Regards de juillet août 2009

mardi 28 juillet 2009
popularité : 1%

PASSER DES PAROLES AUX ACTES

Au lendemain du discours du Premier ministre israélien Netanyahu, qui s’est prononcé pour un Etat palestinien mais à des conditions inacceptables pour les Palestiniens, le président Obama s’était félicité de « l’important pas en avant ». De son côté, la présidence tchèque de l’Union européenne avait salué « un pas dans la bonne direction ». Les Etats-Unis comme l’Union européenne se satisfont de peu et se contentent de quelques déclarations ambiguës du gouvernement israélien. A l’instar des Etats-Unis et de l’UE, le gouvernement français a également demandé le gel de la colonisation israélienne.

Mais, en même temps, les uns et les autres ont reçu successivement avec les honneurs le ministre des affaires étrangères Lieberman et le premier ministre Netanyahu en les écoutant poliment et en n’exigeant rien d’eux, même pas la levée du blocus de Gaza. Le président en exercice de l’UE a déclaré en présence du ministre Lieberman à l’issue du conseil d’association UE-Israël du 16 juin :« Nous avons réitéré notre volonté de développer davantage nos relations avec Israël. La décision du Conseil d’association de décembre 2008 (NDLR : pour le rehaussement de ces relations) reste valable ». Un protocole d’accord a même été signé entre l’UE et Israël le 22 juin sur la mise en œuvre de l’aide financière au titre de la politique de voisinage. L’objectif est de « développer des rapports plus étroits », de favoriser le rapprochement législatif et de promouvoir le dialogue entre les administrations publiques ; des opérations de « jumelage »(échange de fonctionnaires) sont également prévues.

Le Quartette pour le Proche-Orient, qui regroupe les Etats-Unis, l’Union européenne, la Russie et l’ONU, y est allé également de sa petite déclaration. Une façon de faire oublier que ce Quartette avait mis au point en 2003 une feuille de route prévoyant la création d’un Etat palestinien dans les territoires occupés par Israël. Ce projet est resté lettre morte et n’a pas vu le début d’un commencement de solution.

Se moquant de toutes ces déclarations et résolutions, qui sont autant de vœux pieux, Israël maintient le blocus de Gaza et s’oppose à l’entrée des fonds qui ont été promis par les pays donateurs pour la restructuration du territoire. Un bateau d’aide humanitaire a même été refoulé ! Résultat : la situation économique se dégrade, le chômage dépasse 40%. Un rapport de la Banque mondiale, publié début juin, soulignait qu’« à cause du dispositif de sécurité israélien, l’économie palestinienne s’est anémiée, ce qui se traduit par un déclin de ses secteurs productifs ». Israël exclut un gel de la colonisation en Cisjordanie qui se poursuit sans aucune retenue (depuis l’occupation de la Cisjordanie en juin 1967, près de 500 000 Israéliens s’y sont installés, dont près de 200 000 à Jérusalem-Est annexée), un retour des réfugiés chassés en 1948 ou un retrait de la partie arabe occupée de Jérusalem.

C’est un véritable bras d’honneur qu’adresse le gouvernement israélien à la communauté internationale. Il faut mettre un terme à cette impunité d’Israël et ne pas se contenter de discours et de belles déclarations. Il faut passer aux actes pour faire pression sur Israël et le contraindre à respecter la légalité internationale fondée sur le droit du peuple palestinien à un Etat véritable, le droit au retour des réfugiés et l’arrêt définitif de la colonisation. La gamme des actes à entreprendre peut être graduée : arrêt de rehaussement des relations entre l’UE et Israël jusqu’à la suspension de l’accord d’association, suspension des crédits étasuniens avec des conditions strictes à respecter, rupture des relations diplomatiques comme l’ont déjà décidé certains pays. Sans la mise œuvre de ces actes assortis de contraintes, Israël continuera à défier la communauté internationale et à maintenir les Palestiniens dans l’étau de la colonisation et de la répression.

L’EUROPE EN BREF........

. Après l’accord de l’ancien Parlement européen, le Conseil des ministres des 27 a adopté le 25 juin, à l’unanimité, le 3e paquet législatif pour la libéralisation du marché de l’énergie.

. Le rapport de la Commission européenne sur l’économie de la zone euro, publié le 29 juin, a montré que, au cours du premier trimestre 2009, la zone euro a subi la pire baisse du PIB depuis les années 1970 ; le PIB devrait diminuer de 4% en 2009.

. José Manuel BARROSO, soutenu par le Conseil européenne unanime, a été reconnu comme le meilleur candidat par le patronat européen (Business Europe) à la présidence de la Commission européenne.

. Le bilan social de l’Union européenne 2008, élaboré chaque année par l’Observatoire social européen, a mis en évidence une crise des modes de répartition des richesses, qui se trouve à la base de la déflagration, donc de l’enrichissement indécent d’une petite minorité et d’un appauvrissement lancinant de la multitude.

. Livia Jároká, du parti hongrois Fidesz, est la seule députée européenne d’origine rom élue le 7 juin ; sa présence ne compense pas la montée en puissance de partis d’extrême-droite d’Europe centrale au discours anti-Roms qui ont obtenu des élus au Parlement européen.

. A l’initiative de Hans-Ulrich Jörges, rédacteur en chef du magazine allemand Stern, une cinquantaine de journalistes de 19 pays européens ont signé une « charte européenne pour la liberté de la presse » qui vise à protéger la presse des ingérences de l’Etat et à garantir aux journalistes l’accès aux sources d’information.

. Des juristes en droit social et en droit du travail de toute l’Europe ont exprimé leurs très vives inquiétudes face à la détérioration des droits sociaux fondamentaux et à l’impact des récentes décisions de la Cour européenne de justice sur les droits des travailleurs.



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur