La réponse aux vandales

vendredi 22 septembre 2006
par  Charles Hoareau
popularité : 1%

Jeudi 21 septembre la CSF et le comité chômeurs CGT organisaient un rassemblement à Frais Vallon devant le siège d’HMP suite, en particulier aux expulsions sauvages de cet été à La Renaude, mais aussi dans d’autres quartiers de Marseille (La Gardanne, Raccati...).

La centaine de manifestant-e-s principalement venus des cités environnantes voulaient dénoncer une politique locative de l’office de la ville de Marseille particulièrement catastrophique et inhumaine. Cherté des loyers, absence d’entretien, mépris des locataires, expulsions à répétition, destruction d’immeubles (et donc diminution du nombre de logements sociaux) sans reconstruction équivalente...

Evidemment en prévision de cette journée l’accueil au public (non messieurs dames de l’office, on ne dit pas clients, on dit public, usagers ou locataires, il faut corriger vos affiches...) était fermé et le préfet avait aimablement mis à disposition ses CRS pour la circonstance. La direction d’HMP refusant de recevoir une délégation ce qui ne surprenait personne c’est au micro que les locataires disaient haut et fort ce que la direction refuse d’entendre.

Au nom des organisateurs, Saloua Djendil, responsable CSF de La Renaude parlait la première. Elle dénonçait outre les conditions de vie dans cette cité les expulsions particulièrement scandaleuses de ces dernières semaines. (voir notre article Les vandales). Elle dénonçait aussi ce que cache de telles mesures. « HMP a expulsé une famille pour une dette de 230ââ€Å¡¬, soit un 1/3 de loyer, mais avec ce motif ils peuvent tous nous expulser ! Ils veulent diviser les communautés, opposer les gitans et les arabes, mais nous ne tomberons pas dans ce piège, c’est toute la cité qui est concernée ! Ils veulent détruire et raser la cité pour construire à la place une résidence pour les riches comme ils ont fait sur le terrain d’à côté que la mairie a vendu à Bouygues ! » Sur ce quartier les habitants ont mis en place un comité de surveillance pour être prêt à accueillir les expulseurs si ceux-ci décident de revenir.

A la suite de Saloua la population à tour de rôle s’empara du micro et dénonça des aspects très précis de la gestion mais aussi fit des propositions d’actions. Le rassemblement se transforma alors en réunion publique improvisée où chacun pouvait faire entendre sa voix, donner son exemple et surtout crier sa colère. Le tract d’appel à ce rassemblement portait pour titre « Y en a marre, plus que marre !! » c’est ce que les présents ont repris en chÅ“ur ce jeudi matin.

« Moi dans mon bâtiment ça fait des mois que les ascenseurs sont en panne, ils ne font rien et quand est allés les voir pour discuter ils avaient fermé les portes il a fallu qu’on les ébranle à coups de pieds pour être reçus ! C’est normal ça ? »

« Moi ma mère a eu un accident avec une porte coupe feu qui s’est déglinguée sur elle, elle a chuté lourdement, hospitalisée elle a subi 7 opérations et elle est morte au bout de 4 ans de souffrances. J’ai fait un procès que j’ai gagné, HMP a fait appel mais de toute façon ça ne me rendra pas ma mère »

« Ici à Frais Vallon ils veulent détruire 678 logements, déplacer la piscine (sic !) pour faire 2000m² de commerces ! Ils veulent faire des appartements de standing, on va se loger où ?

« Pourquoi on ne paie pas les charges sur un compte réservé ? »

« Il faut revenir quand ils ne nous attendent pas, comme ça ils seront obligés de nous recevoir ! »

Les manifestant-e-s se sont séparé-e-s en se promettant qu’il ne s’agissait que d’un début et leur détermination ne laissait aucun doute. Les 4 familles de La Renaude, elles, comme celle de Raccati ou de La Gardanne sont toujours à la rue et puisque personne n’a prévu de s’en occuper nul doute que les manifestants vont le faire...

Affaire à suivre donc, la bataille pour le droit au logement continue à prendre de l’ampleur.

On remarquait dans ce rassemblement qui avait reçu le soutien actif de Rouges Vifs la présence du maire de secteur (M. Hovsépian PS), de Mme Boet, et de Messieurs Bret et Vigier élus communistes.



Commentaires

lundi 21 juillet 2008 à 21h18

IL ONT RAISON IL VEULE DIVISER LES RACES C TOUJOUR PAREIL Y FOUTE TROP LES NERFS

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur