Après la fermeture tout va bien...pour certains !

jeudi 19 mai 2011
popularité : 2%

Il y a six ans la Samaritaine fermait officiellement pour travaux de mise en sécurité, en fait pour une restructuration dont les salarié-e-s ont fait les frais. Si pour ceux-ci il s’agit d’un triste anniversaire, pour d’autres les réjouissances continuent. Cri de colère d’une ancienne salariée de ce magasin populaire situé en plein Paris où « on trouvait de tout » et qui pouvait recevoir jusqu’à 50 000 visiteurs par jour ...

Bernard Arnault et le groupe L V M H, pour eux, toujours plus !

En effet pour eux tout va bien ; Le groupe a augmenté ses profits de 72,8% entre 2009 et 2010 avec 3 milliards 32 millions d’euros. Bernard Arnault 1re fortune de France et 4e mondiale a touché en 2010 un salaire (fixe et variable) de 3 928 399 € cela représente 305 années de SMIC ; bien sûr sans les bonus et autres stocks options.

Voilà qui réjouira les salarié(es) de Carrefour détenu à 7,1% par Bernard Arnault à travers les 50% qu’il détient dans Blue Capital, qui viennent de mener un mouvement sans précédent sur les salaires. Car dans le groupe, les salaires ce n’est pas du luxe, souvent pas d’augmentation générale, entretiens individuels et augmentation à la tête du client, comme c’était le cas à la Samaritaine.

Bernard Arnault se sert de ses appuis politiques à droite et à gauche, pour faire valoir ses intérêts. Certains ont été très bien reclassés dans le groupe, pas comme nous à la samaritaine où seulement 130 salariés sur 1500 [1] l’ont été.

- Nicolas Bazire : Directeur de cabinet d’Edouard Balladur est maintenant directeur général de L V M H
- Bernadette Chirac : Pour 70000 € de jetons de présence est depuis avril 2010 au conseil d’administration de L V M H
- Renaud Dutreuil : Secrétaire d’état et ministre sous Chirac, après avoir perdu la mairie de Reims , dirige la filiale américaine de L V M H aux Etats-Unis.
- Marc Antoine Jamet : Après avoir été au cabinet de Laurent Fabius à l’assemblée et conseiller spécial à Bercy, est secrétaire général et président du jardin d’acclimatation où est construite la future fondation Louis Vuitton
- Hubert Vedrine : Après avoir été ministre des affaires étrangères de Lionel Jospin, est au conseil d’administration de L V M H
- Christophe Girard : Adjoint socialiste à la culture à la ville de Paris est directeur de la stratégie mode chez L V M H.

On comprend mieux pourquoi L V M H a obtenu le vote de tous les groupes au conseil de Paris modifiant sur mesure le Plan local d’urbanisme pour la réalisation d’un grand Hôtel de luxe, d’un centre d’affaires, trahissant ainsi les engagements pris de défendre un grand magasin.

Ce ne sont pas les 7000m2 de logements dits sociaux, d’une crèche, mais les commerces de luxe qui sont au cœur du futur projet bientôt exposé à la maison du Projet au coin de la rue de l’arbre sec et de la rue de Rivoli.

Et que penser de la promesse des 2000 emplois et de la priorité de réembauche quand on a eu l’expérience de tous ces postes que l’on recevait régulièrement mais dont pratiquement aucun n’était adapté aux samaritains ? Certains d’entre nous, après avoir pris leur chèque valise sont encore à pôle emploi, beaucoup d’entre nous ont été rejetés en préretraite dès 48 ans. Voilà la réalité du « traitement social exemplaire » de L V M H. Ce sont les salariés qui enrichissent ces groupes, ils doivent avoir des droits sur la gestion des entreprises, pouvoir maîtriser leur destin.

Pour rappel c’est en Juin 2005 que le groupe LVMH décida la fermeture de la Samaritaine, au lendemain du Référendum sur le Projet de Constitution européenne qui avait été rejeté par une majorité d’électeurs français.

Dominique D’Henry
Ancienne de la Samaritaine
Mai 2011

Transmis par Rouge Vif Ile de France


[1en comptant les démonstrateurs et autres salariés employés sur le site NDR



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur