Guérini et les autres ou pourquoi tout le monde s’est tu ?

vendredi 9 septembre 2011
popularité : 2%

Ainsi donc, le dirigeant de fait du PS des Bouches du Rhône vient d’être mis en examen pour 4 motifs dont celui « d’association de malfaiteurs » ce qui est une première en France comme le rappelait lui-même l’avocat de Guérini.

Ce qui est significatif c’est que pour une fois personne ne parle (ou du bout des lèvres) de la présomption d’innocence – notion d’ordinaire largement avancée dans ce genre d’affaires – comme si la cause était entendue et que tout le monde savait que la condamnation est inévitable.

Mais bien sûr que tout le monde sait ici !

Tout le monde sait que politique locale, clientélisme et caniveau font bon ménage, mais personne ne dénonce, beaucoup s’en accommodent voire y trouvent leurs propres intérêts.

Contrairement à ce qu’ont demandé aussi bien les avocats de la défense que le porte parole du PS, Benoit Hamon, ce n’est pas un « dépaysement du dossier » qu’il faut souhaiter. Au contraire Marseille et sa région ont besoin d’un vrai coup de balai local donné par une justice indépendante bien au fait des affaires et des ramifications de celles-ci dans un département qui compte par ailleurs 3 présidents de communautés d’agglomérations [1] et une députée [2] mis en examen ou condamnés !

Des pratiques et des choix

-  Pourquoi personne au plan politique n’a voulu dénoncer des pratiques qui durent depuis des années, mises au service de choix politiques qui n’ont de gauche que le nom ? On pourra nous objecter qu’il y a à droite (et et ce n’est pas un hasard, s’ils ne sont pas nombreux) et à son extrême des gens qui ont dénoncé la corruption. D’abord la plupart du temps ils n’ont guère de leçons à donner quand on voit ce qui se passe dans leur camp [3] et de plus ce n’est pas le fond des choix politiques qu’ils contestent mais seulement par moments, et pour des raisons essentiellement opportunistes, certaines pratiques.

-  Pourquoi personne ni de la presse [4], ni des élus du Conseil Général n’a voulu parler ou enquêter sur la gestion et l’agrément des maisons de retraites que l’affaire de La Marguerite a mis en lumière et sur laquelle la CGT (et Rouge Midi) a alerté ?

-  Pourquoi aucun élu n’a interpellé la présidence du CG sur les dessous de l’affaire ADOMA et ses victimes alors qu’ils ont été alertés sur des faits graves dénoncés ici [5], que le CG a un rôle déterminant et que la brigade financière a été saisie dans cette affaire dont beaucoup de monde sait qu’elle mêle élus et leurs valets, affairistes et entreprises de sous-traitance ?

-  Pourquoi personne ne s’intéresse au marché du nettoyage du conseil général confié à une entreprise, EDIALIS, dont le patron, M. CARNAZZA fut lui aussi naguère associé à un frère qui est aujourd’hui en fuite à l’étranger pour échapper au fisc et autres broutilles ? Pourquoi personne ne pose de questions sur les conditions d’attribution et celles d’exécution les plus bizarres de ce marché…pour ne pas dire plus ?

-  Pourquoi tant d’élus et d’administrations ont fait semblant depuis des années de ne rien voir sur tant de dossiers de logements qui sentent la corruption et le trafic à plein nez, dossiers où s’entremêlent les institutions de toutes couleurs politiques [6]

-  Pourquoi le financement de nombre d’associations « sociales » à la gestion douteuse style EABF et qui en plus sont en concurrence directe avec le service public, n’est jamais dénoncé à part par la CGT du CG qui mène un courageux combat contre les pratiques et les choix de gestion de la majorité de « gauche » du CG ?

Bien sûr on va nous rétorquer (on nous l’a déjà dit) que dire tout cela c’est faire le jeu du FN. On répondra au contraire que ne pas le dire c’est participer au discrédit général de la gestion des affaires publiques et que éthique et projet sont indissociables. L’épouvantail FN agité devant le nez de toutes celles et ceux qui exigent transparence, honnêteté et choix progressistes ne peut servir d’argument.

Rouge Vif 13 peut s’honorer d’avoir eu dans la dernière cantonale (et avant !) les seuls candidats qui se sont opposés fermement et clairement non seulement aux méthodes, mais aussi aux choix de gestion et au positionnement politique de ce conseil général et de son président [7] à l’exception notable du seul NPA Aubagne qui a fait une déclaration nette sur ces 3 sujets dans un canton où il n’avait pas de candidat [8]

Si nous avions été élus nous serions fiers, en tant que communistes, de ne pas appartenir à cette majorité là et nous laissons ceux et celles qui ont fait un autre choix l’assumer aux 3 niveaux précédemment évoqués.

Faut-il rappeler ici la déclaration dans la presse, avant le 1er tour, de Pierre Darrhéville secrétaire du PCF 13 disant que l’affaire Guérini ne pesait pas dans le débat marseillais ? L’Humanité analysant justement les résultats le contredira quelques jours plus tard [9]. Faut-il rappeler qu’il annonçait dans la même déclaration que les élus communistes voteraient pour Guérini à la présidence du CG…ce qu’ils ont tous fait ?

Aujourd’hui notre slogan (tant décrié à gauche et pas seulement au PS) et toujours affiché sur la vitrine de notre local,
« Sarkozy, Guérini, dégagez ! »
claque avec une actualité renouvelée…

Si on veut combattre la droite et le FN, si on veut donner envie aux millions de gens qui ont choisi le refus de vote de s’approprier le combat politique, il ne faut plus se satisfaire de résultats en trompe l’œil .

Il est urgent de se sortir du piège que nous impose la dictature du capital et de rendre le pouvoir au peuple et en particulier à cette jeunesse qui le réclame sur un nombre grandissant de places du monde.

Il faut rompre avec des logiques de sauvegarde d’intérêt local ou électif et s’engager résolument, sans compromission sur d’autres pratiques, d’autres choix, d’autres positionnements… fusse au prix d’une traversée du désert électorale qui sera d’autant plus brève que la rupture sera perçue nettement.

« Les jours heureux »  [10] sont à ce prix.


[1Bernard Granié et Eugène Caselli PS, Alain Belviso PCF

[2Sylvie Andrieux PS

[3On a vu ici ce qu’a donné la gestion par le FN de la ville de Vitrolles

[4pourtant saisie avec un dossier volumineux

[6A titre d’exemple : clic .

[8tranchant notablement avec des déclarations nettement moins offensives dans 3 autres cantons où il était allié au Front de Gauche…

[10titre du programme du CNR, un exemple de large union sans compromission et pour le bien du peuple...



Commentaires

Logo de <span class=RESEDA" />
samedi 10 septembre 2011 à 13h27 - par  RESEDA

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur