Retour sur la journée du 7 octobre

Photos de la manif marseillaise
vendredi 10 octobre 2008
popularité : 2%

Autour de cette journée (qui n’était pas la 1re journée internationale d’action comme cela a été dit mais la première initiée par la CSI), quelques éléments :
3 questions réponses sur cette journée et ses suites
En document joint le texte d’appel de l’association française des Amis de la FSM
En fin d’article le lien vers l’album photos de la manif marseillaise

Beaucoup de monde à la manif marseillaise (20 000) un chiffre qui en a surpris plus d’un y compris parmi les manifestants. Au côté des salariés du public on remarquait de fortes délégations du privé salariés des banques, de l’agroalimentaire et du commerce en particulier les magasins du centre ville où celles de Monoprix Canebière réussissaient presque le "carton plein" de manifestant-e-s. Interrogé par une journaliste Charles Hoareau répondait à 3 questions sur cette journée.

1) Que signifie pour vous la notion de "conditions de travail décentes" ?

La notion de travail décent est assez floue en soi. Disons que la CSI, à l’origine de cette journée, lui donne le sens d’un travail qui « respecte les droits humains ». Cela a forcément un sens différent d’un pays à l’autre quand on sait que l’on ne peut parler d’un code international du travail. Entre un paysan sans terre d’Amérique du Sud et un ingénieur de France il y a énormément de différence. En France, à cette notion un peu floue, les syndicats (à l’exception de FO, CFTC et CGC) ont accolé des revendications nationales sur l’emploi et les salaires. Dans le secteur du nettoyage que je suis, où les gens sont exploités et sans garantie du lendemain, nous nous sommes saisis de cette journée, pour nous joindre aux autres salariés et dire avec eux à ce gouvernement, que nous n’acceptons pas sa politique de régression sociale et que nous nous battons pour gagner le respect de nos droits et la conquête de droits nouveaux. Dans le contexte particulier de notre région où se déroule depuis près d’un an à ADOMA un conflit hors du commun entre donneur d’ordres, entreprises dites d’insertion, entreprises classiques et salariés qui ne veulent pas se retrouver à la rue, la présence des salariés du nettoyage dans la manifestation était doublement importante.

2) Cette journée mondiale d’action a t-elle un réel impact ou est-elle simplement symbolique ?

Il est trop tôt pour répondre à cette question. Si on regarde l’histoire du syndicalisme international elle a été de tous temps jalonnée de ces rendez-vous qui ont fait avancer les droits des travailleurs. L’exemple le plus éclairant étant celui de la journée du 1er mai. Actuellement le monde du travail international est divisé entre CSI (surtout implantée en Amérique du Nord, Australie et Europe), FSM (la plus ancienne centrale internationale majoritairement organisée en Amérique du Sud, en Afrique, au Moyen Orient et en Asie) et salariés non affiliés à aucune des deux centrales (les plus nombreux). De ce fait l’appel a surtout eu un écho en Europe et plus particulièrement en France (où la FSM appelait à se joindre à cet appel). C’est sur qu’en Amérique du Sud où les syndicats affiliés à la CSI sont ceux qui luttent contre Chavez ou Morales cette journée n’a pas eu d’impact. Après selon les pays cette journée a une dimension différente y compris de la part des initiateurs. Au départ les directions des organisations syndicales françaises avaient prévu un simple concert au Trocadéro. La CGT en a fait une journée de lutte.

3) La crise actuelle peut-elle être une occasion pour les syndicats de se relancer tant à l’échelle nationale qu’internationale ?

En ces temps de crise et de récession c’est sûr que cet appel avait une dimension particulière. Après il y a appel et appel et but donné à cet appel. La CSI a déclaré qu’il fallait « réguler le système », moi je fais partie de ceux qui pensent qu’il n’est pas régulable, qu’il faut en changer et que le rôle des organisations syndicales, sans se mêler des questions d’organisations politiques, est de poser y compris la question de ce changement.
En somme croit on sortir de la crise qui va faire des millions de chômeurs - dans des pays où la protection sociale est de plus en plus réduite - en injectant des milliards aux banques ?

La question qui est posée, y compris d’un point de vue syndical n’est elle pas de comment permettre aux peuples d’être maîtres de leurs richesses ?

Revendiquer un travail décent sans se poser la question minimale du changement de société que cela suppose c’est de fait accepter un système…qui j’en suis convaincu est historiquement condamné. En France Chérèque (secrétaire de la CFDT) a déclaré "Cette journée d’action a été décidée depuis un an…ce n’est pas une journée de grève donc on n’est pas dans une démarche de blocage de l’économie, ça ne serait pas le moment".

Si on ne fait pas grève on ne peut pas peser sur les choix des grands groupes. Ils nous montrent assez tous les jours et depuis longtemps que le capitalisme ne peut entendre que le rapport de force. Quand on voit qu’ils sont prêts à faire la guerre au Caucase, en Irak ou ailleurs pour la maîtrise de l’énergie on comprend aisément que les appels à la raison ne peuvent suffire. Dans cette société qui n’a jamais été autant inhumaine, le syndicalisme n’a de crédibilité et donc d’avenir, que s’il s’attaque à la racine du mal avec détermination. On ne peut proposer une action contre une injustice sans donner au moins des pistes pour que celle-ci cesse durablement sinon on se condamne à éteindre l’incendie avec des seaux percés.

************

Pour voir l’album photos de la manif cliquez ici

Mode d’utilisation de l’album

Dans la page qui s’ouvre les photos apparaissent en format réduit.

En cliquant au milieu et en bas de la photo un diaporama se met en route, en cliquant au milieu et en haut de la photo celle-ci apparait en format plus grand.


En médaillon on verse à la collecte pour les ADOMA, présents au milieu d’une forte délégation du nettoyage.



Documents joints

Déclaration des Amis de la <span class="cap

Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur