Nicolas Sarkozy ou la ruine du tiers-monde.

lundi 29 mai 2006
popularité : 2%

La France est diverse et n’appartient pas aux seuls Français, disait, en substance l’historien Fernand Braudel.

Pour sa part, Victor Hugo écrivit : « Nous cesserons dès à présent d’être des Britanniques, des Français ou des Allemands. Il faut être européen. Cessons aussi d’être européens et soyons simplement des hommes.Nous devons défaire le dernier ressort de l’égoîsme national ! »

Qui serait capable aujourd’hui de faire entendre ces mots au ministre français de l’Intérieur, M. Nicolas Sarkozy ?

Ce dernier est d’origine hongroise. Ses parents ont immigrés dans une France qui les a accueillis et leur a offert ce qu’elle offre à tous ceux qui ont la chance d’être nés sur son sol.

Aujourd’hui, M. Sarkozy et son frère sont des personnalités politique et économique de premier ordre, dans une France multiple et colorée.

Nicolas Sarkozy a si bien réussi que, désormais, il parle au nom de la France.

Mais cette France-là est une France qui refuse l’immigration, rejette l’humanisme et se détourne des droits de l’homme.

En instaurant une « immigration choisie », la France risque de devenir un « gentleman cambrioleur » de la matière grise du tiers-monde.

Pour y être accueilli, il faudra être doté de talents exceptionnels et de compétences rares, qualités que l’on n’acquiert, dans la plupart des pays pauvres, qu’à grands frais et au prix d’importants sacrifices consentis par la famille et l’Etat.

Puis arrive la France de Sarkozy pour cueillir ces talents, comme à la pire période de l’Empire colonial français.

Une telle pratique est un véritable crime. Car si elle devait être appliquée à l’ensemble de l’Europe et de l’Amérique du Nord, elle signifierait la fin programmée de toute perspective d’avenir pour le tiers-monde, où ne resteront que les citoyens consommateurs.

Les autres, l’élite, les forces créatrices, iront où ils pourront déployer leurs talents -puis, à leur tour, ils contribueront à perpétuer la suprématie du Nord.

Texte de : Ahmed Abodehman, Al-Riyadh, Riyad. (Auteur de La Ceinture, le seul roman Saoudien écrit en langue française, ou il raconte son enfance dans l’Arabie Saoudite d’avant l’essor pétrolier.

Trouvé dans : « Le Courrier International », par Linsay.



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur