Farouk assassiné pour l’argent : le rapport qui accuse

dimanche 18 février 2007
par  Charles Hoareau
popularité : 2%

Samedi 17 février rencontre avec les voisins de Farouk [1] et visite des « appartements »...nous avons envie de vous dire rendez vous vous aussi sur place tant que l’immeuble est encore habité - avec la mort de Farouk nul doute que les pouvoirs publics vont l’évacuer - et vous constaterez que ce que l’on peut écrire ou photographier est en dessous de la réalité.

Le pire de tout cela c’est que l’immeuble de ce propriétaire déjà condamné pour abus de biens sociaux et proxénétisme était « connu » depuis 2003 !!!. Bien avant que des militants du comité chômeurs ou de l’AMPIL [2] soient informés, la mairie savait.

Nous avons eu en main le rapport de décembre 2006 du « médecin directeur du service communal d’hygiène et de santé ». Accablant !

On y apprend que cet immeuble de 5 étages vieux d’une centaine d’années est la propriété d’un certain M. SAEZ. Il comporte 19 logements dont plusieurs d’entre eux ont une superficie inférieure à 9 m² !! Nous rajouterons que pour ces vastes logements les locataires paient des loyers de 250 à 300ââ€Å¡¬ par mois et que sans sourciller la CAF verse l’APL au propriétaire.

L’immeuble « est connu du service communal d’hygiène et de santé depuis juillet 2004 ...eu égard au très mauvais état de santé de l’immeuble, une cotation de l’insalubrité avait été établie le 26 avril 2006...

Une mise en demeure concernant la suppression d’infractions [au] Règlement Sanitaire Départemental concernant
Défaut d’entretien général
Réseaux d’eaux usées non étanches
Surfaces verticales et horizontales hors d’usage
Malpropreté générale
Menuiseries défectueuses et dangereuses...
Risques d’effondrement de plafonds...

a été notifiée le 11 mai 2006, sous délai de 6 mois. Ces travaux n’ont pas été effectués. »

Plus loin on peut lire que dans le cadre du PRI centre ville « cet immeuble avait fait l’objet de prescriptions de travaux d’utilité publique notifiés le 13 octobre 2003 et non réalisés (délai 2 ans). »

4 ans que les travaux auraient dus être faits !!
4 ans qui auraient pu sauver une vie et permettre à des dizaines de personnes de vivre décemment si les pouvoirs publics avaient réagi plus vite et fait preuve d’une volonté réelle de « lutter contre les marchands de sommeil » comme aurait dit Gaudin ! Dans un cas pareil mairie et préfecture ont des pouvoirs : fermeture, expropriation, relogement...ils ont différents moyens d’action pour agir dans l’urgence. Mais là on ne sait pour quelle raison ou on a peur de savoir la mairie a pris juste un « arrêté de péril simple » qui laissait la possibilité au propriétaire de continuer son commerce indigne et mortel.

Il faudrait publier le rapport dans sa totalité pour mesurer à quel point cette notion de « péril simple » si peu contraignante puisqu’il n’y a pas dans ce cas là évacuation des locataires est la marque d’un laxisme coupable ou pire...

« Les murs porteurs sont très dégradés...amorces d’effondrement en parties hautes... les charpentes... ont souffert au point de provoquer des risques d’effondrement...les planchers et les sols des étages sont très vétustes...Dans l’escalier les sols sont en ruine...la toiture fuit en de nombreux endroits...les balcons et encorbellements sont très dégradés...des éléments s’en détachent et risquent de tomber...les rambardes sont descellées et branlantes. Il y manque des éléments occasionnant un risque de chute d’enfant ou de personne, sur le balcon du 5e étage »

Et le rapport de conclure au terme de 8 pages de constat : « il est proposé à la Commission Départementale de donner un avis favorable sur la déclaration d’insalubrité irrémédiable avec effet immédiat...avec interdiction définitive d’y habiter. »

Trop tard pour Farouk qui habitait le 5e étage aux « rambardes descellées et branlantes ». Là d’où il est tombé pour atterrir directement au rez-de-chaussée...

Barisa accompagnée de Dominique et de membres de sa famille s’est rendue mercredi dernier au commissariat où on n’a pas voulu enregistrer sa plainte pour homicide involontaire ni lui donner le rapport d’autopsie. « Mais on peut pas porter plainte contre la mairie ! C’est du civil, pas du pénal ! »

Elle ne lâchera pas et a écrit au procureur. Elle ne lâchera pas pour ses enfants notamment la dernière qui a écrit mardi un dernier mot à son père, un de ces mots touchants plein de fautes et de petits cÅ“urs comme seuls les enfants savent en écrire, pour lui dire de venir la chercher à 11h et de lui acheter un poney.

Elle lâchera d’autant moins que l’on a appris samedi que, soutenue par l’AMPIL qui l’a toujours aidée et encouragée, malgré les menaces, Déborah, la voisine du 3e celle qui appelait Farouk Papi avait décidé de porter plainte au pénal il y un mois.

Les voisins rencontrés samedi ont décidé de surmonter la peur et de déposer plainte eux aussi, Dominique qui avec Artriballes se bat depuis des années dans le quartier veut elle aussi entrer dans la procédure, Rouges Vifs a décidé de se porter partie civile.

Pour donner de la force aux autres habitants des taudis de la rue d’Aubagne et d’ailleurs.

Pour que Farouk ne soit pas mort pour rien.

- 

- 

- 

- 

Vue du palier de Farouk...

- 

- 

- 

- 

- 

- 

- 

- 

- 

- 

- 

- 

la boite aux lettres commune aux 20 familles...

- 


photos de Kamar Idir


[1Voir dans la même rubrique l’aricle Un homme est mort

[2Association Méditerranéenne Pour l’Insertion par le Logement, association financée par les pouvoirs publics pour mener diverses actions dans le logement social : prévention des expulsions, aide à la recherche d’appartement, aide au relogement...



Commentaires

Logo de Bob
vendredi 17 août 2007 à 19h32 - par  Bob

Je cherche Farouk Bouchelf d’Avignon ne le 06-01-1967 ses Parent habitent dans la Wilaya Blida.Aider moi s’il vous plait !

Logo de Artriballes
lundi 19 février 2007 à 12h00 - par  Artriballes

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur