Manifestation antifasciste du 24 juin, où est passé le Parti Socialiste ?

mardi 25 juin 2013
popularité : 1%

Une fois de plus le cœur militant de Marseille se réunissait pour protester contre la mort du jeune Clément, militant anti-fasciste de Paris, décédé le 5 juin 2013 suite aux coups porté par des nazillons.

Ils étaient à peu près 500 manifestants samedi 22 juin au matin au vieux port répondant à l’appel de plusieurs organisations. Cet appel dénonce haut et fort la violence fasciste qu’on peut observer en France et la collusion entre les nazillons et le Front de la Haine.

Pour l’instant le tueur présumé semblerait être sympathisant du groupe « Troisième voie », groupe dont la pierre angulaire est la haine de l’autre. Il est à rappeler que suite à une perquisition chez le tueur présumé en 2010, le courrier picard relève que du matériel nazi aurait été saisi, l’affaire n’a eu à l’époque aucune suite judiciaire.

A l’instar de cette agression, l’on pourrait en citer bien plus, l’idéologie fasciste bénéficie d’une tolérance de fait. L’affaire Méric met un coup de projecteur sur un phénomène bien plus large et des idées implantées dans la société. Le délit de faciès, les agressions islamophobes ; comme la récente agression d’une femme enceinte qui a perdu son enfant, homophobes et globalement toutes les agressions haineuses, sont courantes. L’assemblée nationale n’accueille-t-elle pas des députés Front National ?

Les grosses légumes du parti socialiste, présentes et sifflés lors de la manifestation du jeudi 6 juin 2013 ; étaient absentes ce samedi matin. Par contre, le maire PS du secteur 13/14 était bien présent au rassemblement contre l’accueil des Rroms dans le quartier de Sainte Marthe. Il n’a pas pris la parole mais était aux côté de Gérard Chenoz (UMP) et Stéphane Ravier (FN). On voit une fois de plus les forces politiques qui se nourrissent de la haine de l’autre. Elles correspondent également aux forces défendant le capital comme nous le rappelions déjà la semaine dernière.

Les heurts suite à la manifestation de Paris qui avait lieu le même jour conforteront alors l’analyse des forces « démocratiques » bien pensantes et le renvoi des extrêmes, qu’ils soient de gauche comme de droite. Pour nous, il n’en est rien, le fascisme n’est pas une alternative politique, ce n’est qu’une émanation du capital pour mieux diviser la classe ouvrière.

Pour Rouge Midi, il est clair qu’il faille s’opposer au fascisme. Cependant nous attendront pas le 14 septembre, l’université d’été du FN a lieu à Marseille, mais nous vous invitons à construire une force communiste qui porte les aspirations des exploités le week end prochain : place aux assises du communisme ! Nous gagnerons contre le fascisme, non pas par une simple opposition mais belle et bien en organisant et en gagnant la bataille des idées !



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur