Simplifions le code du travail !

vendredi 21 novembre 2014
popularité : 2%

Les vieilles même sirènes capitalistes semblent ressortir trompettes et cors ces derniers temps. Le « flamby » rose bonbon ne serait-il plus au goût des médias qui laissent une place de choix à la précampagne des repris de justesse de l’UMP ? Ou alors c’est que Valls invité à l’université du MEDEF, s’est senti obligé de rendre la pareille et on entend toujours (trop !) les vieilles rengaines du patronat ?

Un seul contrat de travail !!

Mais ma parole, monsieur Gattaz a écouté la CGT ? Il s’est converti au rouge ? Moi je suis d’accord, mais le seul problème c’est que c’est du réchauffé... C’est pas que, mais dans mon lycée agricole entre les CUI-CAE, les ACEN, les ACB, les titulaires, les stagiaires, les agents de la région et puis sans oublier les ouvriers agricoles de droit privé, j’arrivais plus à m’y retrouver...

Un seul contrat ? Mais je signe ! Je pourrais syndiquer tout le monde dans ma section avant de leur demander quel statut ils ont. En fait oui c’est du réchauffé, parce qu’un contrat de travail unique c’est le CDI tel qu’il est pensé dans le code du travail. Alors si pour simplifiez le code du travail on virait les 20 contrats (sans compter les innombrables variables de CDD dans les fonctions publiques) de travail qui y sont de trop ?

Libérons le travail !

Je suis également d’accord, je suis contre « les effets de seuil sociaux », que toutes les entreprises qu’elle que soit leur taille aient la même représentation de la voix des travailleurs. 1 travailleur = 1 voix. Vous voulez la démocratie ? Nous aussi !! Dans les coopératives, on verra quelle voix sera entendue et la plus présente. Pour reprendre l’expression d’un camarade, la dernière fois que j’ai compté on avait plus de pieds que ce qu’ils sont de culs. Pour simplifiez le code du travail, on pourrait aussi réduire le nombre de statut des entreprises.

On libérerez par la même occasion les travailleurs en supprimant les patrons !

Supprimons les charges !

Mais elles n’ont jamais existées ! Chez moi on appelle ça des cotisations sociales, quand j’entends « charges », je ne comprend pas. Ce que je comprends c’est que vous êtes contre la solidarité dans la société. Ce n’est pas de l’argent perdu toute la richesse qu’on crée et qu’on met dans la sécu. Tout ça, cet argent, ça sert à se serrer les coudes quand on est malade, ça sert à Survivre quand le boulot n’est pas là, ça sert à avoir quelques jours heureux avant de casser sa pipe.

Vous, le MEDEF, la droite, les riches, vous appelez ça des charges mais de notre côté on appelle ça chômdu, sécu et carte vitale, APL pour les étudiants ou encore retraite. C’est l’assurance d’avoir un pécule quand on est dans la merde. Alors oui, supprimons les charges, sortez-vous ce mot de votre bouche, réhabilitons le salaire social !

Il existe bien deux Frances (...au moins)

Il y a ceux qui sont malades de l’amiante, ceux qui sont en dépression d’avoir des conditions de travail de merde et ceux qui sont fatigué d’avoir plusieurs boulots... sans oublier ceux qui se battent pour le conserver ! Il y a ceux qui vivent en HLM, ceux qui vivent dans la rue, ceux qui vivent en camp sous les ponts, ceux qui vivent à plusieurs par choix... ou pas et ceux qui grugent les agences. Il y a ceux qui sont privés d’emploi, ceux qui sont interdit bancaire, ceux qui sont dans le rouge le 10 du mois et ceux qui font les poubelles dans la rue. Il y a ceux qui sont en demande d’asile, ceux qui bougent pour avoir du boulot, ceux qui bougent et ceux qui voudraient bouger, ceux qu’on fait bouger par les guerres ceux qui sont en zone de guerre et qui voudraient bouger.

Quand j’entends dire Monsieur Juppé sur un plateau télé qu’il y a qu’ UNE France, déjà on vit pas dans la même, ce qui en fait déjà deux. Moi je voudrais bien qu’il y en qu’une, une France où tout le monde pourrait vivre dans les mêmes conditions, je signe demain !

Camarades soyons attentif aux attaques de la droite.

Vincent Dulout



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur