Une fête remplie de temps forts.

mardi 23 septembre 2014
popularité : 2%

On peut être critique sur nombre d’aspects de la fête de l’Huma : prix élevés des stands qui obligent les organisations qui les tiennent à faire du chiffre pour se rembourser et ce souvent au détriment du politique, entreprises présentes et de plus en plus pesantes en tant que sponsors pour y faire leur publicité, ministres (Fleur Pellerin…) et personnalités à l’ancrage progressiste plus que douteux ( Kerviel…) qui sont invitées, discours dominant de moins en moins révolutionnaire et portant cette année sur la réunification de la « gauche » et le tapis rouge (pâle !) déroulé pour les « frondeurs » [et nous y reviendrons], expression politique souvent creuse de nombre de stands…on peut souligner à juste titre tout cela. Pour autant cette fête est aussi une très grande fête populaire où se retrouvent des militant-e-s de toute la France et où s’exposent des organisations progressistes du monde entier.

C’est en pensant à toutes celles et ceux qui ne se résignent pas au capitalisme que Rouge Midi était présent à la fête de l’huma avec deux banderoles, celle du journal, avec son logo tout récemment refait, et une autre qui appelait a signer l’appel (Re) Construirelancé fin mars. Mais au-delà des banderoles, le stand a accueilli bien plus.

Un stand bien rouge jusqu’au toit de la tente nous attendait ; fruit d’un travail acharné en particulier de l’ami Jojo. Un éclairage tout en douceur, propice à l’ambiance chaleureuse. Bref le cadre était posé, comme un signe avant-coureur de l’ambiance du week-end sur le stand.

Du vendredi 18h, à l’inauguration jusqu’au dimanche soir les groupes et chanteurs (Michel Astier, Daniel Duroy, Maurad Mancer, Régis Cunin…) se sont succédés sur le stand pour chauffer l’ambiance. A deux reprises, le vendredi et le samedi, Los Fralibos clôturaient la programmation musicale et laissaient le stand en folie jusqu’à une heure avancée de la matinée.

Tout le week-end, à l’image de ce que le journal tente de réaliser le reste de l’année, les combats syndicaux avaient toute leur place sur le stand. Les postiers mais aussi les intermittents de la Région Parisienne en lutte installaient leur table et expliquaient leur combat. En plus de leur prestation musicale, Les fralibs assuraient la présence durant la journée en proposant leur production militante de thés et infusions. Des camarades de la région parisienne nous avaient trouvé un congélo et les glaces des copains de la belle aude tombaient à pic pour ce week-end ensoleillé. Au stand se succédaient des cheminots, des syndicalistes de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la métallurgie, du nettoyage, de la fonction publique, d’Air France, des comités sans-papiers, des comités chômeurs…

Côté culinaire, on n’était pas non plus déçus du voyage. Le poulet façon Alex et Sandra, les huîtres de Bouzigues en provenance de Mèze et enfin les samoussas comoriens en ont régalé plus d’un. Notre bière chti, artisanale et bio est bel et bien arrivée sur le stand grâce aux efforts des camarades du Nord. Avec les produits scoptistes qui envahissaient le stand on était bien dans une autre conception de la consommation... et on est revenus avec les frigo à vide et les estomacs bien remplis !

Le samedi, juste avant le concert pour la Palestine, HK prenait le temps de passer au stand afin de venir partager un moment bien sûr trop court de fraternité. Le soir était l’occasion une fois de plus de se régaler les oreilles d’abord avec la programmation musicale annoncée puis avec Los fralibos qui remettaient le couvert après le concert de Scorpion pour notre plus grand plaisir et là encore jusqu’à une heure très avancée !

Au-delà des moments de fête fraternelle dont les musiques étaient rehaussées de textes portant la lutte et le regard d’artistes lucides sur notre société, il y eut tout au long de ces 3 jours (et bien avant le début officiel de la fête) les moments d’échange militant dans et devant le stand en particulier lors de la collecte (pour laquelle il aurait fallu être bien plus nombreux) particulièrement riche et fournie de signatures de l’appel.

Il y eut bien sûr les deux débats :
- celui du samedi sur lutte syndicale pour le changement de société et engagement politique. Impossible ici de retranscrire la richesse de ce débat auquel l’apport d’Hervé Poly, secrétaire fédéral du Pas de Calais mais aussi d’Olivier Leberquier de Fralib et de Rachid Ait-Ouakli de la fabrique du sud a été particulièrement remarqué.
- la rencontre nationale de signataires qui décida entre autres de décliner par région des rencontres autour de l’appel et de s’organiser en ce sens.

Pour faire écho aux drapeaux palestiniens présents et notre engagement constant à la cause palestinienne, Salah Hamouri (à titre personnel à plusieurs reprises) et les camarades du collectif marseillais de solidarité avec la Palestine sont venus sur le stand partager un repas tout empreint de fraternité.

Et que dire des débats dans les allées de la fête avec tel élu ou militant, tant politique que syndical, partageant nombre de nos préoccupations. Entretiens qui ne resteront pas sans lendemains.

Un grand merci à Razika, Didier, Jojo, Florian de la région parisienne et les autres camarades du sud qui ont fait cette force collective sans qui la tenue du stand n’aurait pas été possible. A la fin du week-end, au moment des départs de chacun, tout le monde se saluait chaleureusement et se disait qu’il ne fallait pas attendre l’an prochain pour se revoir. Et en tous cas rendez-vous est pris pour les 10 ans de Rouge Midi au printemps prochain.

A bientôt donc !

Le message d’Alain Chancogne

« L’homme "sain" n’est pas tant celui qui a éliminé de lui-même les contradictions : c’est celui qui les utilise et les entraîne dans son travail. »

Maurice Merleau-Ponty

Extrait de Signes

LA COURNEUVE, dix ans après

TEMOIGNAGE

Je n’étais pas revenu à la Fête de l’Huma depuis 2004..

Sauf les deux dernières années –raisons de santé- j’aurais pu cosigner durant ce laps de temps ce qu’écrit avec sa verve coutumière mon Ami la Canaille sur son blog, quand il « chute » sur cette sévère appréciation de ce que peut avoir de contradictoire-et pour lui de « négatif » la présence militante de gens « comme nous »à la Fête

Sur le terrain ou une direction d’un Parti qui a rompu avec les repères fondamentaux du Communisme, et un Journal racheté par Lagardère Bouygues et les Qataris , organisent cet immense rassemblement populaire.
Mon itinéraire me fait comprendre –sans partager - ce que j’ai longtemps moi–même pensé, écrit et qui conduit Canaille à affirmer :

« Mais se griser deux jours pour une gueule de bois permanente ? Pas question de marcher de ce pas là »

Je ne ressens aucun de ces symptômes de post « cuites »

Sans voir été « shooté »à l’optimisme béat par l’absorption du rosé servi si chaleureusement par les Camaros du stand de ROUGE MIDI, dans cet espace où l’on « revivait » un peu.., ou l’on respirait l’odeur des LUTTES et de l’ESPOIR,

Ce qui qui m’a frappé, pour ce que j’ai suivi en observateur critique, c’est la disponibilité pour discuter, le mélange explosif de colères, d’interrogations, de doutes.., de recherche de « chemins du Bonheur »

Y compris, la multitude de faucilles et marteaux dans les stands "officiels", me semble, non pas un simple défi à Laurent (cela existe aussi) mais un souci de dire aux "gens" (et l’on peut trouver cela de triste besoin de se »distinguer » des »chefs » qui ont , depuis des décennies, sciemment œuvré à enterrer toute référence au COMMUNISME)

"Hé, nous ici, on est vraiment communistes," voire " ne nous confondez pas avec les mutants mélenchoniens..." et "on est comme vous, on veut tordre le cou aux injustices, on veut débusquer le bonheur.. qui est à portée d’union et de Luttes"
Bavard et parfois provocateur , j’ai pu avoir des dizaines d’échanges avec des « gens » très divers, que ce soit sur la Fête, devant quelques stands, dans les navettes, etc..

C’est dire combien je suis tombé de l’armoire en lisant le titre de cette HUMA de lundi matin

" La gauche reprend espoir"
Titre conforme à ce discours ahurissant de Le Hyaric où il évoquait la possibilité d’une majorité vert-rose-rouge(sic) , si les "frondeurs" aidaient à renverser VALLS !
Oui, j’avoue avoir repris, avec colère et humour à deux balles, mes vielles habitudes de marxistes tendance Vermot pour cingler les »groucho-marxiens » de la Direction nationale du PCF.

"On "avait touché le fond avec HUE !

Avec Laurent "ils" se mettent à creuser !

Ils vont faire jaillir du pétrole, place du Colonel Fabien

ET en même temps…contradictoirement, si je n’avais pas été à la Courneuve, si je n’avais pas eu la chance d’enrichir ma réflexion de l’apport de ces militants divers, parfois en désaccord , dont certains sont des »EX » du PCF… pour des raisons opposées ( !), aurais- je pu penser que Saint Just me semblait « vivant » lui qui s’écria un jour, autrement qu’en pensant à cette Union Européenne qui entend briser la spécificité révolutionnaire dela France :

« LE BONHEUR est une IDEE NEUVE en EUROPE »

Alors tous comptes faits, cette immersion durant trois jours dans la mer de la Courneuve, en « dernière analyse » (pour parler comme « avant »)…est ce que cela , tant pour la force militante que pour l’immense majorité des visiteurs, a servi davantage GATTAZ-Hollande…que l’esprit de LUTTE, l’en commun de réflexion , à partir du vécu des travailleurs, de la jeunesse, des milliers et milliers de nos « compagnons de misère », sur ce qui pourrait enfin voir le jour si nous nous unissions pour sortir de la NUIT.
Certains, et pas à tort, me traient ici ou là de « marchaisien »

J’assume
La Courneuve 2014 me rappelle qu’un secrétaire général du PCF quand nous disions « LEPARTI » a écrit un bouquin au titre autrement plus révolutionnaire que celui de « Programme commun de gouvernement » !

Je crois me souvenir qu’il s’intitulait

« l’ESPOIR au PRESENT »

C’est ce qui résume, pour moi, la COURNEUVE 2014
C’est avec ce « fortifiant » et l’Appel à (RE°CONSTRUIRE), en lien avec tout ce qui peut nourrir l’esprit de RESISTANCE, au milieu des contradictions, que je saisis mieux ce cri d’ARAGON, parlant d’un autre AVENIR, celui que la Fête portait en « futur à portée de courage et de luttes. »

« J’y crois parfois je vous l’avoue

A n’en pas croire mes oreilles

Ah je suis bien votre pareil

Ah je suis bien pareil à vous »

Pour voir la galerie de photos : https://picasaweb.google.com/102433167040794910208/Huma2014RougeMidi?authkey=Gv1sRgCMyRiuzO79r3Bw&feat=directlink



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur