Toutes les bombes du président

lundi 5 décembre 2011
popularité : 1%

On a peine à y croire. Cet article d’Il Manifesto reprend une information que donne aussi l’Express sur son site belge ou l’agence Ria Novosti .

Curieusement cette information n’a pas été reprise largement en France. Pourtant elle ne relève pas du fait divers technologique, mais d’une escalade dans la stratégie du capitalisme international de faire appel à la guerre comme réponse à la crise actuelle.

Il y a des périodes de l’histoire où le silence est particulièrement assassin...

Sur un atoll [1]des îles Marshall, dans le Pacifique, est tombé de l’espace à vitesse supersonique, jeudi dernier, une étrange bombe que l’US Army a lancé depuis Hawaï, à 4mille Kms de distance. Non pas que les USA ont décidé d’attaquer même cette minuscule République des Marshall.
Au contraire, sur la base d’un accord de 1983, celle-ci a confié sa défense aux Etats-Unis. Et les Etats-Unis -qui de 1946 à 1958 ont effectué ici 67 tests nucléaires, parmi lesquels l’explosion à Bikini de la plus puissante bombe à hydrogène de 15 mégatonnes- continuent à utiliser les Marshall comme leur propre polygone.

La bombe qui a touché l’atoll est une Advanced Hypersonic Weapon : lancée avec un missile dans la haute atmosphère, elle plane et, en manoeuvrant, arrive sur l’objectif à une vitesse d’environ 6 mille Kms/heure. C’est une des armes du programme « Prompt Global Strike » (Prompte attaque globale), avec laquelle les USA sont en train d’acquérir la capacité de frapper en l’espace d’une heure, avec des ogives non-nucléaires, n’importe quel objectif dans n’importe quelle partie du monde.

Lancé par le républicain Bush, le programme n’avait pas avancé parce qu’il prévoyait la reconversion de missiles balistiques nucléaires pour lancer des têtes non-nucléaires, chose qui aurait mis en alarme la Russie et la Chine, et risqué une guerre nucléaire accidentelle. Il a fallu le démocrate Obama (et Prix Nobel de la Paix) pour trouver la solution : les bombes volantes, comme celle qu’on vient de tester, sont lancées avec des missiles à trajectoire non balistique, de façon à ne pas créer d’équivoques. Elles ne sont qu’une partie de l’arsenal de la « Prompte Attaque Globale ». La nouvelle stratégie prévoit que, tandis qu’il est frappé depuis l’espace avec des bombes volantes supersoniques, le pays ennemi est attaqué avec les Mald-J : mini-aéroplanes automatiques qui, lancés à mille kilomètres de distance, saturent les défenses, en apparaissant aux radars comme des chasseurs en train d’arriver, et neutralisent ainsi les radars par des interférences électroniques.

Ces mini-aéroplanes, que Raytheon a commencé à fournir il y a deux mois à l’US AIR Force, offrent le double avantage de ne pas mettre en danger les équipages des avions et de pouvoir être lancés par milliers par un petit nombre d’avions cargos, comme les C-130J. Ce n’est qu’après qu’entrent en action les chasseurs-bombardiers avec équipage, dotés de bombes à guidage laser potentialisées, comme les Enhanced Paveway qui, comme l’a indiqué Raytheon il y a dix jours, sont à présent utilisables par une plus ample gamme d’avions.

Ces bombes ont cependant une efficience limitée contre des structures souterraines. Boeing y a remédié, en annonçant il y a une semaine avoir commencé à fournir à l’US Air Force, depuis septembre, une nouvelle bombe appelée Mop (Massive Ordnance Penetrator). Avec un poids de presque 14 tonnes et sa tête à uranium appauvri, elle peut pénétrer à travers 60 mètres de ciment armé, en détruisant le bunker souterrain par la détonation de deux tonnes et demi de haut explosif. La Mop, transportable par le bombardier stealth B-2 Spirit (utilisé en mars contre la Libye), a la puissance destructive d’une petite bombe atomique (sans les radiations).

Un grand amoureux de la superbombe est Leon Panetta, choisi par Obama comme nouveau secrétaire de la défense. En tant qu’ex directeur de la Cia, il a une passion pour les techniques les plus mortelles.

Par Manlio Dinucci source il manifesto.it le 27/11/2011

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Transmis par Linsay


[1l’atoll de Kwajalein dans les Iles Marshall, à 4000 km au Sud-ouest d’Hawaï NdR.



Commentaires

lundi 5 décembre 2011 à 23h34

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur