SAHARA OCCIDENTAL : TRENTE ANS D’OCCUPATION ET DE REPRESSION, CA SUFFIT !

lundi 23 janvier 2006
popularité : 2%

Depuis le 21 mai 2005, le soulèvement populaire sahraoui dans les zones occupées par le Maroc prend de plus en plus d’ampleur pour revendiquer l’indépendance. Les manifestations pacifiques se succèdent dans les villes des territoires occupés mais aussi dans les établissements d’enseignement au Maroc même.

Les forces marocaines d’occupation répondent par une violente répression : arrestations, emprisonnements, mauvais traitements et tortures dans les prisons, maisons dévastées, procès arbitraires avec de lourdes condamnations. Trois manifestants sahraouis ont déjà été tués par les forces marocaines. Comme l’a souligné la radio espagnole Cadena SER :« Face aux incessantes manifestations qui, depuis le mois de mai dernier, sont organisées dans les villes sahraouies pour revendiquer l’indépendance, le Maroc réagit comme aux pires années de violence ». Cette violence a même amené des associations marocaines de défense des droits humains, notamment le « Forum Marocain pour la Vérité et la Justice », à protester et à demander la libération des prisonniers politiques.

Le 14 décembre, des militants sahraouis ont été condamnés à des peines de prison ferme en présence de nombreux avocats étrangers. D’après « Amnesty International » et « Human Rights Watch », « les procès n’ont pas respecté les normes d’équité ». Quelques heures après le départ des avocats et observateurs étrangers, les forces marocaines se sont déchaînées contre la population sahraouie le vendredi 16 décembre (vendredi noir de l’occupation). Des femmes, des enfants, des vieillards ont été tabassés, certains ont été « lâchés » dans le désert à des dizaines de kilomètres de la ville, des maisons ont été saccagées. Les représentants de la MINURSO (Mission des Nations-Unies) présents sur place ne sont pas intervenus pour empêcher ces violences et pour protéger la population. Leur seule mission officielle est de faire respecter le cessez-le-feu !

Cette inaction scandaleuse a amené le président de la RASD, Mohamed Abdelaziz, à demander la tenue d’une session extraordinaire du Conseil de Sécurité afin d’étendre la mission de l’ONU et de lui donner « les moyens lui permettant de protéger la vie d’une population en détresse et ce, dans l’attente d’un referendum juste et démocratique pour le peuple sahraoui ».

Face à cette situation, s’est créé en France le « Comité pour le respect des libertés et droits humains au Sahara Occidental » (CORELSO) dirigé par une coprésidence franco-sahraouie (corelso@yahoo.fr). Avec l’Association des Amis de la RASD, le CORELSO a organisé le 23 décembre une manifestation sur la place du Trocadero pour exiger l’arrêt de la répression, la protection de la population sahraouie par une force internationale, la libération des prisonniers politiques et l’organisation d’un referendum d’autodétermination. Les principaux médias français se sont bien gardés d’en parler, tout comme ils ne voient rien de ce qui se passe dans les zones occupées.

Nous devons contribuer à briser ce mur du silence des médias en faisant mieux connaître la réalité de la colonisation marocaine et à relayer auprès de toutes les instances les revendications du peuple sahraoui pour l’expression de son droit à l’autodétermination par la tenue d’un referendum dans le respect de la légalité internationale et des résolutions pertinentes des Nations-Unies( consulter les sites www.spsrasd.info et www.arso.org ).



Commentaires

Logo de <span class=MOHAMED" />
samedi 23 juin 2007 à 16h32 - par  MOHAMED

Pour que les sahraouis ,se liberent vite,et,attenuent les souffrances de leur peuple,et c,est nullement ,un conseil ;mais une evidence,il leur faut,reactiver leur front interieur,et detruire,ce mur de...sable.une revolution liberatrice,n,est nullement du terrorisme.

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur