Emigration : L’envol de la génération “indignés”

vendredi 20 avril 2012
popularité : 2%

Si l’article est consacré aux jeunes espagnols et portugais, il aurait pu tout aussi bien aborder le cas des jeunes diplômés européens et grecs en particulier à qui le capitalisme n’offre pas d’avenir chez eux...En Pologne, le taux de chômage chez les moins de 24 ans approche les 30 %, en Slovaquie, il atteint les 35....et en Tunisie c’est bien les jeunes diplômés au chômage qui ont été les premiers moteurs de la révolution...

Ana Ferreira déborde d’optimisme. Cette jeune femme de 26 ans, originaire des Açores, est installée en Afrique depuis presque quatre ans. Elle a d’abord résidé en Angola puis au Mozambique. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, Ana n’est pas une bénévole mais une employée travaillant pour le service des ressources humaines d’une entreprise privée.

“Quand je vois mes amis au Portugal qui vivent de bourses étudiantes, font des petits boulots et enchaînent les diplômes, je me dis qu’ils sont déconnectés de la vie réelle, déclare-t-elle. Moi, je suis à Maputo et tout va bien pour moi, je progresse même au plan professionnel. Pourquoi est-ce que je voudrais rentrer ?”

A 28 ans, Gonçalo Jorge, responsable marketing installé à Lisbonne, ne se battait pas contre le chômage mais contre la frustration. Une fois diplômé, il avait décroché un poste dans une société de transports publics. “Je voulais faire des choses mais mon avenir se résumait à me tourner les pouces”, explique-t-il. Et quand il a trouvé un autre travail qui l’intéressait vraiment, c’étaient les termes du contrat qui ne convenaient pas : il était embauché pour un an seulement. Il a donc décidé de partir en Angola et aujourd’hui, il est le représentant d’un producteur de vin portugais. Il est responsable de la totalité des activités de l’entreprise en Angola et gagne quatre fois plus que ce qu’il touchait au Portugal.

Le Portugal a déjà perdu 10% de ses jeunes diplômés du supérieur. Cela fait plusieurs années que cet exode se poursuit car la crise et le chômage ont frappé le Portugal bien avant le reste de l’Europe. Le taux de chômage des jeunes atteint 34,5% au Portugal et plus de 50% en Espagne. Sans l’émigration, ces chiffres seraient encore plus élevés.

“Des jeunes gens avides d’expériences”

Tous ces ingénieurs, ces architectes, ces ouvriers dont l’Europe n’a pas besoin, sont accueillis à bras ouverts en Afrique et en Amérique du Sud. Le Brésil est en pleine préparation pour la coupe du monde de football de 2014 et les jeux olympiques de 2016. Le pays recrute massivement des ingénieurs et des architectes pour des projets publics, dont certains contrats représentent près de 200 milliards de dollars dans le secteur de l’énergie. L’année dernière, le Brésil a enregistré un taux de croissance de 3%. En Argentine, la croissance atteint les 8% et le chômage est à 7%, soit trois fois plus faible qu’en Espagne.

Doté d’importantes ressources naturelles (notamment de pétrole et de diamants), l’Angola affiche aujourd’hui l’un des taux de croissance les plus élevés au monde. Le taux de croissance est de 15% et près de 3 000 entreprises portugaises sont présentes dans le pays pour construire des routes, des ponts, des tours, des voies ferrées et des oléoducs. Ravagé pendant trente ans par une guerre civile qui s’est achevée il y a tout juste dix ans, l’Angola manque de ces spécialistes dont le Portugal ne sait que faire.

“Cela fait plusieurs années que l’on trouve des offres d’emploi en Angola dans les journaux portugais, souligne Pedro Gois, spécialiste des migrations à l’université de Coimbra. Les deux catégories les plus touchées par l’exil sont les personnes âgées qui veulent faire des économies et les jeunes qui cherchent l’aventure autant que les opportunités professionnelles”.

Si les Portugais se sentent comme chez eux en Angola, ils s’adaptent encore plus facilement à la vie au Brésil. D’après les chiffres de l’Observatorio da Imigraçao de Lisbonne, plus de 700 000 émigrés portugais seraient actuellement installés au Brésil.

En Espagne – pays qui a accueilli près de cinq millions d’immigrés d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine au cours des dix dernières années -, la question de l’émigration vers les anciennes colonies est un phénomène trop récent pour être l’objet d’étude par des spécialistes. Les chiffres parlent toutefois d’eux-mêmes : d’après les représentants espagnols en Argentine, près de 1 200 compatriotes viendraient s’installer chaque mois dans cette ancienne colonie.

“L’émigré type est un homme âgé de 25 à 35 ans, souvent un ingénieur, un architecte ou un professionnel des nouvelles technologies", explique Marta Lopez-Tappero, spécialiste de la mobilité internationale chez Adecco. "Bref, il s’agit de jeunes gens avides d’expériences et de défis”.

Retournement des tendances migratoires

La barrière de la langue n’est pas un problème et l’adaptation culturelle se passe en douceur dans les anciennes colonies. Tout particulièrement à Buenos Aires.

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe, près de 2 millions d’Espagnols sont venus s’installer en Argentine. La plupart étaient originaires de Galicie, une région agricole pauvre, et ont fait le voyage en troisième classe. C’est pour cette raison que les Espagnols sont appelés gallegos en Argentine aujourd’hui. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la dictature puis la crise des années 90 ont poussé les Argentins vers l’Europe. Mais aujourd’hui, les migrations s’inversent à nouveau.

“L’invasion européenne”, le “nouvel Eldorado”, “l’aventure” sont autant de concepts déjà vus et qui doivent résonner de manière étrange aux oreilles européennes. “Non, il n’y a pas de raison de parler de seconde colonisation, affirme cependant Pedro Gois. Je crois que nous assistons plutôt à l’émergence d’une nouvelle classe mondiale de migrants qui ne s’installeront jamais définitivement nulle part. Tôt ou tard, ils finiront toujours par partir pour un autre pays leur proposant de meilleures perspectives”.

Peut-être ce retournement des tendances migratoires est-il le symptôme de changements plus profonds encore. L’équilibre des pouvoirs entre l’Occident et le reste du monde, ou plutôt entre le Nord et le Sud, est en train de changer.

Par Aleksandra Lipczaksource Polityka Varsovie le 19/04/2012

Transmis par Linsay



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur