refusent les mutations et les baisses d’effectifs que Derichebourg veut imposer au mépris des règles d’hygiène qui devraient pourtant prévaloir en particulier dans un hôpital et au mépris des salarié-e-s qui triment dur depuis des années pour le bien-être de tous, malades et personnels soignants.

Mercredi 4 novembre la direction de Derichebourg, au bout de 14 jours de conflit, recevait enfin une délégation à Bourg-lès-Valence. Emmenées par Nacer, un dirigeant du syndicat CGT 13 des entreprises de propreté, et Hadda porte-parole des grévistes, les représentantes des salariées espéraient bien faire entendre raison à leur nouvelle direction qui multiplie les actes arbitraires et les attaques contre les personnels depuis sa prise de marché. Las ! Il n’en a rien été. Impossible de s’entendre avec une direction qui compte bien conforter sa marge face à des personnels qui parlent temps de travail, hygiène des locaux, rythme de vie et déplacements impossibles.

Le fric face à la vie.
La vraie.
Celle qui vous fait lever à 5h du matin pour quelques euros qui sont encore trop pour ceux d’en face qui continuent à vous jeter à la face leur mépris.
Dire qu’ailleurs dans les médias on entend parler de dialogue social, de partenaires sociaux ...
Adversaires de classes et dialogue de sourds conviennent bien mieux !

La délégation est donc repartie sans aucune bonne nouvelle à rapporter au piquet de grève. En colère mais pas abattu-e-s, déterminé-e-s les grévistes ont repris à leur compte le désormais fameux « on lâche rien ». Si Derichebourg compte nous avoir à l’usure on va lui montrer qu’il se trompe. Et vite !

Ça tombe bien le lendemain, jeudi 5 novembre, la CGT 13 avait prévu un rassemblement de solidarité autour d’un barbecue de lutte organisé devant l’hôpital. Alors comme toujours dans pareil cas, les camarades ont répondu présent : ceux des entreprises et administrations des quartiers Nord alentour, les portuaires bien sûr : dockers, navale, port de Marseille, les militantes et militants des quartiers Sud, celles et ceux de la santé, ceux de NEXCIS, de la centrale, la direction de l’union départementale et bien sûr les camarades du nettoyage des chantiers environnants…

Gonflées à bloc les grévistes se donnaient à voir, fumigènes à la main et à entendre mégaphone collé aux lèvres : « Derichebourg t’as perdu, les grévistes sont dans la rue ! Derichebourg va-t’en on peut nettoyer sans toi ! Derichebourg l’esclavage c’est fini ! ».

En moins de deux heures ce sont plus de 1500€ qui ont été récoltés ! « On va tenir, on aura de quoi tenir » disaient les grévistes…. « et des raisons supplémentaires de le faire après ce rassemblement » rajoutait Othmane secrétaire général du syndicat.

Déjà, avec Nacer grillardin d’un jour on discute en petit groupe de la prochaine initiative : Derichebourg ne s’en tirera pas comme ça.

Ami et camarade lecteur, si tu passes pas loin du boulevard Lavéran dans le 13e à Marseille n’hésite pas à venir saluer ces mères courage qui sont tous les matins à 7h au piquet de grève et y restent jusqu’à la nuit.

Sinon n’hésite pas, envoie ta solidarité à « CGT Propreté Solidarité » UD CGT 13
- Bourse du Travail – 23 Bd. C.Nédelec – 13003 MARSEILLE.



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur