10 de lutte...

jeudi 12 octobre 2006
par  Charles Hoareau
popularité : 1%

A Marseille et dans le département la journée du 10 octobre a été marquée non seulement par des actions fortes à La Poste mais aussi par un rassemblement contre le dispositif législatif dit de prévention de la délinquance. Comme le titre la CGT :une journée qui appelle des lendemains !

Retour sur les évènements de ces derniers jours.

Elle démarre tôt la journée du 10 pour les postiers, grève ou pas. On vient à 6h au bureau pour la prise de parole qui précède le départ à la manif. A Marseille 14e arrondissement les tracts Rouges Vifs appelant à la manif du 14 octobre sont évidemment bien accueillis et le lien avec EDF/GDF est évident. Le débrayage sera massif là comme ailleurs qu’il s’agisse des facteurs, des employés du guichet ou de ceux du centre de tri.

Plus tard dans la matinée les départs en manif vers la direction grand public se font des différents bureaux avec une particularité pour celui du 2e arrondissement c’est qu’il est accompagné du comité de soutien créé dans le cadre de la lutte des postiers de ce bureau (voir article).

Quand ils arrivent à la préfecture ce sont plus de 600 postiers qui se rassemblent devant la préfecture ! Et les chiffres de grévistes ne sont pas moins impressionnants
+ de 50 % des facteurs en grève pour le retrait de « facteur d’Avenir », dans les centres de tri, + de 60% ...Comme le dit la CGT majoritaire dans ce secteur « ce n’est pas simplement une réaction épidermique mais bien un malaise profond mêlant inquiétude, mécontentement, aspirations fortes en terme de salaires, emplois, conditions de travail..... »

Car derrière des termes pompeux comme Cap Qualité Courrier ou opération TERRAIN la direction de La Poste cache des suppressions d’emplois, des diminutions d’heures d’ouvertures au public et une aggravation des conditions de travail du personnel.

Devant la direction

Au plan national sous prétexte d’ouverture à l concurrence elle se donne pour objectif de supprimer 60 000 emplois d’ici 2010/2012. Pour le seul département des Bouches du Rhône ce sont d’ores et déjà près de 100 postes à l’exécution et 80 postes de chefs d’établissements qui doivent passer à la trappe.

Et les postiers ne sont pas seuls à le dire ce qui est une caractéristique de ce conflit : les usagers s’en mêlent. Dans plusieurs quartiers ou villages fleurissent, pétitions, rassemblements et autres opérations d’usagers qui ne veulent pas e faire voler leur service public. A Salin de Giraud des délégations d’usagers envahissent quotidiennement le bureau pour empêcher sa fermeture désormais prévue à 15h 30.
Dans le 12e c’est l’ancien bureau qui est occupé entre midi et 14h.

A midi devant la mairie les salariés de l’action sociale en rassemblement contre la loi de prévention sont donc rejoints par une délégation des postiers. A ce rassemblement se succèdent au micro des professionnels concernés par les lois sécuritaires et liberticides qui veulent faire d’un travailleur social un délateur et revenir à une conception de la psychiatrie digne des pires heures de notre histoire.

rassemblement devant la mairie contre les lois liberticides

Une intervention très remarquée, celle d’une assistante sociale en formation qui explique très clairement que les étudiants ne veulent pas faire les garde chiourme...et on sent dans son énergie tout le combat de la jeunesse anti CPE.

Tous se séparent en se promettant de se revoir le 14

...11 de suite...

Loin de faiblir le mouvement s’est poursuivi dans les bureaux de poste et est même monté à 67 % dans les centres de tri. L’autre question revendicative forte est la question des salaires qui ne cessent de se tasser dans ce secteur.

...et après...

Le 12 dans nombre de bureaux la grève est toujours aussi forte et la voix des usagers se fait encore entendre davantage. Une initiative commune usagers - salariés est d’ailleurs prévue le 14 au matin dans un bureau de Marseille.

Si la grève n’est pas majoritaire partout le rejet du plan de casse du service public postal lui l’est. La direction l’a bien compris qui est au abois et surveille chacune des actions qui surgissent à tout moment aux quatre coins du département. Quelle que soit l’évolution de ce mouvement et les manières différentes de s’y inclure, le 14 donne à tous et toutes la possibilité de se rassembler pour faire entendre l’exigence d’un autre choix de société.



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur