EDF et le développement durable !!!

samedi 19 mars 2005
popularité : 1%

EDF en examen pour violation des principes directeurs de l’OCDE dans un barrage au Laos.

Le gouvernement français a accepté la plainte contre Electricité de France pour violation potentielle des Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, dans le barrage hydroélectrique de Nam Theun 2 (Laos).

L’entreprise refuse en effet de prendre ses responsabilités sociales et environnementales au sérieux. Avant toute avancée du projet, les Amis de la Terre demandent que la plainte soit examinée, et les éventuelles recommandations intégralement suivies.

EDF est leader du consortium créé pour ce méga-projet d’un coût total de 1,3 milliards de dollars. Le barrage noierait presque 500 km2, déplacerait 6200 personnes et bouleverserait le mode de vie de plus de 100 000 autres, dépendant très largement de la rivière.

« L’acceptation de cette plainte est très importante pour les ONG mais également pour les populations locales laotiennes, qui ne disposent pas dans leur pays de mécanismes pour tenir EDF responsable des impacts du projet et obtenir des compensations » explique Sébastien Godinot des Amis de la Terre. « Nous avons des preuves claires qu’EDF est malhonnête avec les Laotiens sur les réels impacts du projet sur le mode de vie local et l’environnement ».

La plainte, déposée par plusieurs associations dont les Amis de la Terre , met en évidence qu’EDF a :

exagéré les impacts positifs du projet tout en minimisant les risques réels
échoué à analyser et rendre publics les impacts et coûts réels du projet
échoué à répondre correctement aux inquiétudes des populations locales.

La France a ratifié les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, s’engageant formellement à les faire respecter par ses entreprises. Elle dispose d’un Point de Contact National qui statue sur la recevabilité des plaintes et les examine sur le fond, avant de faire des recommandations. Il associe plusieurs Ministères et syndicats.

Ce n’est pas la première fois qu’EDF fait face à des critiques sur ses activités internationales. En 2003, l ’entreprise avait déjà été forcée de sortir temporairement du projet de Nam Theun 2 suite aux critiques virulentes du Parlement français sur ses investissements désastreux à l’étranger.

EDF a jusqu’au mois de mai 2005 pour clore le plan de financement du projet. Le sort du barrage dépendra ensuite de la Banque mondiale, dont le soutien est une condition pour que s’engagent également la Coface , l’agence française de crédits aux exportations, l’AFD, et la Banque Asiatique de Développement.

« La Banque mondiale considère ce projet comme un nouveau modèle de développement. On voit mal comment elle accepterait de le financer si l’entreprise leader du projet viole les principes de l’OCDE sur la responsabilité des entreprises », estime Jan Cappelle de Proyecto Gato (Belgique).



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur