Marignane : où en est-on ?

jeudi 1er février 2024
par  Charles Hoareau
popularité : 10%

D’abord il y a eu l’épisode, à la rentrée scolaire de l’automne, de la note sur les cantines et cette volonté d’imposer un seul menu aux élèves sans tenir compte des cultures et habitudes alimentaires. Interpellé de toutes parts, le Maire, loin de plaider l’erreur, a persisté et s’en est pris à une partie de la population accusant, contre toute vérité, les musulmans de vouloir imposer leur loi et leurs règles alimentaires dans la ville, répondant ainsi à la question du droit au service public de restauration scolaire, par un discours clairement islamophobe.
Pour être sûr d’être bien compris, il a récidivé lors de ses voeux à la population en tenant des propos racistes et discriminatoires : Marseille pas une ville algérienne (sic !), invention d’incompatibilité entre les turcs et les algériens, opposition des immigrés d’aujourd’hui (y compris quand ils sont français !) aux immigrés d’hier, affirmé sa volonté de "mettre l’église au centre du village"....

Devant les saillies à répétition du maire de Marignane qui doit avoir décidé de faire la concurrence avec Le Pen et Zemmour réunis, la population ne reste pas dans la résignation ou la peur mais au contraire réagit et se mobilise. Dans son action elle est soutenue par la CGT, en particulier celle des employés de la municipalité. Rencontre :

RM : Le maire vient de s’illustrer nationalement avec ses propos et ses actes que cela vous inspire-t-il ?

A : ça m’inspire du dégoût. Ça ne reflète les Marignanais qui sont choqués par les propos du Maire

S : Moi je débarque dans les actions parce que depuis une quarantaine d’années je vis ici et je ne sentais pas de problèmes, là je sens des attaques contre la religion musulmane, que ce soit par la circulaire sur les cantines ou par ses propos lors des vœux à la population. Il veut mettre en opposition la ville des « siciliens et des pieds noirs qui se sont toujours bien comportés » (sic !) et les « algériens » et en rajoute une couche en disant que Marignane ne sera jamais « turque ou algérienne »

A : Il y a un désir de diviser avec un grand mépris vis-à-vis de l’immigration « musulmane ». Un jour un élu est allé jusqu’à justifier ce discours ambiant en expliquant que « les algériens ne s’entendent pas avec les turcs ». Lui et son équipe veulent que nous entrions en conflit alors que je lui expliquais la différence entre le culturel et le religieux. Le Maire ici, on dirait un enfant gâté qui n’accepte pas la contradiction. Quand j’ai choisi les menus végétariens pour mes enfants la réponse a été « vous ne voulez que du hallal ? » alors que tout simplement je suis végétarienne. Voilà où mène la stigmatisation...On a l’impression qu’on doit porter nos origines comme un fardeau comme avant-guerre les juifs. Parfois je me dis qu’on va me faire porter une étoile...

Johnny CGT territoriaux : je n’ai pas été étonné. Il fait son « coming-out » facho. Lors de son 1er mandat, il a remis en place la stèle de l’OAS en détournant la loi et en cachant le vrai objet du monument. Ce déballement politique qu’il fait aujourd’hui c’est grâce à la politique de Macron, qu’il s’agisse de la loi séparatisme ou de celle actuelle de l’immigration. On est dans un climat qui fait penser à 1934. Il se place pour obtenir un poste dans un gouvernement fasciste. On connait ses antécédents et le fait qu’il a donné sa signature à Zemmour. Il va plus loin que le gouvernement quand il propose d’armer la population.

A : Ces discours me rappellent ce qui s’est passé et qui a conduit à la mort d’Ibrahim Ali

S Je suis née à Marignane il n’y a jamais eu d’insécurité et il présente la ville comme une commune totalement insécure.

RM : Quelle action avez-vous engagée face à cela et comment cela s’est passée ?

Johnny : quand j’ai découvert la note de service j’ai alerté la municipalité en disant qu’elle exposait le personnel à la colère des parents face à cette mesure discriminatoire. On n’a pas eu de réponse. Parents et nous nous nous sommes rapprochés, on a alerté une élue de l’opposition qui a écrit au défenseur des droits et qui n’a pas eu plus de réponse que nous. Les parents ont eux aussi fait des démarches officielles sans réponse à ce jour, pas plus que la CGT qui a fait un communiqué de presse. Les parents ont alors décidé de passer à l’action. Une pétition a été lancée auprès de la population et des médias. Dans la foulée l’ANC, qui avait aidé à la médiatisation, a sorti un tract de soutien qui aujourd’hui circule dans la ville et est apprécié.

A Aujourd’hui on continue à faire évoluer la pétition et on alerte la population avec le tract dans un contexte où les propos des vœux ont marqué une aggravation dans le racisme et la stigmatisation.

S je ne sais pas si les gens le savent mais le Maire vise avec ces mesures des enfants de primaire !! Non seulement on ne peut pas armer les enseignants mais en plus contre des enfants !

A En plus une bombe lacrymogène ça peut se retourner contre nous.

Johnny de la CGT territoriaux : Il faut dire aussi qu’à Marignane il y a des écoles de quartiers résidentiels à destination d’une population bien plus fortunée, par exemple l’école où sont les petits enfants du Maire n’est pas logée du tout à la même enseigne tant en termes de services que de moyens en personnel. A terme il y a le danger que des parents se replient, s’ils en ont les moyens, dans des écoles privées et donc cela va renforcer le communautarisme qu’ils prétendent combattre.

RM Et maintenant quelle suite voyez-vous ?

A Moi d’abord je m’assume avec mes origines. J’ai décidé de ne plus lisser mes cheveux et de revendiquer la fierté de mes origines. J’inculque à mes enfants la connaissance de leurs origines polonaises et algériennes afin qu’ils n’oublient pas que si on est en France aujourd’hui c’est qu’un jour on a eu besoin de nous. Ils doivent savoir que nous ne sommes pas des tâches sombres dans leur idéal français mais que nous sommes nous aussi Français et membres à part égale de la nation française... Le Maire veut faire croire à la population qu’il a les pouvoirs d’un président, les ministres, les sénateurs et les députés en une seule personne. Qu’il se contente d’être le maire il y a assez à faire dans la ville...

S Je n’avais pas cette vision de la ville et de lui. Soi-disant il sourit à la population mais en fait je découvre qu’il en veut aux musulmans. Donc je me bats contre les discriminations et toutes les tentatives de division dans la ville.

A Tant qu’il est Maire je ne vois pas d’issue. On n’a pas d’autre choix que de se battre. On ne va pas se suicider pour faire plaisir à ceux qui nous rejettent. Je suis obligée pour nos enfants et ceux de demain.

S Je suis inquiète pour l’avenir avec la droitisation de Macron qui cherche à séduire la droite et son extrême. En tout cas je ne cesserai pas de me battre

Johnny Pour la CGT, nous on se battra tant que nos valeurs ne seront pas prises en compte et que les revendications des agents ne seront pas prises en compte.



Documents joints

Tract à la population

Commentaires

Logo de Charles Hoareau
jeudi 14 mars 2024 à 05h36 - par  Charles Hoareau

Tout à fait d’accord avec vous. Ce comportement n’est pas un comportement démocratique et s’oppose aux principes d’égalité et de laïcité...Du moins quand on veut bien se situer dans l’esprit de la loi de 1905 et non en faire un prétexte à l’islamophobie

Logo de <span class=SL" />
jeudi 1er février 2024 à 16h03 - par  SL

Bonjour et merci pour cet article et le soutien aux parents dont vous faites part, ce qu’il faut également savoir c’est que cette mesure du plat unique sans aucun choix tel que le sans viande a été appliquée également à des enfants de maternelle qui n’ont pour certains pas la capacité de s’exprimer ou encore même de différencier les aliments entre eux. Pour la xénophobie dont Mr le Maire a fait part lors de ses vœux à priori, je suis choquée … Est ce que ce comportement est digne d’une personne qui tient entre ses mains le pouvoir dit « du peuple » pour « le peuple » ? La démocratie est-elle réellement maintenue dans ce cas là ?

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur