A propos du prix du carburant et de ce qu’il y a lieu de faire

jeudi 1er novembre 2018
par  ANC
popularité : 4%

Comme le rappelle la fédération CGT des industries chimiques sur le prix que nous payons pour le carburant seuls 10% vont à l’industrie du raffinage les 90% restants allant aux taxes et dans les poches des actionnaires, la France faisant partie des 25% de pays qui taxent le plus les carburants.
L’énoncé de ces seuls chiffres justifie la colère : c’est du racket !
De plus soyons clairs : cette politique de taxation, outre le fait qu’elle est excessive, n’est juste d’aucun point de vue.

- D’un point de vue social c’est faire payer aux plus pauvres l’impôt sur le transport. Le seul impôt juste c’est l’impôt sur le revenu. Les taxes devraient être réservées aux produits de luxe.
- L’argument écologique ne tient pas pour les mêmes raisons. Les riches continueront à se déplacer quel que soit le prix de l’essence et les pauvres, s’ils n’ont pas les transports en commun adéquats, continueront à prendre la voiture…en payant plus cher !

Dans cette situation un mouvement tant politique que syndical, soucieux du monde du travail, aurait dû se mobiliser depuis longtemps et en particulier depuis les dernières hausses annoncées par ce gouvernement qui a réduit l’impôt sur les grosses fortunes et multiplié les cadeaux aux riches.
Sur ce sujet spécifique des taxes il n’en a rien été…
Et la nature ayant horreur du vide, le peuple s’est emparé de ce sujet.
Ces jours-ci se multiplient sur les réseaux sociaux des appels à une action le 17 novembre, action de blocage nous dit-on. Ces appels sont critiqués pour deux raisons essentielles
- Parce que, lancés par des individus, ils seraient relayés, voire récupérés par l’extrême droite
- La forme d’action proposée (un samedi sans grève serait inefficace).
Dans la foulée de ces critiques des interpellations directes sont lancées en direction de celles et ceux qui se positionnent pour ce mouvement : « où étiez-vous dans les actions contre la loi travail, les ordonnances et plus généralement les actions pour l’augmentation des salaires…etc ? »

Devant cette situation il nous appartient de prendre de la hauteur.

Oui celles et ceux qui aspirent à prendre en compte les besoins des travailleuses et travailleurs sont coupables de n’avoir rien vu venir. Non pas qu’ils l’aient fait exprès mais, aspirés par d’autres logiques, par d’autres préoccupations, parfois par des guerres picrocholines entre organisations se réclamant du changement de société, ils sont en fait coupés du peuple. [1]

Bien sûr qu’il faut lutter pour l’augmentation des salaires, que c’est même une des conditions premières de sortie de crise mais en quoi cela est-il contradictoire avec le fait de demander la baisse des taxes sur un produit qui, qu’on le veuille ou non, dans l’état actuel des choses, est un produit de première nécessité ? Mieux, même si par l’action nous arrachions une augmentation générale des salaires et pensions, cela rendrait-il acceptable le racket actuel du gouvernement ? L’impôt continuerait à frapper plus fort celles et ceux qui ont les plus bas revenus. La redistribution par l’impôt ne se ferait pas.

On peut critiquer la forme d’action. Soit. Mais que répondre à celles et ceux qui disent que par nos formes d’actions traditionnelles nous n’avons ni réussi à empêcher la loi travail, ni aucune des lois malfaisantes de l’actuel gouvernement ? Dans ces conditions, même si nous ne le partageons pas, ne pouvons-nous pas comprendre le scepticisme d’une partie de la population ?

L’extrême droite récupère ? Mais c’est justement parce que le mouvement ouvrier n’est pas à la pointe de ces batailles pour le pouvoir d’achat. Et depuis longtemps.
Nous ne voulons pas que la juste colère des gens du peuple soit dévoyée ? Alors agissons et proposons !

Disons que nous sommes prêts à nous mobiliser pour les revendications suivantes :

- Baisse immédiate de la taxation des carburants.
- Fixation des prix par l’état afin d’avoir le même prix sur tout le territoire (comme cela se fait dans de nombreux pays) : la libéralisation de 1983 n’a pas fait baisser les prix et 70% des stations-services ont fermé
- Rétablissement de l’impôt sur la fortune et de la progressivité de l’impôt sur le revenu
- Développement des transports en commun et gratuité des transports urbains ou péri-urbains
- Gratuité des parkings et développement de ceux-ci à l’entrée des villes et aux grandes stations de transport.
- Augmentation des salaires et réduction de l’échelle des salaires

Et surtout, surtout, sur la base de ces quelques premières revendications qui ne demandent qu’à être élargies dans le sens de la justice sociale, proposons un calendrier de luttes efficace et des formes d’actions concrètes dont le peuple pourra s’emparer pour agir prenant ainsi confiance dans l’action.

Le 31 10 2018


[1Cela rappelle le mouvement contre les horodateurs à Marseille qu’aucune force politique n’avait vu venir à part à l’époque, à part l’ANC 13 qui avait lancé sa pétition pour les transports et les parkings gratuits.



Documents joints

PDF - 255.7 ko

Commentaires

Logo de Charles Hoareau
mercredi 7 novembre 2018 à 17h55 - par  Charles Hoareau

 ??? Où est-il écrit que l’ANC (signataire du texte) se prend de "passion pour le 17 novembre, initiative à laquelle nous n’appelons pas ? En appeler aux organisations de notre camp comme le fait d’ailleurs aussi la FNIC CGT, pour qu’elles proposent un calendrier de lutte c’est simplement considérer que la bataille du pouvoir d’achat est de notre responsabilité et celle de la lutte contre les taxes en fait partie. C’est aussi poser la question des formes de lutte...
Quant au contenu sur lequel nous sommes prêts à nous mobiliser, les quelques revendications énoncées et en particulier celles sur la réglementation des prix et sur l’augmentation des salaires montrent assez que l’ANC se différencie nettement du poujadisme et ne se limite pas à critiquer le gouvernement...Je pense que tu n’ignores pas que l’ANC est une des rares organisations politiques à soutenir la revendication de la FNIC CGT de nationalisation de l’industrie chimique ?
Quand on parle du « peuple », force est de constater, même si cela nous ennuie, que parmi les gens qui relaient cet appel du 17 novembre il y a nombre de camarades des milieux populaires par ailleurs souvent organisés au sein d’organisations politiques (on a même pu constater que c’était un débat public au sein de la FI et du PCF) et aussi syndicales. Le texte de l’ANC est une réflexion qui s’adresse aux militants et précède notre tract national sur le sujet.
Quant à la loi Liberté et Immigration c’est un bien mauvais procès qui est fait à rouge vif 13, devenu depuis 2 ans section départementale de l’ANC, de dire que nous n’avons rien écrit ou relayé sur le sujet !!! Il n’y a qu’à aller sur le site de l’ANC et voir tous les articles parus ces derniers mois sur le sujet...et leur nombre !
Depuis que rouge vif/ ANC 13 existe il n’y a pas beaucoup d’initiatives sur les questions de liberté et d’immigration que ses membres ont loupé y compris parfois quand nous étions bien seuls au plan politique. Amicalement.

Logo de Richard <span class=PALAO" />
mercredi 7 novembre 2018 à 15h33 - par  Richard PALAO

Si la confede CGT s est senti obligé de reagir c est bien qu’ elle est gênée aux entournures elle reconnaît d’ ailleurs que les syndiqués l’ont interrogé , ceci dit ces syndiqués ont ils fait remonter

leurs propositions d action contre la hausse des carburants AVANT l annonce de la manif du 17 novembre ?
La démocratie syndicale doit fonctionner dans les deux sens !!!
Ceci dit la confederation ne peut pas être exonérée de son manque d initiative par ce tract il est du devoir de tous les syndiqués de réfléchir aux causes de cette absence qui révèle pour le moins un manque de présence dans les masses ’ présence qui aurait ’permis de détecter que cette hausse des carburants était la goutte d’eau qui a fait deborder le vase des atteintes au pouvoir d achat car 90 %des travailleurs prennent leur voiture pour se rendre a leur travail ...
Attention également de pas considérer que ceux qui iront manifester sont des fachos ou sont manipules par la RN cela risque d être contreproductif et de renforcer l extreme droite si cette manif est un succès
Pour ma part j appliqué le principe syndicaliste de classe de ne pas critiquer des travailleurs qui se battent même si je ne partage pas les formes d action et les objectifs

J’ attends de la CGT qu’ elle organise rapidement. Des actions pour la defense du pouvoir d achat incluant les salaires ’ les retraites la CSG les minimas sociaux et la suppression des taxes sur les carburants
Pour commencer pourquoi ne pas distribuer le communiqué de la confederation CGT aux manifestants ?
Richard PALAO
Responsable CGT Ufros45

Logo de Danièle Jeammet
mercredi 7 novembre 2018 à 07h44 - par  Danièle Jeammet
Logo de Richard <span class=PALAO" />
lundi 5 novembre 2018 à 14h13 - par  Richard PALAO

A moins de lire dans le marc de café je ne vois pas comment on peut affirmer que les simples citoyens qui ont initié la manif du 17 ou ceux qui s apprêtent à participer n ont rien fait contre la loi travail ou pour réclamer des augmentations de salaire ’ ceux qui ne font rien ou pire ceux qui sont complices ce sont ceux qui ont pris le train en marché comme la droite et l extreme droite , la vraie problematique ce n est pas l existence de cette manif mais c est que ce ne sont pas les syndicats dont la CGT qui en sont les organisateurs .
POur ma part j essaie toujours de respecter un principe Syndical de classe : ne jamais critiquer ceux qui luttent même si je ne suis pas d accord avec leurs objectifs
Les responsables de LA CGT devraient davantage écouter leur base et cessér de perdre du temps dans de faux espaces de dialogue comme la CES le CES ER. Le COR ...et dans des séances de discussions bidons comme celles de la loi travail ou de la réforme des retraités
A quand des manifs et des grèves pour la defense des salaires des retraites et contre la hausse du carburant qui touche les plus pauvres a l initiative de la CGT

Richard PALAO
Syndicat CGT UFROS 45

Logo de Danièle Jeammet
lundi 5 novembre 2018 à 10h51 - par  Danièle Jeammet

Puisque 90% du prix de l’essence va dans les poches des actionnaires et dans les taxes, pourquoi s’en prendre uniquement à ces dernières (racket fiscal) et passer sous silence les actionnaires donc le capital, qui est à l’origine de toutes les difficultés évoquées dans l’article ? Sûr que dans ce cas là ni le RN ni Dupont-Aignan n’aurait jugé bon de soutenir ce mouvement. Sûr aussi que les médias ne s’en seraient pas fait aussi largement l’écho.
D’ailleurs, qui est « le peuple s’est emparé ces jours-ci de ce sujet » ? Ceux qui en 2016 on mené des mois de lutte contre la loi El Komry ? Les mêmes qui en 2017 ont tenté de s’opposer à la loi travail ? Aux ordonnances ? On n’a vu à aucun soutien à l’époque de l’extrême-droite et j’en déduis qu’il doit s’agir essentiellement d’autres forces. Elles ne manquent d’ailleurs pas de souligner publiquement qu’elles se méfient de tout mouvement syndical ou parti politique, bref un « apolitisme » qui a toujours été l’apanage des mouvements réactionnaires.
Peut-être faut-il chercher l’origine de la faiblesse des mouvements sociaux passés dans ces « guerres picrocholines » qui minent justement la force de frappe syndicale et notamment celle de la CGT où de micromouvements politiques en mal de troupes tentent de s’approprier, sans en mesurer les conséquences, celles du seul syndicat de classe, de la dernière structure de lutte organisée dont les travailleurs disposent en France.
Facile d’aligner une série de revendications qui constitue quasiment un programme politique pour justifier de soutenir ce mouvement du 17 novembre qui n’a pas été fichu d’en aligner une seule sauf : racket fiscal. Les bonnets rouges (soutenus par le Medef) avaient à l’époque le même genre de démarche et le NPA s’y était laissé prendre, ce qu’il a d’ailleurs amèrement et publiquement regretté.
Pour ma part, je regrette de trouver dans Rouge Midi une telle passion pour ce mouvement alors que je n’ai rien vu de tel concernant la Loi Liberté et Immigration qui porte gravement atteinte aux droits humains alors même que l’extrême-droite gagne dans toute l’Europe. Mon grand âge me permet malheureusement de reconnaître le poujadisme quand il pointe son nez, je préfère prévenir.

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur