Mars en lutte des classes

dimanche 5 mars 2017
par  ANC 13 - Rouge Vif
popularité : 1%

Cette première semaine du mois de mars annonce la couleur, plutôt rouge, et ce n’est pas pour nous déplaire. Multiplicité des mobilisations, des revendications et des luttes tout au long du mois qui viendront certainement relever le débat des élections en cours.

Des rendez-vous de mobilisations tout au long du mois à commencer par cette semaine. Ce n’est certainement pas exhaustif mais l’on enrichira cet article, certainement, on l’espère dans le courant du mois !

Mardi 7 Mars 2017
Dès mardi les syndicats du secteur de la santé de la CGT, de SUD et de FO appellent à une mobilisation d’abord pour des conditions de travail qui nécessitent de l’humain alors que les travailleurs (es) de ce secteur sont toujours plus asphyxié(e)s. Ils faut aussi des moyens et ce n’est pas « Les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale adoptées sous l’actuel quinquennat » comme le rappelle l’UD CGT 13qui vont aider à ce que le modèle social de notre pays se développe.

Pour Rouges Vifs 13 c’est une véritable refonte du système qui doit avoir lieu. Alors que les travailleurs(es) au sortir de la guerre de par leur résistance et leur mobilisation contre la barbarie avaient fondé un système de santé basé sur la solidarité, le patronat et les gouvernements à sa botte ont depuis de concert dé-tricoté ce système. Nous diffusons un tract à ce sujet qui nous paraît indispensable, [1]. Qui mieux que les travailleurs pour assurer la garantie d’un système de santé juste ?

Dans le système de santé que nous proposons c’est NOUS les travailleurs qui devons donner la possibilité à chacune et chacun d’accéder à une santé du meilleur niveau, optique, dent, relation humaine comme fil conducteur de notre santé... C’est NOUS même qui devons gérer cette part de notre salaire, puisque faut-il le rappeler la sécurité sociale, dans ses cinq branches, donc y compris avec l’assurance chômage, est une part de notre salaire. Ce salaire, reporté dans le temps n’en demeure pas moins le fruit de notre production, socialisé puisqu’il est redistribué en fonction de la situation de chacun, est l’une des expressions les plus fortes de la solidarité dans notre société.

Cela passe évidement par des conditions de travail pour les salarié(e)s. Cela passe par la mobilisations de toutes et tous pour la défense de nos droits, de nos conquis sociaux comme le disait Ambroise Croisat fondateur de la Sécurité Sociale en 1947.

Mercredi 8 Mars 2017
160 ans après le soulèvement des ouvrières à New York, demandant des meilleures conditions de travail, de l’égalité et une vie avec droits, la lutte se poursuit pour celles qui travaillent mais avec un déroulé de carrière, une rémunération, des droits à la formation, un comportement trop souvent macho de leur collègue masculin.

Le capitalisme joue une fois de plus la carte du « diviser pour mieux régner » quand ce n’est pas le genre, c’est l’origine, si ce n’est pas la religion et bientôt qui sait ce qu’il inventera encore pour diviser les luttes des opprimé(e)s.

Comment alors ne pas sentir concerné(e)s par cette lutte tout aussi incontournable que celle de la veille ? On vous renvoie vers la déclaration de la Fédération Syndicale Mondiale qui été à Marseille il y a quelques mois encore pour la lutte des travailleuses et des travailleurs contre la Loi El Khomri.

Les mardis de la colère
Depuis 3 semaines les personnels Électriciens et Gaziers, à l’initiative de la seule CGT, débrayent et revendiquent des moyens, des conditions de travail et de rémunération en adéquation avec les contraintes de leur métiers. Là aussi la nécessité est de pouvoir accéder à l’énergie pour vivre correctement pour toutes et tous.

Et nous aurons besoin d’énergie pour la suite !

Mardi 21 Mars 2017
Dernière date, pour l’instant, le 21 mars il y a un appel à une journée nationale interprofessionnelle afin de dire haut et fort que nous refusons le système dominant, nous refusons de courber l’échine et voulons relever la tête.

C’est bien à nous de faire les propositions de la société de demain, de réinventer les relations entre chacune et chacun. Nous aurons tout le mois de mars pour le dire haut et fort.

Comment alors ne pas finir cet article par la chanson de la compagnie Jolie Môme, « c’est dans la rue que ça se passe ! » ?


[1disponible en bas de page



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur