La traversée des Dolomites (I)

mardi 29 juillet 2014
par  narosinfo
popularité : 2%

Chaque année seule une petite moitié des habitants de France part en congés. Puisse cette rubrique estivale aider celles et ceux qui ont accès à Internet à voyager par la pensée...et peut-être leur donner, à eux et à d’autres, des idées pour plus tard.
Après l’Amérique du sud et le Népal les années précédentes, cette année c’est dans les Dolomites que nous vous emmenons.

Les Dolomites, sont situées en Italie du nord, dans le sud Tyrol, à la frontière de l’Autriche, au-dessus de Venise.

Elles sont connues des amoureux de la montagne pour leurs rochers escarpés propices aux via ferrata dont elles sont le berceau.

Mais il n’est pas nécessaire d’escalader les roches pour les admirer.

Randonner le long des nombreux chemins qui traversent ces rochers sculptés est un grand plaisir pour les yeux et les sens.

C’est ce que nous avons choisi de faire avec la traversée du nord au sud-ouest en 7 jours.

Après tout un périple en voiture, en trains et en cars...

...1re étape courte pour se rendre au Val Campo di Dentro

Les via ferrata

.

On appelle via ferrata (du latin signifiant « voie ferrée ») expression que l’on pourrait traduire en français par voies équipées de ferraillages, les itinéraires tracés dans les roches ou plus exactement agrippés à elles et équipés de câbles métalliques, auxquels des alpinistes, sanglés de baudriers s’accrochent à l’aide de cordes d’un mètre environ appelées longes. Grâce à ces câbles, échelles et autres attirails, les voies sont à mi-chemin entre randonnée et escalade. Les randonneuses et les randonneurs qui les empruntent peuvent ainsi grimper en toute sécurité le long des parois, enjamber des torrents, surplomber des vallées étroites, bref passer là où personne ne passerait sans ces équipements.

Si cette technique ne fut pas inventée ici (mais un peu plus haut en Autriche au 18e siècle) c’est dans cette région qu’elle fut élevée au rang de nouvel art de la montagne à partir de 1915, quand l’armée italienne voulut passer hommes et matériels à travers les montagnes. Après la guerre la technique se développa pour des raisons pacifiques, d’abord ici, (avant de s’étendre dans les Alpes, puis dans d’autres massifs montagneux dans le monde entier). Il faut dire que dans cette région, la nature, faite de roches escarpées, de stalagmites géantes, de galeries naturelles ou creusées, de dédales vertigineux autant qu’alpestres, se prête merveilleusement à ce qu’il faut bien appeler un art, celui des araignées humaines déambulant sur, au travers et à travers les parois.

Au départ de Marseille il y a deux routes pour s’y rendre.
On peut longer la côte d’Azur, ses voitures de luxe, ses casinos, ses bouchons…ou alors monter par les Alpes, Gap, Briançon, le col de Montgenèvre et plonger ensuite dans la plaine de Turin. C’est bien sûr cet itinéraire-là que nous choisissons…

Passés le col frontière, nous serpentons sur les routes et autoroutes italiennes, différentes des nôtres par leur signalisation un peu déroutante pour qui n’en a pas l’habitude et par l’étroitesse des voies qui de surcroît empruntent en permanence tunnels et ponts. Il en fallu des heures de travail, pour construire ces ouvrages d’art à travers la montagne : des tunnels descendant en virage, des viaducs surplombant la vallée de plusieurs dizaines de mètres, des passages creusés à flanc de montagne…

Passés Turin, nous remontons vers Milan, puis Vérone qui verra notre première halte. C’’est là que nous décidons de passer la nuit après 10h de voyage. L’hôtel où nous nous arrêtons est un vieil hôtel style rococo avec de grandes chambres et un petit déjeuner somptueux. De plus il est à quelques centaines de mètres de la sortie de l’autoroute Vérone Nord et à un tarif relativement bon marché….ce qui ne gâte rien. Nous repartons le lendemain matin, le ventre bien plein !

Nous devons laisser la voiture au parking de la gare de Ponte Gardena. Allez donc trouver où est ce village ! Même à l’heure d’Internet ce n’est guère évident car, et c’est une première particularité de la région des Dolomites que nous découvrons, Ponte Gardéna est appelée aussi Waildbruck. Dans toute la région la langue allemande et même pour tout dire le ladin, la langue du sud Tyrol et toutes les indications y compris celles rédigées par les habitants, sont en deux langues, allemand et italien. Du coup les villages ont deux noms…

Nous nous garons et prenons et prenons un premier train pour Fortezza avant changement pour San Candido. La gare est déserte. Ici aussi les distributeurs automatiques ont remplacé la présence humaine et bien sûr les explications qui apparaissent à l’cran à chaque fois qu’on appuie sur un bouton ne sont pas en français mais dans les deux langues usuelles….

On arrive quand même à prendre le bon billet et nous voilà, par un petit tortillard de montagne, en chemin pour Fortezza où sans attendre nous prenons la correspondance pour San Candido / Innichen.

Notre petit train, tout neuf et propret, serpente dans la montagne en s’arrêtant à tous les petits villages qu’il rencontre sur son parcours. On se prend alors à rêver qu’en France, un tel service de train existe encore dans les Alpes, l’Ardèche (où plus un seul train ne circule), le Massif Central….
D’autant que le cadencement est d’un train tous les trente minutes !

Arrivés à San Candido, nouveau changement, mais pour un car ce coup-ci, qui nous laisse quelques kilomètres plus loin à Val Campo Di Dentro. De là, nous grimpons de quelques mètres sous les mélèzes pour attendre la navette 449, un minibus qui va nous mener au point de départ de la randonnée, le parking Antoninstein / Antonius.

Nous sommes partis de Vérone avant 10h. De sauts de puces en sauts de puce, de voiture en trains, de trains en cars, il nous a fallu plus de 6 heures qui sépare Vérone des Dolomites….Nous chargeons nos sacs qui, contenant les affaires de la semaine et les pique-nique ne sont pas légers….Heureusement, allant de refuge en refuge, nous n’avons ni tente ni duvet.
La randonnée commence…



Commentaires

mardi 29 juillet 2014 à 17h58

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur