Gérard Cazorla de Fralib : « Pourquoi je suis candidat à Allauch »

dimanche 16 mars 2014
popularité : 2%

Gérard, que nos lecteurs connaissent bien depuis 2010, date du début du conflit des Fralib, répond à nos questions sur une nouvelle facette de son engagement, à quelques jours de la réunion publique de la liste qui se tiendra mardi 18 mars à 18h à la salle François Mitterrand (centre du village).

1) Gérard tu as accepté d’être, comme il y a 6 ans sur la liste d’Elgaa à Allauch conduite par Gilles VIALLON [1] : peux tu nous dire pourquoi ?

Je suis engagé syndicalement depuis de nombreuses années dans mon entreprise à FRALIB, je sais que ce militantisme doit avoir un prolongement politique.
Il y a 6 ans je faisais partie de la liste ELGAA nous avions fait un bon pourcentage prêt de 20% et obtenu 3 élus au conseil municipal.
J’ai rencontré une équipe avec de vraies valeurs de gauche qui veulent travailler ensemble de façon démocratique dans l’honnêteté et la clarté non pas pour œuvrer dans leurs intérêts personnel mais pour les intérêts du plus grand nombre.

C’est ce qui m’a conduit à faire partie de l’équipe car se sont ces valeurs que je m’efforce tous les jours de faire avancer dans la lutte que nous menons à FRALIB avec mes camarades de lutte.
Alors quand on m’a demandé de me représenter cette année, je n’ai pas hésité.

2) La politique du maire PS de la commune ne te convient donc pas ?

La politique du maire est à mon sens une politique de repli sur soi comme si ALLAUCH était en dehors des problèmes que rencontre le pays. Le chômage existe et celui des jeunes est aussi un problème de notre commune [2], les difficultés à se loger pour nos enfants sont réelles. Faute d’avoir des parents aisés ou un emploi de cadre supérieur les fils d’ouvriers n’ont aucune chance de se loger dans la commune.

Certains voudraient nous faire croire que les élections municipales ne seraient pas une élection politique, pourtant le maire est sénateur et lui il fait de la politique !!

D’ailleurs en tant que sénateur il est amené à valider ou pas les lois qui sont discutées à l’Assemblée Nationale. Ces lois ont des conséquences directes sur les citoyens qu’ils habitent à ALLAUCH ou ailleurs.

J’ai été amené à le rencontrer et à échanger avec lui dans le cadre de mes activités syndicales sur la loi dite de sécurisation de l’emploi (ANI) pour laquelle en tant que Sénateur il devait s’exprimer et voter au Sénat.

Cette loi ne sécurise en rien l’emploi mais tout au contraire, elle diminue les contraintes pour les employeurs afin de faciliter les licenciements.
Elle s’attaque et modifie substantiellement le code du travail en raccourcissant les délais d’interventions des salariés lorsqu’ils sont confrontés à des restructurations, licenciements et fermetures de sites.
Elle laisse le soin à l’administration de valider ou non les Plans dit de Sauvegarde de l’Emploi, dédouanant ainsi de ses responsabilités les patrons puisque la contestation juridique de ces plans ne se fera plus contre les directions d’entreprises qui décident de liquider l’emploi ou de fermer des sites mais contre l’administration qui les a validés.
Aujourd’hui 85 % des Plans de Sauvegarde de l’emploi sont validés par l’administration.

Dans ce nouveau contexte avec cette loi les salariés de FRALIB n’auraient jamais pu faire annuler à 3 reprises les plans de sauvegarde de l’emploi et aujourd’hui avoir la possibilité que leur projet alternatif voit le jour sous forme de SCOP.
Comment le Maire qui dit soutenir la lutte des FRALIB et prétend être du coté des travailleurs, peut voter pour une telle loi ?

Ses alliances locales avec l’UMP et le Modem pour continuer a régner sur ALLAUCH sont en ce sens révélatrices.
Cette politique alimente les thèses du FN sur le « tous pareils, tous pourris ».

3) Où en est-on du conflit Fralib ?

Sur le conflit FRALIB, après 3 ans ½ de lutte pour la sauvegarde de l’outil industriel et des emplois les choses avancent, un industriel important dans le domaine du thé et des infusions est prêt à confier à la Coopérative des productions d’environ 1000 tonnes avec possibilité de progression sur les prochaines années allant jusqu’à 3000 tonnes.
Dans le même temps des discussions avec le groupe UNILEVER ont été engagées pour le démarrage de notre projet de SCOP.

Les propositions d’UNILEVER ne sont pas suffisantes et nous avons fait des contres propositions que nous avons remis aux services de l’Etat pour que le groupe assume pleinement ses responsabilités et que nous puissions mettre en œuvre notre projet .

Le gouvernement a aussi à assumer ses responsabilités dans cette affaire.
Si chacun joue son rôle nous devrions mettre en œuvre et sauver notre outil industriel et nos emplois.
Enfin dans notre projet nous voulons développer notre propre marque d’infusions pour cela nous favoriserons les circuits courts puisque nous avons la chance d’être dans une région ou les plantes aromatiques et médicinales sont une spécialité.
Nous avons commencé à développer cette partie du projet avec les productions de tilleul et tilleul menthe que nous sommes allé chercher dans la Drome.

Conclusion On peut donc imaginer que bientôt des cultivateurs allaudiens de plantes aromatiques pourront vendre leur production à la SCOP TI !!

Pourquoi ne pas imaginer que demain nous favoriserions l’implantation de cultures de ce type de plantes sur ALLAUCH ? Cela favoriserait l’emploi et le développement de l’agriculture dans notre ville.


[1ELGAA Enfin la gauche à Allauch. Allauch est dirigée depuis 39 ans par le même maire PS, Roland Povinelli. La liste ELGAA est une liste de rassemblement composée de citoyen-nes, du FDG, du NPA et de Rouges Vifs 13

[213% de chômeurs à Allauch NDR



Commentaires

Logo de Jean Claude Labranche - syndicaliste <span class=CGT" />
lundi 17 mars 2014 à 11h38 - par  Jean Claude Labranche - syndicaliste CGT

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur