La santé au travail

vendredi 19 juin 2009
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

C’est sur ce thème qu’avait lieu à Venelles le 11 juin 2009la rencontre débat organisée par la Fondation Copernic et animée par Michel Bianco [1] .

Une salle attentive où se mêlaient syndicalistes, élus municipaux, chercheurs et avocats, a pendant plus de deux heures écouté et débattu sur ce sujet trop ignoré en France. Elle a pointé en tout premier la méconnaissance par le grand public de la réalité des accidents du travail et des maladies professionnelles.

-  Qui sait qu’en Europe il y a un mort au travail toutes les 3mn ½ ?
-  Qui sait que les jours d’arrêt à cause d’un accident du travail, représentent en France chaque année l’équivalent de la fermeture d’une entreprise de 50 000 salariés ?

Il y a donc là une responsabilité particulière de ceux qui ont la connaissance de ces drames. Elles ont le devoir médias, syndicats, institutions du travail, de développer la conscience citoyenne endormie qu’elle est par le sentiment de sécurisation de notre société. Si à longueur d’antenne les crimes, les accidents mortels de la route ou de la montagne sont traités, il n’en est pas de même des accidents du travail. Cette différence de traitement médiatique ne peut être le fait du hasard.

De même si les médias jouaient leur rôle, les procès sur les accidents ou la mise en danger de la vie d’autrui au travail, devraient avoir la même place que les procès de droit commun dans leur ligne éditoriale.

D’autant que la connaissance est la première condition de la prévention.

Annie Thébaud-Mony [2]a axé son intervention sur la responsabilité patronale face à la mortalité au travail, au drame de l’amiante et la non prise en compte du développement des cancers professionnels.
Elle conseille au "citoyen" salarié de toujours déclarer les accidents du travail comme tel (sachant qu’il a deux ans pour le faire)et la volonté d’attaquer au pénal .

Eve Cerro et Silvia Sappa les avocates, de Pierre Rivas, décédé sur le chantier de la construction de la gare TGV d’Aix ont montré la difficulté a remonter dans la chaine de responsabilité dans ce dossier où la SNCF n’a jamais été simplement entendu. Un participant, syndicaliste et cadre de la SNCF confirmera ce fait. Sur le chantier du TGV Sud Est il y a eu 10 morts. Une seule fois la SNCF a eu un PV. L’inspecteur du travail auteur de ce crime de lèse majesté a été sanctionné !

Pour Charles Hoareau le développement totalement anarchique d’entreprises sous traitantes est responsable d’une perte de savoir faire et de repères dans l’environnement de travail conduisant à un taux d’accident en pleine expansion. Ce qui est posé c’est la question de la responsabilité y compris pénales des entreprises donneuses d’ordre qui se cachent derrière la sous traitance pour effacer leurs propres responsabilités. Sur cette question de la santé au travail il y a nécessité que les organisations syndicales fassent plus et mieux en lien souvent avec nombre d’associations qui ont montré leur efficacité et leur rôle d’aiguillon en la matière.

Pour les syndicalistes de Cadarache et de Lyondell entreprise de la chimie de l’étang de Berre c’est aussi le risque que les entreprises sous traitent. Et le délégué de Lyondell de démontrer par l’exemple, sur un site où la moitié des heures est aujourd’hui effectuée par des salariés sous traitants soumis à la précarité, la difficulté de connaître les accidents de travail voire même les salariés présents sur le site à un moment donné.
Pour les représentants du personnel de Crédit Agricole c’est essentiellement le stress du aux objectifs qui pèsent sur la santé des salariés.

La rencontre s’est conclue par une prise de rendez vous, le procès en appel des responsables de l’accident mortel de Jérôme Bianco. La CGT déjà partie civile dans ce dossier sera-t-elle rejointe par d’autres ? C’est tout ce que l’on souhaite et ce à quoi cette rencontre aura sans doute permis d’aider.

La prise en compte de ces questions à la hauteur qu’il convient est un long combat. Michel en sait quelque chose lui qui se bat depuis tant de mois pour faire d’un drame familial un combat collectif.


[1Michel, suite à la mort de son fils Jérôme en août 2006 se bat sur cette question de la santé et des accidents du travail. Voir articles précédents sur Rouge Midi

[2sociologue, directrice de recherche de la santé à l’INSERM, spécialiste des questions de santé au travail. Elle a écrit le livre « Travailler peut nuire gravement à votre santé »



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur