L’arrestation de Pierre Stambul : une erreur ? Et celle de Claude Lefort aussi ?

mercredi 10 juin 2015
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

On connait maintenant la vraie raison de l’arrestation de Pierre [1] : c’était une erreur ! Ah alors ça explique tout ! Les esprits malveillants qui ont vu là l’oeuvre d’un pouvoir autoritaire et privatif de libertés n’ont rien compris. C’était une erreur puisqu’on vous le dit. Selon toute vraisemblance, une oeuvre de ce satané Ulcan, Celui-là même qui avait piraté un certain nombre de sites dont Rouge Midi sans être inquiété par la police d’ici ou de Tel Aviv et qui là, avait "informé" la police du fait qu’il avait tué sa femme...en se faisant passer pour Pierre.

Le préfet de police a déploré l’incident et donc tout rentre dans l’ordre...

Et les esprits chagrins qui font observer que les policiers ont mis 7h à s’apercevoir de leur méprise, qu’un simple coup de fil n’est pas forcément une information fiable, qu’en tout état de cause la porte de l’appartement est maintenant bel et bien cassée, que Pierre a été blessé, que lorsqu’ils sont arrivés à 1h 30 du matin tout le monde, y compris sa femme vivante et en bonne santé, dormait et que cela aurait dû interroger la police,...etc, ceux-là sont de bien mauvais esprits !!

En fait ce qui est en cause dans cette affaire c’est la faiblesse du renseignement, il faudrait une nouvelle loi pour mieux renseigner le raid et les préfets : heureusement notre premier ministre s’en occupe...entre deux voyages en Falcon.

Et ce n’est pas tout !

Puisque Vingt-quatre heures après l’irruption nocturne et violente du Raid au domicile de Pierre Stambul, co-président de l’Union juive française pour la paix, c’est chez Jean-Claude Lefort, ex-président de l’association France-Palestine Solidarité, que les policiers ont débarqué.

Selon l’ancien député PCF du Val-de-Marne, il était 2h30 du matin quand une vingtaine de policiers de la Brigade anti-criminalité sont intervenus à son domicile, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). C’est un voisin qui a averti Jean-Claude Lefort qui se trouvait en province. Constatant son absence, les policiers n’ont pas défoncé la porte, contrairement à ce qui s’était passé la veille au domicile marseillais de Pierre Stambul.

« Il y a deux mois, nous explique en effet Pierre Stambul, encore très choqué, il y a eu exactement la même agression que celle que j’ai subie, contre l’autre co-président de l’UJFP, Jean-Guy Greilsamer, arrêté également chez lui suite à un canular. Deux autres militants en ont également fait les frais. C’est toujours Ulcan, hacker confirmé, et la police se laisse encore prendre au piège, c’est scandaleux. Et croyez-moi, vu la violence des policiers, un homme encore plus âgé que moi y serait resté. »

Il est difficile cette fois de croire à une « bavure policière ». Beaucoup de questions se posent. De qui viennent les ordres ? Pourquoi ses interventions nocturnes chez des personnalités connues, responsables associatifs ou ancien élu de la République ?

Pour l’heure, Pierre Stambul n’a toujours reçu aucune explication ni aucune excuse. Et le préfet est aux « abonnés absents » lorsque Jean-Claude Lefort tente de le joindre au téléphone. Il est grand temps que le ministre de l’Intérieur s’explique.

De deux choses l’une ou nos services de renseignements sont nuls et se font manipuler par n’importe qui, ou la nouvelle loi sur le "terrorisme" montre son vrai visage, elle est à usage interne.

Les deux mon général !

Mais à quoi joue la police nationale ?

Faut-il y voir les premières dérives annoncées des projets prétendument sécuritaires du gouvernement français ?

L’affaire, en tout cas, est très grave. Et le gouvernement doit s’expliquer.

Ne faut-il pas y voir une volonté d’intimidation de ceux qui, depuis le sol français ou non, soutiennent aveuglément la politique du gouvernement d’extrême droite israélien et s’inquiètent du développement sans précédent du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien en France, en Europe et dans le monde ?

Nous ne cèderons pas à ces provocations. Au contraire, elles renforcent notre détermination à défendre le droit.

Nous continuerons de défendre le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, dont les gouvernements israéliens successifs s’acharnent à empêcher la mise en œuvre, par l’occupation, la colonisation, le détournement des ressources, le siège de Gaza, les bombardements, l’entrave au retour des réfugiés, la violation permanente du droit international et des droits humains élémentaires.

Avec nos camarades palestiniens et israéliens engagés pour le droit et pour une paix juste, nous poursuivrons la campagne de Boycott-Désinvestissement-Sanctions contre la politique israélienne tant que cet État violera le droit international dans l’impunité permise par la passivité de nos gouvernements.

Oui, la France doit sanctionner la politique israélienne et elle doit reconnaître l’État de Palestine. Dans l’intérêt de tous.

Nous défendrons aussi le droit lorsqu’il est malmené en France. Non, la solidarité n’est pas un délit, ni une importation du conflit en France. La solidarité est un devoir. C’est le mépris du droit et les lectures prétendument identitaires de ce conflit colonial, au détriment du socle citoyen au fondement de la République, qui risquent, au contraire, de susciter dans nos sociétés les pires dérives.

Une seule réponse à ces provocations : l’élargissement de la solidarité avec le peuple palestinien.

Rajouté par la_peniche

Source : AFPS


Renseignements pris auprès de Pierre et contrairement à ce qui a été dit à la presse le préfet n’a jamais appelé l’UJFP pour s’excuser.


[1La Provence numérique du 9 juin



Commentaires

Logo de rabah Soukehal
samedi 13 juin 2015 à 11h31 - par  rabah Soukehal
Logo de <span class=RICHARD PALAO" />
jeudi 11 juin 2015 à 15h19 - par  RICHARD PALAO

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur