Giulia Sarkozy : « Assez parlé, il faut vagir ! ».

dimanche 30 octobre 2011
popularité : 2%

Précoce , la fille de Carla et Nicolas nous envoie le faire-part de son programme pour 2012.

J’avais bien raison de ne pas me presser.

Avec des parents pareils, vous pouvez me considérer comme un cas social.

Déjà papa me met la pression :

« Je veux 10 points de plus dans les sondages ou je te prive d’Epad ! ».

Calmos !.

Je n’ai que sept jours au compteur mais je sais compter les pourcentages :

69% d’opinions défavorables au dernier sondage !.

Je vis en pleine précarité.

Mon avenir est d’autant plus sombre que je suis un enfant de la dette.

A peine née, déjà ruinée !.

Y a quelqu’un qui m’a dit que tous les pays européens sont fauchés et j’en ai eu la preuve ce week-end en recevant les cadeaux d’Angela Merkel - un petit ours en peluche - et de David Cameron - une couverture rose.

C’est de la rigueur ou de l’austérité ?.

Quand à maman, interviewée par France 2 quelques jours avant ma naissance, elle annonçait sa participation personnelle à la campagne présidentielle.

Alertez les services sociaux : qui va garder la gosse ?.

J’espère au moins ne pas être mise en nourrice jusqu’au 6 mai 2012.

Dans ma chambre, d’où le rose est banni - papa déteste cette couleur -, des nounous chauves se croisent, munies d’oreillettes (j’y vois encore assez mal).

Côté com, je sens mes parents embarrassés : peur d’en faire trop ou pas assez ?.

« C’est un bonheur profond parce que privé », a bafouillé papa.

Mes parents ont trouvé une astuce : parler pour dire qu’ils ne parleront pas de moi.

Et maman a pris de bonnes résolutions : ne jamais me montrer en photo, ce qui est injuste car tous mes demi-frères y ont eu droit.

La maltraitance ira-t-elle jusqu’à me priver de paparazzi, de jité et de Jean-Pierre Pernaut ?.

En attendant, les cadeaux s’accumulent.

Des couches-culottes bio et un chêne en pot.

Vivement le prochain vide-grenier.

Claude Guéant et le procureur Courroye m’ont offert un téléphone portable sur écoutes, Guaino un exemplaire de « La Chèvre de Philippe Séguin », Brice Hortefeux et ses amis une mallette remplie de billets.

Chez l’orfèvre parisien Christofle, on est débordé par les commandes de timbales gravées à mon nom (je vous recommande celle en argent massif à 435 euros, gravure non comprise).

Si l’euro disparaît, j’aurai toujours l’argenterie.

Donc je m’appelle Giulia (prononcez « Djoulia » et je suis heureuse d’avoir échappé aux noms de fleurs.

Récemment, maman a déclaré à une télé anglaise qu’elle avait été séduite par le savoir botanique de Bonne-Chance-Mon-Papa : en lui faisant visiter les jardins du palais, avant leur mariage, il avait été capable, en plein hiver, de lui indiquer les noms de chaque variété de fleur.

Certains journaux ont annoncé que je m’appellerais Dahlia.

Raté !.

Giulia, c’est quand même mieux que Chrysanthème ou Rhododendron.

J’ai aussi évité les prénoms patriotiques : Marianne, Lorraine, Jeanne (comme d’Arc), Jeannie (comme Longo).

Moyennant quoi une certaine Marine Le Pen me cherche des poux dans la fontanelle :

« J’aurais préféré qu’[elle] porte un prénom plutôt français qu’un prénom italien (...). Quand on est président de la République française, il m’apparaît comme un signal fort de donner à son enfant un prénom français ».

De tels propos me donnent envie de rentrer dans le ventre maternel !.

Je ne le ferai pas car je suis une battante.

Quand je serai grande, je serai mannequin et je ferai Sup de top.

Après quoi je deviendrai présidente de la République.

La première femme à ce poste !.

A mon âge, on n’a pas le droit de rêver.

Il faut être ou avoir tété.

D’ici là, il faut que j’apprenne la différence entre la droite et la gauche, ce qui n’est pas facile avec une mère passée si rapidement de la gauche à la droite.

Heureusement, deux bonnes fées se penchent sur mon berceau : un bossu et un chauve, Raffarin et Juppé.

J’ai touché la bosse du premier, cela porte bonheur.

J’en ai besoin vu la conjoncture.

Mais je vais retrousser les manches et le bavoir.

Grâce à moi, la France va garder sa note.

Surveillez mes parents et appelez-moi GiuliAAA !.

Recueilli par Frédéric Pagès source Le Canard enchaîné du 26/10/2011

Transmis par Linsay



Commentaires

Navigation

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur