Mais où est passée la CES ?

samedi 28 mai 2016
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

L’avez-vous vue ?
Existe-t-elle toujours ?
A-t-elle été dissoute à l’insu de notre plein gré ?
La grande Confédération Européenne des Syndicats est tellement muette sur le mouvement social en France qui dure depuis le mois de mars qu’on avait fini par croire qu’elle avait disparu.
Mais non !

Elle existe bien toujours et renseignements pris en allant sur son site on apprend qu’elle se préoccupe en ce moment du travail non déclaré qui est « est une initiative attendue depuis longtemps par les employeurs respectueux de la loi » évidemment si des employeurs sont respectueux de la loi il est urgent d’agir avec eux…

En parcourant le site on apprend pêle-mêle qu’elle se préoccupe en ce moment des nanomatériaux, qu’elle demande à l’UE plus de « compassion » (sic !) sur la question des réfugiés, que sur la question des travailleurs détachés elle soutient « les employeurs honnêtes » et qu’enfin elle s’oppose (avec le syndicat américain AFL-CIO et la CTC canadienne) à ce que la Chine puisse intégrer le marché mondial « tant que celle-ci maintient le niveau actuel d’intervention de l’état dans son économie et de soutien étatique à ses entreprises globales »….

Mais sur la loi travail rien…ce doit être cela la modernité syndicale, ne pas s’attarder sur des mouvements « minoritaires » et se préoccuper des grandes questions entre gens responsables.

Rien à voir avec la « ringarde » FSM (Fédération Syndicale Mondiale), comme disent certains, qui depuis son site exprime sa « pleine solidarité avec tous les travailleurs en France, qui se battent contre la loi « travail » du gouvernement social-démocrate de F. Hollande », relaie les messages de soutien du monde entier qu’elle suscite (les derniers en provenance des travailleurs du pétrole de Petrobras au Brésil et du PAME de Grèce) et pire soutient les blocages ce qui est pourtant illégal puisque Valls le dit !

Je ne sais pas vous mais tout compte fait j’ai choisi mon camp syndical…



Commentaires

Logo de <span class=RICHARD PALAO" />
dimanche 29 mai 2016 à 11h25 - par  RICHARD PALAO

la CGT qui mène le combat de classe en FRANCE est membre de la CES , il y a là manifestement une contradiction qui n’ a pas été levée lors du dernier congrès ou étaient d’ailleurs invité les dirigeants de la CES ...

La CES crée par l’union européenne pour intégrer le syndicalisme à sa politique anti-sociale entièrement au service du capitalisme , est le prototype de l’organisation réformiste , et son silence complice sur les luttes en FRANCE après sa trahison envers les travailleurs grecs en est une démonstration supplémentaire .

La meilleure façon de quitter la CES , c’est de sortir de L’ UE , et d’œuvrer à de nouvelles coopérations et solidarités dans le respect des intérêts et des choix des peuples européens et du monde ,

Logo de chb17
samedi 28 mai 2016 à 17h19 - par  chb17

Comme quoi la délégation de pouvoir, dans les structures syndicales autant que dans nos démocraties représentatives, n’est pas pertinente pour répercuter les revendications.
Nb, sur l’éditocratie : les médias aux journalistes renégats qui crachent leur venin sur la classe ouvrière laissent heureusement filtrer quelques infos dans le flot de propagande, et ont aussi une mémoire qu’il convient de mettre en valeur. Deux exemples :
- un intervenant syndicaliste, E Lépine (CGT pétrole) a été admis qques minutes sur plusieurs chaînes, comme le 24 sur la 5 https://www.youtube.com/watch?v=iW3iBJZJT90, pour expliquer le blocage du pétrole et des raffineries.
- Après Hollande : « le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie », voici Valls en octobre 2010 https://www.youtube.com/watch?v=0Yevx2ncHak sur le blocage des dépôts de produits pétroliers.

Logo de copas
samedi 28 mai 2016 à 15h57 - par  copas

http://confederazione.usb.it/index.php?id=20&tx_ttnews[tt_news]=88893&cHash=e837c7f382&MP=63-552
Jobs act e Loi Travail : non, merci !
Mercoledì 1 Giugno : PRESIDIO AL CONSOLATO FRANCESE – ore 17,00- Via Crispi - Napoli

Logo de copas
samedi 28 mai 2016 à 15h30 - par  copas

Effectivement, et ce n’est pas de simple solidarité qui est nécessaire mais de combat commun par ;les actes .
Un vrai syndicalisme de classe aurait ou dire cela :

Le mouvement des travailleurs et de la jeunesse en France ne compte plus ses blessés qui sont par centaines et c’est miracle si nous n’avons pas encore eu de morts.
La violence du gouvernement français est croissante pour casser les résistances.
Ce gouvernement est de plus en plus menaçant contre nos organisations syndicales et politiques, notamment contre le plus grand syndicat français, la CGT.
Ce rapport de force est instable et il faut se porter au secours les travailleurs et la jeunesse en France .
Bloquons les intérêts du capitalisme Français

Plus aucun bateau ne doit charger des marchandises et des matières premières vers la France.
Plus aucun train ne doit aller vers la France ;
Plus aucun semi-remorque ne doit approvisionner la machine industrielle et commerciale du capitalisme français.
Plus aucune goutte de pétrole,
plus aucun m3 de gaz,
plus d’échange d’énergie électrique vers la France tant que le gouvernement français n’aura pas cessé d’agresser les travailleurs et la jeunesse, retirer ses attaques contre les droits des travailleurs,

Protestez devant les ambassades et consulats français.
Protestez devant les entreprises françaises , les commerces, usines, etc.
Particulièrement les banques françaises qui ont étranglé la Grèce
Protestez contre les représentations culturelles,
Protestez partout où il y a des intérêts français,
Nos patrons sont leurs patrons et jouent de nos divisions ;
Une victoire des travailleurs en France serait une victoire des travailleurs en Europe.

C’est possible.

Aidons les !"

Cela est possible et déjà des appels en ce genre circulent en Italie.

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur