Le Noël de Sabrina ? Elle campe devant Pôle Emploi ! (acte III)

mardi 25 décembre 2012
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

Sabrina, cette salariée mise à la porte par Pôle Emploi en toute illégalité au bout de 8 CDD en près de 3 ans et qui se retrouve aujourd’hui à la rue (voir articles précédents), avait grâce à l’action de la CGT, obtenu un rendez-vous avec la direction régionale de Pôle Emploi.

Comme le dit le comité chômeurs CGT 13, personne ne se « faisait d’illusion » en se rendant le 19 décembre rencontrer M. Bel, le directeur régional, mais enfin on pouvait espérer qu’un dialogue s’amorce.

Las ! La direction, au lieu de faire amende honorable ou au moins d’ouvrir un tant soit peu une porte pour l’avenir, campait sur ces décisions, n’hésitant pas à faire preuve de cynisme et tentant a posteriori de justifier l’injustifiable comme le rapporte le comité chômeurs : « M. Bel, directeur régional ne nous a apporté aucune réponse.
Il est estimé que Pôle Emploi n’est pas dans l’illégalité et qu’il faut laisser faire la justice, c’est-à-dire attendre juin quitte à être condamné.
Il n’y a pas de réintégration possible pour Sabrina, elle n’a pas le profil. »

Pas le profil et ils s’en aperçoivent au bout de 28 mois ? « Qu’est-ce que c’est avoir le profil ? Qu’est-ce que c’est qui ne va pas chez moi ? » comme le demandera Sabrina à plusieurs reprises en vain. Et pour cause elle a même en main une lettre élogieuse de Pôle Emploi sur son travail.

Ce que ne pouvait pas dire le directeur, c’est que ce n’est pas une question de profil, mais la politique de Pôle Emploi, établissement public, c’est d’embaucher un volant permanent de précaires qui sont ainsi sous-payés et corvéables à merci.
Sans parler du clientélisme des embauches qui permet aussi d’asseoir le pouvoir de la direction.

« Ce sont eux qui n’ont pas le profil pour faire du social ».

Evidemment Sabrina, qui depuis février dernier remue ciel et terre devant cette injustice, ne pouvait accepter cette attitude. Elle l’accepte d’autant moins qu’au-delà de son cas particulièrement scandaleux, est posée la question de la précarisation de l’emploi de toutes et tous. A la sortie de l’entretien son opinion était faite.

Le lendemain, elle s’installait devant son agence Pôle Emploi du Pharo et depuis jeudi 20 décembre au matin elle est dans un fourgon prêté par la CGT avec comme slogan unique : « Pôle Emploi m’a mise au chômage, alors je campe ici ».

La réaction de l’organisme public ne s’est pas faite attendre : mise en place d’un vigile (au cas où la dangereuse terroriste voudrait mordre quelqu’un ?) et fermeture de l’agence : merci pour les milliers de chômeurs qui dépendent de cette agence… Décidément Sabrina a raison quand elle dit de sa direction : « Ce sont eux qui n’ont pas le profil pour faire du social ».

Donc depuis jeudi l’agence est fermée et Sabrina reçoit de la population un soutien grandissant. C’est un voisin qui lui porte du café, une autre un gâteau, d’autres qui viennent la saluer et lui chauffer le cœur.
Hier 24 décembre la CGT organisait un barbecue de solidarité devant l’agence désertée et plus de 50 personnes se sont retrouvées aux côtés de Sabrina. Pas étonnant que parmi celles-ci les Fralib - tout un symbole - aient été nombreux, eux qui la soutiennent dès le premier jour.
Le combat ils connaissent.
Deux élus du Front de gauche [1] y étaient aussi.

Cette nuit jusqu’à deux du matin, des amis étaient auprès de Sabrina qui a connu ainsi un drôle de réveillon où se mêlaient la dureté du combat et une fraternité à laquelle elle ne s’attendait pas.

Tous ces gestes, cette présence, cette chaleur humaine sont bien sûrs précieux pour Sabrina qui connait malgré tout dans son camion de longs moments de solitude et de froid. Comment ne pas penser, en cette période de fêtes, en la voyant emmitouflée dans son manteau et tapie sur la banquette, à l’heure où ceux qui sont responsables de cette situation sont bien au chaud chez eux, à la chanson de Renaud « je voudrais tous les voir crever étouffés de dinde aux marrons ».

L’Etat employeur

Avec la fusion, le pouvoir a fait de l’ANPE et des ASSEDIC, un EPA (établissement public administratif dont il est directement responsable. Sur le site Internet de la préfecture 13, à la rubrique ETAT EMPLOYEUR on peut lire : l’état employeur se doit d’être exemplaire.

Là à Pôle Emploi ce qui est exemplaire c’est le mépris du personnel et des usagers, l’organisation volontaire de la précarité et le refus de l’application de la loi.

C’est contre cela que Sabrina et celles et ceux qui la soutiennent se battent.

La CGT a demandé un rendez-vous au préfet qui peut et doit intervenir pour que cesse cette situation de violation du droit. Quelle que soit la suite des évènements ce qui est sûr, et la journée du 24 l’a montré, on ne lâchera pas.

Rappel : pour signer la pétition cliquer ici

Pour la télécharger cliquer ici


En médaillon, Sabrina entourée de quelques fralibiens


[1Jacques Lerichomme (GU) et Christian Pélicani (PCF)



Commentaires

Logo de Naz Oke
jeudi 24 janvier 2013 à 00h03 - par  Naz Oke
Site web : diffusion facebook

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur