Bienvenue en Palestine !

La suite...
vendredi 8 juillet 2011
popularité : 2%

Au moins cent participants à l’opération « Bienvenue en Palestine » ont été bloqués à Paris, nous signale notre camarade Dom. Une dizaine ont réussi à prendre l’avion , dont Dom. A l’arrivée à Tel Aviv, ils sont arrêtés avant même le contrôle des passeports et enfermés dans un bureau spécial. Ils sont onze. Dernières nouvelles de Dom à 18 heures 52 : « François vient d’être embarqué par l’armée après violences sur nous qui voulions nous y opposer ».

Près de 600 militants —dont 300 Français et des délégations de Belgique, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et d’Italie— devaient participer à cette opération "Bienvenue en Palestine" à l’invitation de 15 associations palestiniennes, de quoi faire peur à l’état le mieux armé de toute la région.

Aussi "Israël a remis aux compagnies aériennes une liste de 342 personnes indésirables, les avertissant qu’elles seront aussitôt refoulées aux frais des compagnies" a expliqué à l’AFP la porte-parole des services de l’immigration du ministère de l’Intérieur, Sabine Hadad. En conséquence, "les compagnies ont refusé d’ores et déjà de prendre à bord quelques 200 de ces passagers" a-t-elle précisé.

Sur les motifs de cette attitude (contraire à la déontologie des compagnies aériennes), qui consiste à refuser l’embarquement de personnes en possession de billets et passeports en bonne et due forme, les compagnie ont renvoyé les journalistes au ministère des Affaires étrangères français : « Ce ne sont pas les compagnies qui décident qui entre et qui sort du territoire français, voyez le Quai d’Orsay ».

A Roissy des dizaines de personnes manifestaient après s’être vu refuser l’accès aux vols pour Tel Aviv par ce que leur nom figurait sur la liste. Ils exigeaient simplement des attestations motivées de l’annulation de leur vol pour Tel Aviv et le remboursement de leur billet.

Non content de faire appliquer les directives israéliennes totalement contraire au droit de circulation, le gouvernement français leur a envoyé les CRS, avec lacrymos et charge dans les règles, devant le personnel impuissant qui, dit-on sur place, pourrait décider de se mettre en grève.

Jamais la France n’était allée aussi loin dans la complicité avec l’Etat d’Israël, qui bafoue ouvertement et depuis tant d’années le droit international. La réaction devra être à la hauteur. Suite demain…



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur