Version imprimable de cet article Version imprimable | envoyer l'article par mail title= Envoyer par mail

Les Rohingyas, persécutés et oubliés

jeudi 17 juin 2010
popularité : 2%

Quelque 400 000 Rohingyas persécutés par la junte au pouvoir au Myanmar (Birmanie)sont réfugiés au Bangladesh. Certains survivent dans des bidonvilles, quand d’autres ont obtenu le statut de réfugiés.

Des hordes d’enfants oisifs, parfois entièrement nus, courent et jouent çà et là. Un fil noué à un sac en plastique se transforme cerf-volant, des cailloux en osselets, une tige végétale en corde à sauter. Sur les collines de Kutu Palong, dans le sud du Bangladesh, la vie s’invente dans la misère du camp des réfugiés. Les enfants cherchent à tromper le vide de leur existence que ni leur pays d’origine, le Myanmar, ni leur pays d’accueil, le Bangladesh, ne veut reconnaître. Car ils sont les enfants d’un peuple apatride et discriminé, rayé des cartes et privé de droits : les Rohingyas.

Depuis la fin des années 1970, les Rohingyas fuient leurs terres séculaires de l’Arakan, dans le nord-ouest de la Birmanie. Minorité musulmane tyrannisée par la junte birmane probouddhiste, les Rohingyas sont près d’un million à avoir pris la route de l’exil. Ils fuient vers le Bangladesh voisin, mais aussi vers la Malaisie et l’Arabie Saoudite. Parfois désespérés, ils partent à l’aveuglette sur des rafiots en pleine mer. Les Nations unies décrivent cette ethnie comme “l’une des plus persécutées au monde”. Mais leur tragédie ne parvient pas à susciter l’intérêt de la communauté internationale. Et 400 000 d’entre eux vivraient illégalement au Bangladesh, un pays déjà surpeuplé, accablé par la pauvreté et dont la patience semble être à bout.

“La répression a débuté il y a neuf mois”, assure Mustafa Attu, 52 ans. Il est arrivé récemment à Kutu Palong, où s’improvise un bidonville de 20 000 réfugiés illégaux venus des environs. “La police s’est mise à faire des descentes pour nous arrêter, dit-il. J’ai pris peur et je suis venu ici avec l’espoir d’être protégé.” Car, sur l’autre colline et sous l’administration du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), vivent 28 000 Rohingyas ayant obtenu le statut de réfugié. Ce “privilège” donne droit à des rations de nourriture convoitées par les délaissés qui se massent aux portes du camp officiel, comme si cette proximité pouvait leur en donner la clé. Mais rien n’est moins sûr. Les autorités refusent d’enregistrer de nouveaux réfugiés. “Ils doivent repartir chez eux”, réitère le gouvernement de Dacca.

Comment survivent alors les 20 000 Rohingyas du bidonville de Kutu Palong ? Peu à peu, les langues se délient. “Les jeunes partent travailler en cachette à l’extérieur du camp”, admet Imanshuri, 32 ans. Une activité importante consiste à couper illégalement du bois dans la forêt voisine, puis à le revendre aux réfugiés “enregistrés”. Ce n’est pas sans danger. Le mois dernier, Shazida Begum, 10 ans, est partie vers la forêt. “J’étais avec quinze autres enfants, raconte la fillette. Deux policiers ont surgi. Nous nous sommes enfuis, mais j’ai été rattrapée. Les policiers ont mis un couteau sous ma gorge. Ensuite…” Ensuite, Shazida a été violée. Et trois cabanes plus loin, c’est Teeva, 25 ans, qui a elle aussi été violée quinze jours plus tôt. D’après Imanshuri, les viols des femmes Rohingyas seraient fréquents. “Comme les Rohingyas n’ont aucune source légale d’argent, ils s’impliquent dans des activités criminelles”, dénonce Khalid Hossain, chef de la police de Teknaf, à la frontière de la Birmanie. “Ils s’adonnent aux vols, aux trafics d’alcool, de drogue et de passeports. La situation sécuritaire pourrait se détériorer.” Les réfugiés sont certes poussés aux extrémités. Dans le camp, Zahera (nom d’emprunt) avoue qu’elle se prostitue pour survivre, “comme beaucoup d’autres femmes Rohingyas”. Ses clients sont des villageois qui paient 100 takas (1 euro) la passe, dans sa hutte minuscule et en présence de sa fillette. “Quand je suis à court d’argent, ajoute Zahera, je prie Dieu de m’envoyer des clients.” Si les bas-fonds de la détresse humaine existent, ils s’incarnent ici, sur ces collines du Bangladesh, parmi les Rohingyas réfugiés.

Par Vanessa Dougnac dans  Le Temps le 16/06/2010

Transmis par Linsay


Version imprimable de cet article Version imprimable | envoyer l'article par mail title= Envoyer par mail

Commentaires

Annonces

SIGNEZ LA PETITION !!

JPEG - 10.4 ko

Pour signer cliquer ici (pétition en fin d’article) ou (direct pétition)


Brèves

2 mars - ENFIN ! Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré

Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré Le combattant antiterroriste (...)

10 janvier - SMCM de Marseille : Victoire d’une lutte exemplaire

Les sirènes des navires n’ont peut-être pas retenti dans les ports de Corse et de (...)

12 décembre 2013 - Palestine : Ça bouge en Europe. Que fait la France ?

Il y a un mois le Pré­sident de l’AFPS adressait une lettre au Premier Ministre pour lui (...)

18 novembre 2013 - Lettre ouverture de Taoufiq Tahani, président de l’AFPS, à François Hollande

Monsieur le Président de la République, Vous vous rendez ces jours-​​ci en Israël (...)

17 octobre 2013 - Rencontre du CRIF avec le Parti Communiste

Le CRIF, cette officine communautariste qui soutient l’occupation et tous les dirigeants (...)

23 septembre 2013 - La France humiliée par l’armée israélienne d’occupation

Des diplo­mates euro­péens ont été mal­menés le 20 sep­tembre, à Khirbet al Makhoul dans la (...)

22 septembre 2013 - Maroc : la voiture du 1er ministre bloquée par les chômeurs

Maroc. Le premier ministre Benkirane bloqué par les diplômés chômeurs Benkirane sauvé par la (...)

30 juillet 2013 - Justice : La taxe de 35 euros enfin supprimée

Communiqué de la CGT L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par (...)

16 juillet 2013 - ISRAËL : Ce que dit l’arrestation d’un enfant de cinq ans.

Arres­ta­tions, déten­tions arbi­traires, vio­lences, torture à l’encontre des enfants : (...)

10 juillet 2013 - Les 500 plus riches de France se sont enrichis de 25% en un an

Une dépêche AFP nous apprend que l’hebdomadaire Challenge signale ce jeudi 11 juillet un (...)